Twenty-One-Pilots_stressed

 

Stresssed out (Stressés !)

par Twenty One Pilots (Tyler Joseph et Josh Dun)

Sur le thème, on m’avait dit et c’est pas ça.
Sur le thème, je rêvais et vous m’avez poussé à autre chose.
Sur le thème, c’est dur d’entrer dans la vie que ce monde nous prépare.
Sur le thème, mais laissez-nous donc tranquille et vivre à notre façon.

On nous avait dit que plus tard, en grandissant, tout irait mieux
et voilà qu’on se sent perdu, toujours à compter sur l’avis des autres.
Laissez-nous donc revenir à nos intuitions de jeunesse
au lieu de nous stresser !

Avec un joli jeu de mot :

I care what people think / I care what you think : je tiens compte de ce que vous pensez,
alors qu’en général la formule est plutôt employée au négatif et n’est pas très gentille : « I don’t care what you think« , Je me fiche de ce que vous pensez. Ironie !

Ecouter, écouter tous ces avis bien-pensants qui semblent mieux savoir que l’intuition personnelle de chacun. Stressant !

 

TWENTY ONE PILOTS – Stressed out

 

Je voudrais trouver les meilleurs sons que personne n’a jamais entendus,
Je voudrais avoir une meilleure voix pour chanter de meilleurs mots,
Je voudrais trouver des accords à placer dans un ordre nouveau,
Je voudrais ne pas avoir à rimer à chaque fois que je chante,
On m’a dit qu’en grandissant toutes mes peurs diminueraient,
Mais là, maintenant, je me sens fragile et tiens compte de ce que pensent les gens.

Mon nom est Blurryface (face embrouillée) et je tiens compte de ce que vous pensez.
J’aimerais que nous puissions revenir en arrière, au bon vieux temps,
Quand notre maman chantait pour nous endormir, mais maintenant nous sommes stressés.
Nous sommes stressés.

Parfois, une simple odeur me ramène au temps où j’étais petit,
Comment se fait-il que je ne sois jamais capable d’identifier d’où elle vient ?
J’en ferais une bougie parfumée si jamais je retrouvais sa source,
J’essaierais de la vendre, je ne la céderais jamais, je n’en vendrais probablement qu’une,
Et ce serait à mon frère, car nous avons le même air de famille,
Les mêmes fringues, même origine, même pierre jetée dans le ruisseau où nous allions traîner,
Mais ça nous rappellerait le temps où rien n’avait vraiment d’importance,
Entre prêts d’étudiant et cabanes dans les arbres, nous prendrions toujours ces dernières.

Mon nom est Blurryface et je tiens compte de ce que vous pensez..
J’aimerais que nous puissions revenir en arrière, au bon vieux temps,
Quand notre maman chantait pour nous endormir, mais maintenant nous sommes stressés.

Nous jouions à faire semblant, nous nous donnions des noms différents,
Nous construisions une fusée puis l’envoyions voler au loin,
Nous rêvions du cosmos mais maintenant ils nous rient au nez,
En disant, « Redescends sur terre, tu dois gagner ta vie. »
Yeah.

J’aimerais que nous puissions revenir en arrière, au bon vieux temps,
Quand notre maman chantait pour nous endormir, mais maintenant nous sommes stressés.

Nous jouions à faire semblant, nous jouions à faire semblant, mon lapin,
Nous jouions à faire semblant, réveille-toi, ce dont tu as besoin, c’est l’argent
Nous jouions à faire semblant, nous jouions à faire semblant, mon lapin,
Nous jouions à faire semblant, réveille-toi, ce dont tu as besoin, c’est l’argent
Nous jouions à faire semblant, nous nous donnions des noms différents,
Nous construisions une fusée puis l’envoyions voler au loin,
Nous rêvions du cosmos mais maintenant ils nous rient au nez,
En disant, « Redescends sur terre, tu dois gagner ta vie. »
Yeah.

 

I wish I found some better sounds no one’s ever heard,
I wish I had a better voice that sang some better words,
I wish I found some chords in an order that is new,
I wish I didn’t have to rhyme every time I sang,
I was told when I get older all my fears would shrink,
But now I’m insecure and I care what people think.

 
 

My name is Blurryface and I care what you think.
Wish we could turn back time, to the good ol’ days,
When our momma sang us to sleep but now we’re stressed out.
We’re stressed out.

 

Sometimes a certain smell will take me back to when I was young,
How come I’m never able to identify where it’s coming from?
I’d make a candle out of it if I ever found it,
Try to sell it, never sell out of it, I’d probably only sell one,
It’d be to my brother, ‘cause we have the same nose,
Same clothes, homegrown, a stone’s throw from a creek we used to roam,
But it would remind us of when nothing really mattered,
Out of student loans and treehouse homes we all would take the latter.

 

My name is Blurryface and I care what you think.
Wish we could turn back time, to the good ol’ days,
When our momma sang us to sleep but now we’re stressed out
.

 

We used to play pretend, give each other different names,
We would build a rocketship and then we’d fly it far away,
Used to dream of outer space but now they’re laughing at our face,
Saying, « wake up, you need to make money. »
Yeah.


Wish we could turn back time, to the good ol’ days,
When our momma sang us to sleep but now we’re stressed out.

Outro (Blurryface)
Used to play pretend, used to play pretend, bunny
We used to play pretend, wake up, you need the money
Used to play pretend, used to play pretend, bunny
We used to play pretend, wake up, you need the money
We used to play pretend, give each other different names,
We would build a rocketship and then we’d fly it far away,
Used to dream of outer space but now they’re laughing at our face,
Saying, « wake up, you need to make money. »
Yeah.
 

___________

Source Paroles (revues) : La coccinelle

le-vent

Le vent souffle où il veut
Et toi tu entends sa voix,
Mais tu ne sais pas d’où il vient,
Et tu ne sais pas où il va,
Le vent.

Amis, il m’arrive des choses étonnantes en ce moment, très très fortes émotionnellement. Très, très bonnes aussi.
De mon coeur jaillit un cri dont je me fiche éperdument de savoir s’il est stupide ou pas, il doit sortir :

Le vent… Seulement le laisser aller.  En ce moment il m’emmène vers de tellement beaux rivages ! Que ce vent m’emporte, m’emporte, je ne veux plus jamais le quitter!

Pour aider à entrer dans cette belle réalité spirituelle, voyez cette belle version mise en images avec la mer, les vagues, la plage, les bateaux, le vent…

LE VENT
(Michel Scouarnec /Jo Akepsimas)

Le vent souffle où il veut
Et toi tu entends sa voix,
Mais tu ne sais pas d’où il vient,
Et tu ne sais pas où il va,
Le vent.

As-tu compté les grains de sable
sur les bords de la mer ?
As-tu compris les chants des vagues,
aux pays des matins clairs ?

Quand tu regardes les étoiles
au manteau de la nuit,
Tu voudrais bien lever le voile
qui te masque l’infini.

Comme l’oiseau, loin de la terre
tu voudrais t’envoler,
Vers le soleil, vers la lumière
dans un ciel de liberté.

en-attendant-modus-vivendi

 

En attendant….

 

Nathan Goshen – Thinking About it (Let it go) – נתן גושן

 

Pourquoi tu as fais ça ?
T’installer pour un instant
Tu ressembles à n’importe qui, je sais.

Pourquoi voudrais-tu le dire comme ça ?
Tu ne sais pas que les rêves se réalisent vraiment
Quand t’y mets tout ton coeur comme ça

Alors, en attendant…

J’y pense
Laisse aller, laisse aller
Tout va se réparer tout seul
J’y pense
Laisse aller, laisse aller

Je sais que tu travailles dur
Et que tu n’attends que de sortir de ce sous-sol.
Mais si je t’emmène loin
Tu me supprimeras juste pour me remplacer.

Alors, en attendant…

J’y pense
Laisse aller, laisse aller
Tout va se réparer tout seul
J’y pense
Laisse aller, laisse aller

Il y a de bonnes choses juste devant mes yeux
Juste devant mes yeux
Il y a de bonnes choses juste devant mes yeux
Juste devant mes yeux.
J’y pense
Laisse aller, laisse aller
Tout va se réparer tout seul
J’y pense
Laisse aller, laisse aller

 

What did you do this for?
Settle down for a little bit
You look like any other fool I know.

Why would you say it like that?
Don’t you know dreams really come true
When you give away your heart like that?

So in the meantime

I’m thinking about it
Let it go, let it go
It will all fix itself
I’m thinking about it
Let it go, let it go

I know you work so hard
And you can’t wait to get out of this basement.
But If I’ll take you this far
You kill me just to find a replacement.

So in the meantime

I’m thinking about it
Let it go, let it go
It will all fix itself
I’m thinking about it
Let it go, let it go

There’s a really good thing right in front of my eyes
Right in front of my eyes
There’s a really good thing right in front of my eyes
Right in front of my eyes.
I’m thinking about it
Let it go, let it go
It will all fix itself
I’m thinking about it
Let it go, let it go

 


sources paroles (anglais/français) :www.musixmatch.com

Source photo : modus vivendi, printemps-été 2016


 

– Un rapport avec l’Ascension ? ( fête d’aujourd’hui)
– Non, mais on peut toujours trouver. « tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et il était emporté au ciel. » Il se sépara d’eux… Alors, en attendant… J’y pense, j’y pense et je laisse aller !

Joshua-Aaron_How Great is our God _ Gadol Elohai 5

GADOL ELOHAI par Joshua Aaron

Il est grand notre Dieu – chantez avec moi
Il est grand notre Dieu – et tout le monde verra
Comme il est grand  notre Dieu.

 

Son Nom est au-dessus de tout nom
Digne de toute louange
Mon coeur chantera comme il est grand notre Dieu

 

Magnifique chant interprété en hébreu par Joshua Aaron, avec ce talent propre aux judaïsants de savoir concilier des paroles simples issues de la Bible, une créativité musicale et artistique et une ambiance de prière.

גדול אלוהי
שירו
כי גדול אלוהי
כל אחד יראהכי גדול אלוהי 

שם מְעַל כל שם
אותך ראוּי
להלל
ליבי ישיר כי
גדול אלוהי

Gadol elohai Shiru ki gadol elohai
Kol echad yirei
Ki gadol elohai 

Shem me’al kol shem
Otcha raui le’halel
Libi yashir ki gadol elohai

A vrai dire, il semble bien que Joshua Aaron se soit inspiré d’une chanson de Chris Tomlin, « How great is our Lord » qui avait reçue en 2006 la distinction de « Chanson de l’Année » par le GMA Dove Awards, une grande manifestation américaine visant à mettre en valeur et faire connaître les compositions musicales d’inspiration chrétienne.

Dans une interview paru sur le site songfacts le chanteur chrétien explique comment lui est venue l’idée de cette chanson alors qu’il méditait le psaume 104 (103 dans la version catholique). L’ensemble du chant qui comprend en fait de nombreux couplets est un hymne à la louange de Dieu, construites avec de nombreuses références bibliques principalement tirées des psaumes. Mais, pas seulement. On trouvera les paroles de la chanson de Chris Tomlin ici, avec les références bibliques de chaque couplet (attention pour les Psaumes, il s’agit de la numérotation anglo-saxonne : Psaume 104, c’est Psaume 103 pour nous !).

Pour écouter la chanson de Chris Tomlin, c’est ici (sur Jango) ou là (sur youtube avec les paroles en prime).

Pour ce qui concerne nos deux couplets, voici les références bibliques en anglais :

How great is our God – sing with me
How great is our God – and all will see
How great, how great is our God  (Exodus 18:11, 2 Chronicles 2:5, Psalm 48:1, Psalm 86:10, Psalm 95:3, Psalm 96:4, Psalm 104:1, Psalm 135:5, Psalm 145:3, Psalm 147:5, Psalm 150:2, Job 36:26)

Name above all names (Acts 4:12, Ephesians 1:21, Philippians 2:9-11)
Worthy of all praise (1 Chronicles 16:25, Psalm 18:3, Revelation 4:11, Revelation 5:12)
My heart will sing (Psalm 30:12)
How great is our God

Revenons à Joshua Aaron. Qu’il se soit inspiré des paroles de la chanson de Chris Tomlin semble évident puisqu’il s’agit d’une compilation originale qu’il reprend telle quelle, mais la traduction, la musique, les arrangements, l’interprétation, c’est lui, et cela reste un travail étonnant.

Par curiosité, pour vous convaincre de son talent, allez laisser traîner vos oreilles sur la playliste où l’on trouve ses autres chansons, ici sur youtube. Joshua Aaron a également été distingué, en 2015, l’Independent Music Award pour sa chanson « You are Holy ». J’aime particulièrement Kadosh Ata, Hoshiana ou dans un autre style  » All is well », « He’s Coming Again » et « Salvation is your name » pour lequel Johua Aaron nous explique (en anglais) comment lui est venue cette chanson. Alors qu’il était en vacances en Israël à l’occasion de Yom Kipour, il s’est retrouvé dans une synagogue orthodoxe et a été saisi par la répétition du mot… IeshuaIeshua…prenant tout à coup conscience que ce mot veut dire Salvation (Salut). Waouh, le choc pour le bon juif pieux : Ieshua veut dire Salvation. De retour vers les Etats-Unis, il laisse ce mot retentir en lui, devenir prière, puis chanson. C’est ici.

Ieshua, c’est le nom juif de Jésus. Son nom est ‘Salut’ ou ‘le Sauveur, celui qui Sauve. Et les prophètes de la Première Alliance n’ont de cesse de proclamer que Dieu sauve, son nom est celui qui sauve son peuple. Alors, oui, il est grand le Dieu d’Abraham, d’Isaac, et de Jacob. Le Dieu de Jésus.

Il est grand notre Dieu – chantez avec moi
Il est grand notre Dieu – et tout le monde verra
Comme il est grand  notre Dieu.

 

Son Nom est au-dessus de tout nom
Digne de toute louange
Mon coeur chantera comme il est grand notre Dieu

Gadol elohai Shiru ki gadol elohai
Kol echad yirei
Ki gadol elohai

 

Shem me’al kol shem
Otcha raui le’halel
Libi yashir ki gadol elohai

 

Rainbow_Gathering_Bosnia_2007

Tu es ma mère, tu es mon père,
Tu es mon amoureux, tu es mon ami.
Tu es le commencement, tu es le centre,
Et tu es au delà de la fin.

Tu es les couleurs de l’arc-en-ciel,
Tu es la lumière d’un blanc pur en moi.
Tu es les rivières, tu es les montagnes, Seigneur,
Tu es le ciel, tu es la mer.

Et je t’aime tellement… Tu m’aides à voir,
Te voir en tout… c’est te voir en moi.
Je suis en toi et tu es en moi,
Je suis en toi et tu es en moi.

Les branches d’un arbre. Elles peuvent être nombreuses,
Mais l’arbre, mes amis, vous savez, est un.
Les pétales d’un lotus, avez-vous remarqué, sont nombreux,
Mais le lotus est un.

Gurus et swamis, les maîtres sont nombreux,
Mais la vérité est une.
Des prophètes religieux, Seigneur, ils sont tellement nombreux,
Mais Dieu est un.

(parlé)
Tu es Kali, Tu es Compassion,
La Divine Mère,  la Mère Nature.

Je veux te toucher, Je veux te sentir,
Seigneur, Je veux  être droit à ton côté.
Je veux te connaître, je veux t’aimer,
Je veux te servir tout au long des jours.


UNIVERSAL LOVER, by Fantuzzi.

You are my mother you are my father,
You are my lover, you are my friend.
You’re the beginning, you are the center,
And you are beyond the end.

You are the colors of the rainbow,
you are the pure white light in me.
You are the rivers, you are the mountains,Lord,
you’re the sky, you are the sea.

And I love you so… You help me see,
To see you in all… is to see you in me.
I’m in you and you’re in me,
I’m in you and you’re in me.

The branches of a tree. They may be many,
But the tree, my friends, you know, is one?
The petals of a lotus, have you noticed, are many,
But the lotus is one.

Gurus and swamis, teachers are many,
But the truth is one.
Prophets religions, Lord, there’s so many,
But God is one.

(spoken)
You are Kali, You are Compassion,
The Divine Mother, Mother Nature.

I want to touch you, I want to feel you,
Lord, I want to be right by your side
I want to know you, to love you,
I want to serve you all the time

 

Pour retrouver le livret de chants et les accords de guitare, c’est ici (fichier pdf)

Universal lover est devenu comme l’hymne du mouvement « Rainbow Spirit » et son auteur, Fantuzzi, est connu pour ses nombreux engagements au service de la planète, notamment pour la défense de l’environnement naturel des populations indigènes en Amérique Latine. Comment mieux évoquer le mouvement « Rainbow Spirit » qu’avec cet hymne à l’amour qui appelle à reconnaître Dieu en tout être humain, en tout être vivant, et finalement en soi: « Te voir partout, te voir en tout, c’est te voir en moi« , nous fait chanter Fantuzzi.

Dieu en toutes choses…

Tu es ma mère, tu es mon père, tu es mon frère, mon ami , mon amant, tu es mon Dieu…
Voilà des paroles que ne rejetteraient les mystiques d’aucune religion.

A dire vrai, le mouvement Rainbow n’est pas spécialement déiste, et surtout pas rattaché à une quelconque religion. On retrouve l’intuition hippie d’un amour universel, un syncrétisme bon enfant style New Âge, l’idéal un peu adolescent d’une vie commune simple et naturelle où chacun respecte tant la nature que les autres. Oui, Rainbow plonge ses racines dans les expériences hippies des années 70, mais d’une manière plus responsable peut-être.
Les valeurs que veulent vivre les participants de la famille Rainbow sont l’amour, la paix, la non-violence, le respect de l’environnement.

J’ai parlé de mouvement mais à proprement parlé, il n’y a pas de mouvement puisqu’il n’y a pas de leaders et le moins possible d’organisation. C’est pourquoi on parle plutôt de famille. C’est une famille Arc-en-Ciel (Rainbow) car elle accueille toutes les différences comme autant de couleurs qui se complètent et ne forment qu’une seule réalité.

La famille Rainbow se reconnaît à ses valeurs et son art de vivre ensemble mais a renoncé à ces communautés permanentes qui ont montré leurs limites. Les membres de la famille Rainbow se retrouvent aujourd’hui lors de rassemblements éphémères en pleine forêt ou en tout cas en milieu naturel pour quelques jours ou quelques semaines. Là, pas de commerce, pas d’autorité  mais des services communs, des ateliers artistiques et culturels, la découverte ou l’approfondissement de techniques naturelles… du rire et de la fête (sans alcool!) à l’occasion de jeux collectifs, de spectacles ou de veillées autour du feu. Ici ou là, on fait de la musique , on chante et vient qui veut…en fait tous ceux qui sont là ou passent par là.

Pour en savoir plus sur ces rassemblements éphémères, voyez par exemple l’article qui y est consacrés sur wikipédia.

Et puis si le coeur vous en dit retournez vous imprégner de Return again, vécu par la famille Rainbow lors du Gathering de Jérusalem, en 2003, c’est ici : Return Again