Apollon et Hyacinthe

Apollon et Hyacinthe

“ Quelques-uns d’entre vous disent, « La joie est plus grande que la tristesse », et d’autres disent, « Non, c’est la tristesse qui est la plus grande ». Mais je vous dis, elles sont inséparables. Elles viennent ensemble, et quand l’une est assise seule avec vous à votre table, n’oubliez pas que l’autre est endormie sur votre lit ».

-Khalil Gibran-

Nativity

LE SEIGNEUR VIENT

Le Seigneur vient.
Il se fait l’un d’entre nous.

Ce n’est pas banal, quand même !
Bien sûr, ce n’est pas la fête chrétienne principale,
Orientés que nous sommes sur la Vie,
Et la victoire sur la mort à Pâques.

Mais le Seigneur vient, il se fait homme.
Quelle religion, quelle conception de Dieu
Avait pressenti cela auparavant et depuis ?

Le Seigneur vient ,
Il se fait l’un d’entre nous,
Il se met entre nos mains,
Il va grandir,
Nourrisson, enfant, ado, jeune homme,
Puis adulte sur nos chemins.

C’est pas rien quand même.

J’ai souvent imaginé
Que si Dieu se faisait homme,
C’était pour venir à ma portée,
Me dire que je suis davantage que ce que je crois.
Je suis fait pour la vie, pas pour la mort
Et cela Est dès l’instant présent
Sans attendre la mort à venir.

Il vient pour moi,
Pour tout homme,
Pour signifier
Que là ne s’arrête pas le chemin .

Quelle bêtise de s’enfermer dans la matière,
Dans les limites,
Dans le brut,
Quand on y pense.

Quelle bêtise de s’envoler dans les airs,
Dans l’illusion,
Dans l’ailleurs,
Au mépris de ce qui est donné.

Le Seigneur vient.
La matière est sublimée,
Les cieux sont abaissés,
Le sens de l’existence
Peut apparaître.

Le Seigneur vient .
Fasse le ciel que j’advienne avec lui,
Que je me réveille,
Que je m’éveille
Que je sois enfin Moi,
C’est-à-dire Lui .

Un homme fait pour la Vie,
Dès à présent.

 

 

Zabulon

mon-bien-aimé

Mon bien aimé, le voici il vient !

Dans la nuit, j’ai cherché
celui que mon coeur a choisi
je l’ai saisi et ne l’ai pas lâché,
je sais que mon bonheur c’est lui.

Dans les lieux escarpés,
toujours du regard il me suit.
(..)

Le VOICI, BONDISSANT
Sur les hautes montagnes il se tient
mon bien aimé me parle et me dit
« ne crains pas mon ami
et viens ! »

C’est sa voix qui m’appelle :
« Ouvre moi car la nuit s’est enfuie,
la saison des chants est arrivée
au jardin de la nuit »

Dans la nuit je dormais
mais mon coeur était réveillé
C’est la voix du bien aimé qui heurte
du désert mon âme tressaille

(…)

Le VOICI, BONDISSANT
Sur les hautes montagnes il se tient
mon bien aimé me parle et me dit
« ne crains pas mon ami
et viens ! »

C’est sa voix qui m’appelle :
« Ouvre moi car la nuit s’est enfuie,
la saison des chants est arrivée
au jardin de la nuit »

[du Cantique des Cantiques]

Choeur : Dei Amoris Cantores

source photo : une oeuvre de Hideki Koh publiée sur www.boom.main.jp

ange-GabrielÉvangile de Jésus Christ selon saint Luc

Au sixième mois d’Élisabeth,
l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le nom de la jeune fille était Marie.

L’ange entra chez elle et dit :
« Je te salue, Comblée-de-grâce,
le Seigneur est avec toi. »

À cette parole, elle fut toute bouleversée,
et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.

L’ange lui dit alors :
« Sois sans crainte, Marie,
car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus.

Il sera grand,
il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu
lui donnera le trône de David son père ;
il régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque je ne connais pas d’homme ? »

L’ange lui répondit :
« L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut
te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,
il sera appelé Fils de Dieu.

Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à Dieu.

Marie dit alors :
« Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. »

Alors l’ange la quitta.