Le sens de notre vie est finalement simplement d’être qui nous sommes, et cela tant qu’un souffle nous est encore prêté.

C’est très simple à dire mais, en vérité, avec l’âge, on découvre qu’être qui nous sommes est un cheminement : être capable de revenir à l’état d’enfance, où l’on se reçoit avec émerveillement sans penser, sans réaction de survie, sans conditionnement. Etre capable de revenir à cet espace caché au fond de nous, qui veut être et qui n’attend que nous pour s’épanouir. Des années durant, nous nous sommes protégés. C’était normal et nécessaire : pur instinct de survie. Nous avons acquis des automatismes, forgé des croyances, bâti une personnalité pour nous protéger. Et, souvent, nous nous sommes identifiés à ces masques qui finissent pourtant par ne plus nous convenir. Ils ne nous conviennent plus d’abord parce qu’ils sont faux, et parce que notre être profond n’y trouve pas ou plus son compte. Et puis surtout, cet être profond veut advenir. Nous sommes sur terre pour cela. Nous sommes vivants pour cela.

Pour que l’expérience de vie soit complète, il nous faut nous retrouver. Cela peut sembler douloureux au départ car il nous faut enlever ces masques auxquels nous nous sommes identifiés et qui nous collent parfois à la peau ou à la mémoire. La peur nous retient : peur de l’inconnu, peur de la vulnérabilité, peur de la nudité. Et paradoxe des paradoxes : la peur d’être, alors que nous sommes ici pour Être. Il y a donc comme une réconciliation avec nous-mêmes à opérer, avec beaucoup d’humilité : peu importe ce que je serai, je serai qui je suis déjà et aspire à être depuis mon origine. La forme ne compte pas. Une fois que l’appel intérieur a été entendu, il faut avancer: c’est le temps des retrouvailles annoncées, le temps de l’espoir, le temps de la joie. Rien, plus rien, ne peut détourner de ce chemin intérieur.

Un deuxième obstacle peut être ressenti au niveau des émotions, et notamment de la tristesse. Celle d’avoir été abandonné, laissé seul, pas reconnu, pas aimé ou pas suffisamment aimé. Cela aussi est un leurre. Dans son développement humain, l’être que nous sommes n’avait peut-être pas les moyens de sentir qu’il était voulu, aimé et éminemment digne et respectable. il a pu développer des stratégies qui sont venues renforcer ou colorer d’une teinte particulière, ici ou là, ses masques. Mais au fond, il est. Et s’il est, c’est qu’il est sans besoin de le mériter, sans besoin de reconnaissance extérieure. Le simple fait d’être dit l’amour de Dieu – certains diront « de l’univers » – à notre endroit. Aussi, un jour, vient également cette révélation intérieure : je suis infiniment aimable par le seul fait que je suis. Je ne suis pas abandonné, je suis invité à me retrouver. Je croyais être perdu, lâché par l’univers. Je suis invité à me retrouver, en moi, en cet espace où tout est stable et sécurisé, cet endroit où l’être que je suis peut s’épanouir.

Un troisième obstacle peut survenir sous la forme de colère. Colère d’être obligé de se battre, colère de devoir se défendre, colère de devoir mener un combat pour survivre. Qu’on l’appelle combat pour la justice, pour la dignité, pour la liberté ou la solidarité, cette colère a les mêmes fondements : il a fallu se battre pour survivre et c’était dur et cela a façonné notre personnalité. Cette colère est parfois encore très présente et fait réagir instinctivement pour des causes que l’on croit justes alors que, quelques justes qu’elles soient, c’est notre réaction qui prédomine comme une réponse, devenue conditionnée, au danger de paraître tel qu’on est : faible, vulnérable, fragile, et si beau ! Parfois la colère est niée et anesthésiée et, au contraire d’être assumée, elle est fuie comme un cataclysme violent qui monterait et n’arrangerait rien. Parfois, elle est à peine perceptible et va se nicher dans des détails imperceptibles pour autrui, une sorte d’exigence faite d’amertume et de regret, le désir d’être parfait par soi-même puisque la vie ne nous donne pas cette perfection. Cette colère, quelque soit sa forme est signe du désir de vivre en nous, fût-ce par le combat. Vient un temps où l’on peut saisir qu’il n’y a rien, ou plus rien, à combattre, mais seulement à être.

Zabulon – 9 juillet 2017

PS – Ce texte m’a été inspiré en réponse au questionnement d’un lecteur internaute assidu. Qu’ils en soit remercié !

Source photo : Gus Kenworthy, champion olympique de ski (médaille d’argent aux Jeux olympiques d’hiver, 2014)

 

« Moi, je ne le connaissais pas ;
mais, si je suis venu baptiser dans l’eau,
c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. »

Jean 1,31

 

Une Déclaration de Jean, le baptiste : « Je ne le connaissais pas ! »

Quelle belle manchette en perspective !

On lit ou on écoute parfois trop vite les Evangiles, et on se laisse influencer par le prisme global, l’impression de déjà savoir, d’avoir compris.  Si l’on s’arrête quelques instants sur ce verset, il y tant de belles choses à  découvrir, tout un programme de vie !

« Je ne le connaissais pas… »

Du verbe eido en grec, qui a  donné par exemple le mot idée.  Il s’agit de voir, ou percevoir, en étant attentif. Donc Jean, le baptiste,  est en train de nous dire : je ne voyais pas, je n’avais pas idée de qui il était, je ne le connaissais pas vraiment.

La tradition nous rapporte que  Jean et Jésus étaient cousins. On peut donc imaginer qu’ils se soient croisés une fois ou l’autre, qu’ils s’appréciaient ou pas, qu’ils avaient entendu parler l’un de l’autre.

Et pourtant, Jean nous fait cette déclaration : Je n’avais pas idée de qui il était.

En creux, admirons et accueillons pour nous-même la posture de Jean le baptiste : il n’a pas idée de qui  est vraiment l’autre et il ne l’affuble pas non plus de fausses idées. Pas de projection, pas  de transfert, pas d’étiquettes. Cet homme-là pourra se révéler autre que ce qu’il paraît, autre que ce qu’on connaît de lui, il pourra se révéler tel qu’il est : le chemin est ouvert.

Et si c’était vrai de tout homme? De l’autre bien sûr. Mais aussi de moi. Est-ce que j’ai idée de qui je suis vraiment? Suis-je prêt à laisser l’Esprit jaillir en moi et me dévoiler qui je suis?

« Je suis venu baptiser dans l’eau »

Intéressante formule. D’une part, le baptiste évoque un mouvement volontaire, celui de venir : emploi du verbe erchomai qui peut vouloir dire aussi apparaître. Le baptiste est conscient de remplir une mission et celle-ci est très concrète: baptiser dans l’eau.

Le mot baptizo évoque l’idée d’être immergé, ce qui n’est pas simplement être plongé (verbe bapto). Il y a bien sûr une connotation purificatrice mais ne glissons pas trop vite dans les métaphores car la formule employée ici est très concrète : être immergé dans l’eau.

La mission du baptiste est donc d’aider les gens à entrer complètement dans l’eau, à en être recouverts. C’est comme si, tout seuls, ils ne pouvaient pas le faire. Comme si le danger était grand de rester en surface, de garder une partie émergée, de ne pas tout donner, de ne pas s’abandonner tout entier.

Le baptiste est venu pour baptiser dans l’eau, pour immerger complètement la personne dans l’eau. Et cette eau (le mot hudor, qui fient de huetos, la pluie), évoque autant l’eau de la création, celle des grands océans, que l’eau claire qui sert à se laver, se purifier ou se désaltérer.

L’être tout entier semble nécessiter d’être plongé dans l’eau de la création et y retrouver sa purification. Mot un peu démodé qu’on pourrait peut-être traduire aujourd’hui de la manière suivante, pour être bien compris : plongé totalement dans l’eau originelle, pour retrouver sa dignité, son sens, son être.


« C’est pour qu’il soit manifesté à Israël »

« Manifester » est une mot français qui a aujourd’hui bien d’autres connotations. Ici, c’est le verbe phaneroo qui est employé, ce qui signifie rendre manifeste, faire connaître, exposer. On retrouve le même verbe employé par Jean, l’Evangéliste, dans le récit des noces de Cana : « Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des miracles que fit Jésus. Il manifesta (phaneroo) sa gloire, et ses disciples crurent en lui. » (Jn 2, 11) ou, pour ne prendre qu’un exemple dans les autres Evangiles : « Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert (phaneroo), rien de secret qui ne doive être mis au jour. » (Mc 4, 22).

Cette « manifestation » n’est donc pas une épiphanie au sens où Dieu se manifesterait dans toute sa gloire et sa grandeur, d’une manière grandiose. Elle est davantage le dévoilement discret d’un secret pour ceux qui y prêtent attention, le dévoilement du secret de qui est vraiment l’être de Jésus. Peut-être, un dévoilement pour lui-même, si l’on écoute les autres évangélistes à propos de cette scène baptismale puisqu’ils entendent une voix de l’extérieur dire « Celui-ci est mon Fils bien aimé »

Ici, dans l’Evangile de Jean, et même si ce verset le suggère déjà, les versets suivants préciseront que c’est Jean, le baptiste, qui perçoit l’être de Jésus au moment où il est immergé dans l’eau. Et l’être de Jésus est qu’il est le Fils de Dieu. Son immersion dans l’eau permet de faire « apparaître », de manifester, l’Esprit de Dieu qui descend sur lui :

« Moi, je ne le connaissais pas,
mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit :
‘Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer,
celui-là baptise dans l’Esprit Saint.’
Moi, j’ai vu, et je rends témoignage :
c’est lui le Fils de Dieu. »
(Jn 1, 33-34)

« Sur qui tu verras l’Esprit descendre (katabaino, qui peut vouloir dire aussi venir, arriver sur) et séjourner (littéralement « s’arrêter », meno). »

Le baptême de Jésus, l’immersion totale dans l’eau, a donc pour effet de révéler que cet homme-là est complètement agréable à Dieu et que l’Esprit de Dieu peut venir habiter complètement en lui.

Jean, le baptiste, nous dit donc : ce Jésus, je n’imaginais pas qui il pouvait être. J’étais venu, inspiré par l’Esprit de Dieu, pour aider les gens à retrouver leur être profond par cet acte de les immerger totalement dans les eaux. Et sur celui-ci, Jésus, dont je n’avais pas idée de qui il pouvait être, au moment où je l’ai immergé, j’ai vu l’Esprit de Dieu se manifester en lui, dévoiler qui il est vraiment : le Fils de Dieu, l’humanité en marche, Dieu avec nous.

C’est pour que…

hina, que l’on traduit parfois par « afin que » mais, à mon sens, cela fausse le sens. Car ce mot qui ultimement semble venir de autos (lui ou elle-même) n’indique ni une relation de cause à effet, ni une conséquence, mais plutôt une sorte d’apposition et d’intensité : Je suis venu baptiser et ainsi son être s’est manifesté.  A celui-là. Et celui-là, c’est le Fils de Dieu. On retrouve tut le long du texte , cette insistance démonstrative : c’est celui-là, celui sur qui est venu et a demeuré l’Esprit de Dieu, c’est celui-là le Fils de Dieu.

Mais nous parlons du Baptiste, nous parlons de Jésus. J’ai renoncé depuis longtemps à regarder l’Evangile comme apportant une Parole qui me serait extérieure. Si je considère donc l’Evangile intérieur, j’essaie de me laisser aller à cette immersion totale de ma vie dans les eaux de mon lointain baptême, dans les eaux vivificatrices de mon adhésion à Jésus-Christ. Je ne veux rien savoir à l’avance de qui je suis, je ne veux rien savoir de qui j’étais ou croyais être. Mais seulement pour aujourd’hui, Seigneur, toi qui habites mon être, viens me révéler à moi-même, que je sois celui-là que je suis vraiment.

– – – – –
Source photo : Philippe Brunel Photography sur facebook et flickr

coming-out

On a beau le proclamer sur tous les toits, nombreux sont ceux qui n’arrivent pas à accepter qu’on ne choisit pas d’être homosexuel. Non, on ne choisit pas. Mais le conditionnement culturel est tellement fort pour affirmer ou faire penser que la norme est l’hétérosexualité et que toute autre réalité relèverait d’une déviance volontaire qu’il est bien difficile, lorsqu’on est différent, de s’accepter soi-même tel qu’on est, ce qu’on est, qui on est.

Si c’était si simple ! Imagine-t-on la violence intérieure que l’on se fait quand on doit faire semblant d’être hétéro, au point de s’en convaincre soi-même? Etre dans le déni, refouler sans cesse, non pas ses pulsions sexuelles comme certains détracteurs aimeraient le faire croire, mais qui on est.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit : être en vérité avec soi-même. S’accepter tel qu’on est. Ne pas être jugé et ne pas se juger. Ce deuxième point, ne pas se juger soi-même, est bien difficile dans un développement humain quand toute la culture ambiante encourage un autre modèle et laisse peu de place aux autres possibilités.

Certains savent assez tôt, et trouvent assez d’assurance intérieure pour affirmer qui ils sont. Il semble que, malgré la haine toujours présente et rampante, ce soit de plus en plus facile. Mais ça ne l’est pas toujours.

Qu’est-ce qui fait la différence? La famille bien sûr, l’amour des proches, parents et amis. L’assurance qu’on sera aimé pour ce qu’on est, quelle que soit son orientation sexuelle, et plus encore : avec cette orientation sexuelle comme constitutive de l’être profond et le structurant de telle manière qu’il est impensable d’imaginer autre chose, et indécent – vraiment indécent – d’imaginer une maladie à soigner, un démon à expulser ou un péché à expurger.

J’ai parfois lu (par exemple ici) qu’il y a trois types de coming out : celui pour soi, celui auprès des autres,notamment les proches, et celui pour les autres au sens large : le grand public, la communauté gay, etc.

Certains coming out donnent l’impression que les trois se font en même temps. Pour ce qui me concerne et un certain nombre de cas que je connais, il semble pourtant que le premier, celui pour soi-même, est le plus long et le plus dur à faire.

Il s’agit vraiment de sortir du placard (sens originel de « coming out ») c’est à dire se révéler…oser se révéler. Et d’abord à soi-même. Mais cette réalité est parfois enfouie tellement loin dans la conscience et l’inconscient que c’est vraiment au fond d’un placard tout noir dans lequel on ne va jamais qu’il faut aller chercher.

J’entends déjà les questions. « Mais comment peut-on se mentir à soi-même? » Parce que la force du déni est terrible. On ne voit que ce qu’on veut voir. Il ne faut pas être homo, ce n’est pas bien? Donc la sensibilité est réinvestie dans l’art et la spiritualité, les amitiés dans des grands idéaux, les attirances réprimées et réinterprétées en confusions adolescentes passagères, les rêves érotiques masculins en dysfonctionnements passagers…qu’un jour, peut-être, on prendra le temps d’expliquer avec un psy, à moins que d’ici là le mariage ne démontre qu’il ne s’agissait que de la peur des filles et que depuis tout va bien.

La force du déni est terrible. Comment l’expliquer sinon par le fait que le petit enfant, pour se protéger d’un danger qu’il a ressenti comme étant plus grand, a préféré ne pas dévoiler qui il était vraiment? Je ne prétends pas généraliser cette explication, mais elle vaut apparemment pour moi et pour certains.

Je vais dire ou redire deux choses que j’ai déjà eu l’occasion d’exprimer. Je ne comprends pas la haine et le dégoût des chrétiens envers les personnes à orientation homosexuelle. J’ai entendu et vu des commentaires et des comportements absolument indignes de personnes qui se réclament de l’amour du prochain à l’occasion du débat sur le mariage pour tous. Cet événement ainsi que, récemment, le massacre d’Orlando, avec toutes les ambiguïtés du meurtrier lui-même, mais aussi les applaudissements de certains, ont réveillé mon indignation et accéléré le processus de sortie du placard.

Il est un peu tôt pour que je fasse un coming out général, mais il est certain que je ne peux pas, ou plus, me cacher à moi-même que moi aussi j’en suis, que depuis toujours je rêve d’une tendresse qui soit masculine, et que les années passant la souffrance est de plus en plus prégnante. Vous savez, ce genre de souffrance qui ne se voit pas, celle qui vous contracte de l’intérieur pendant que vous jouez un rôle social, vous fait sentir la vacuité de tout cela, vous révèle vos masques, vos mensonges même s’ils sont de bonne foi, et puis ce vide intérieur, cet isolement, cette solitude immense même quand vous êtes reliés, entourés par la famille, par des amis.

Parce qu’au fond, je ne veux pas être aimé pour ce que je ne suis pas. Et surtout… Je ne peux pas m’aimer vraiment ni sortir de cette souffrance si je ne m’accepte pas moi-même tel que je suis. Certains arrivent à s’en tirer en menant une sorte de double vie, époux et pères parfaits d’un côté et quelques compensations sexuelles de l’autre. Je ne peux pas me satisfaire de cela. J’ai besoin de vérité.

Je sais trop bien pourquoi j’ai une orientation homosexuelle : les manques de tendresse maternelle de ma prime enfance et régulièrement répétés ensuite. Mais, quelque part, en avoir pris conscience me libère de la « cause » homosexuelle. J’ai juste besoin d’être, de vivre, besoin d’avancer tel que je suis, savoir -enfin ! – que je suis le bienvenu dans ce monde et que je suis invité à y jouer ma partition au même titre que les autres. Peu importe que je sois gay ou pas, c’en est presque devenu accessoire. Je veux être et je veux jouer ma partition et pas celle d’un autre. Ca ne me donne aucun droit, aucun privilège et, même, ça me libère de cette sorte d’égoïsme qui cherche toujours de la reconnaissance et veut ramener sans cesse à lui. Je n’ai rien à prouver, je n’ai rien à prendre à quelqu’un d’autre. Je veux juste être moi. Et moi sera qui il est, gay ou pas, quelle importance?

Dire qu’il m’aura fallu 50 ans pour arriver à écrire ce genre de choses… Mais je vais me taire, tout cela est encore bien trop récent pour moi. Je vais plutôt saluer le courage de ceux qui comme Coeur de Pirate, ont dévoilé leur homosexualité dans la suite des massacres d’Orlando.

Et puis, même s’il est plus ancien, je voudrais partager le coming out de Troye Sivan,ce youtuber de génie devenu un chanteur tout autant talentueux. Ce garçon aime la vérité et c’est notre bien le plus précieux. Dans la vidéo, Troye s’exprime en anglais mais ci-dessous vous trouverez la traduction en français.

J’admire la démarche de ce jeune homme. Je l’aimais comme chanteur, je l’apprécie encore plus depuis que j’ai visionné cette vidéo. Je n’ai rien à ajouter.

« Bonjour à tous, c’est Troye Sivan, et je n’ai jamais été aussi nerveux de ma vie, mais je vais y arriver. J’ai quelque chose à vous dire, comme vous pouvez le deviner à travers le titre de cette vidéo. Nous sommes le 7 août 2013, et la raison pour laquelle je vous parle aujourd’hui est que le 7 août 2010 j’ai dit à ma famille que je suis gay. Et aujourd’hui je veux que vous sachiez à votre tour que je suis gay.

C’est un peu étrange de l’annoncer comme ça sur internet, mais j’ai l’impression que bon nombre d’entre vous êtes de vrais amis et je partage tout avec vous sur internet. J’ignore si c’est une bonne idée ou non, mais ce n’est pas quelque chose dont j’aurais à avoir honte, ni dont quiconque devrait avoir honte d’ailleurs, alors pourquoi pas le partager avec vous ?

Je suis terrifié, je sais que certains d’entre vous pourraient avoir un problème avec ça, ça pourrait tout bouleverser dans ma vie, mais en même temps ça ne devrait pas, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai fait cette vidéo, parce que c’est très important que d’autres personnes fassent ce genre de témoignage. Ma chaîne est destinée à vous faire sourire et vous faire rire, ça ne va pas changer. Je suis toujours le même, c’est simplement une nouvelle information à propos de Troye, une façon de vous faire partager une petite pièce qui manquait dans le tableau sur internet.

Depuis que je suis né, j’ai toujours su que j’avais quelque chose de différent. Je ne savais pas trop de quoi il s’agissait, mais le mot « gay » me terrifiait quand j’étais plus jeune et je savais que ce n’était pas une « bonne » chose. Je me rappelle que quand j’étais petit j’avais l’habitude de m’étendre sur mon lit et de me représenter les symboles qu’il y a… vous savez… sur les portes des toilettes, « hommes » et « femmes », et systématiquement je barrais le premier et je cochais le deuxième. Je crois que ça prouve que j’ai toujours été comme ça et que j’ai toujours su qu’il se passait un truc spécial. Mais je remisais toujours ces idées dans un coin, je ne voulais pas y penser, ça me faisait peur, ça me terrifiait, je me disais que ça changerait peut-être.

Mais un jour, quand j’avais quatorze ans, je suis allé dans un parc avec ma meilleure amie, Kayla. Nous avons l’habitude de partager nos plus grands secrets. Et il y avait cette chose que je pensais ne jamais jamais pouvoir partager avec personne, qui était cachée au plus profond de moi, mais Kayla n’est pas ma meilleure amie pour rien, et elle a réussi à me faire dire : « je pense qu’il est possible qu’éventuellement je sois… » Et là elle a dit : « Troye, es-tu bisexuel ? ». Alors j’ai commencé à pleurer, je l’ai serrée dans me bras, et j’ai dit : « Oui, ça pourrais être le cas ». Mais après, j’ai paniqué, parce que je n’étais pas prêt. Je n’étais vraiment pas assez mûr pour l’admettre, il y avait simplement ce truc au fond de moi auquel je ne voulais pas penser. Je me suis réfugié chez moi en pleurant et nous avons décidé de ne plus jamais en parler. Mais la discussion a eu au moins pour effet d’ouvrir une porte et de me forcer à tenir compte de cette éventualité, quand j’avais 14 ans et demi.

Et alors, pendant six mois, j’ai fait la seule chose que j’étais en mesure de faire : allumer mon ordinateur portable. C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle je fais cette vidéo, pour que les personnes de 14 ans qui sont comme celui que j’étais alors la trouvent, car à l’époque, entre 14 ans et demi et 15 ans j’ai regardé à peu près toutes les vidéos de coming out qu’on trouvait sur youtube. Or sans ces témoignages, sans ces personnes si courageuses, je ne sais pas où j’en serais aujourd’hui, je n’ai sincèrement aucune idée de ce que je serais devenu. Vous savez, elles m’ont montré simplement qu’il y avait toutes ces personnes heureuses qui vivaient une existence comme les autres, et qui se trouvaient être gay par ailleurs.

Et en six mois, je me suis réconcilié avec moi-même, j’étais heureux de ce que j’étais, alors je suis retourné chez Kayla. On n’en avait plus du tout parlé. Alors je lui ai annoncé que j’avais quelque chose à lui dire. Et je lui ai redit les choses, pour la deuxième fois. Depuis, notre amitié est devenue indestructible, la plus solide qui soit. Elle est un soutien total. Elle m’a simplement serré dans ses bras et dit que c’était ok, et dix minutes plus tard, tout était redevenu comme avant.

Ensuite, le 7 août 2010, j’étais dans mon lit et je discutais avec mon père. Nous avons commencé à parler de religion et de choses de ce genre. Je lui ai demandé : « Est-ce qu’il y a quoi que ce soit dans la religion que tu aimerais changer si tu le pouvais ? » Et il m’a dit : « tu sais, il y a toutes ces choses à propos des gays que je ne comprends pas, pourquoi la religion serait contre, alors que c’est complètement naturel. » Pour être honnête, je pense qu’il essayait de me faire dire des choses, car c’est la personne qui me connaît le mieux au monde. Et d’ailleurs il m’a demandé : « Et toi, alors, tu en penses quoi ? » Alors j’ai opiné, et je me suis lancé : « … parce que, Papa… ». Et là, je ne sais pas si d’autres que moi ont ressenti la même chose, mais j’avais l’impression d’avoir la gorge nouée et je n’arrivais pas à parler. Alors j’ai dit : « … parce que, parce que, Papa… [silence] je suis gay. » Je me souviens de lui me regardant et ouvrant grand les yeux, moi aussi j’avais les yeux écarquillés, et puis il m’a serré dans ses bras et je lui ai demandé s’il m’aimait toujours. Il m’a regardé comme si j’étais devenu complètement fou : « évidemment, je t’aime toujours. » On a discuté jusque tard dans la nuit. Il voulait être absolument sûr que j’allais bien. C’était son seul souci, pour le reste ça ne faisait pas la moindre différence pour lui. Et oui, ce n’était absolument pas un problème à ses yeux. Je pense qu’au fond de moi-même je savais qu’il en irait ainsi, mais c’était comme un grand saut à accomplir, et c’est sans doute la chose la plus difficile que j’ai eu à faire dans ma vie.

Le lendemain, quand je me suis réveillé, il avait parlé à ma mère. Elle s’est levée, m’a embrassé, et nous avons discuté longuement. Durant la journée, à ma demande, mes parents ont parlé à tous mes frères et sœurs. Même s’ils leur ont parlé séparément, ils ont tous eu la même réaction : ils sont venus un par un dans ma chambre, ils m’ont embrassé et m’ont dit que ce n’était pas un problème et qu’ils étaient à 100% avec moi. Après ma famille, j’ai entrepris d’en parler au cercle de mes amis les plus proches, et aucun d’entre eux n’avait un problème avec ça. Je pense que c’est absolument incroyable. Je suis entouré par les personnes les plus chouettes qui soient. Je suis encore plus proche d’eux car je n’ai plus rien à cacher. Je peux simplement me laisser aller et ne plus penser à rien de désagréable. La vie est formidable.

Et quand vous voyez les vidéos du genre It Gets Better, qui disent qu’au début ça sera vraiment difficile, mais qu’après ça ira mieux, je me dis, c’est vrai, ça ira mieux pour n’importe qui, mais ce que j’aurais à dire, mon message, ce serait que ça peut aller bien dès le début, vous pouvez avoir un coming out qui se passe tout en douceur.

Voilà, c’était sans doute la vidéo la plus difficile à faire. J’espère que rien ne changera. Je vais mettre mon adresse mail pour que vous puissiez me contacter si vous avez la moindre question à me poser. Il y a plein de ressources disponibles pour les adolescents gays, le genre que j’ai consulté quand j’étais un garçon de 14 ans terrorisé par ce qui lui arrivait. Je vous aime tous, vraiment. Bon, est-ce que je dois faire le clin d’œil final pour cette vidéo aussi ? »

Troye Sivan

(source de la traduction : c’est comme ça)

Bieber-realite

La réalité est ce qu’elle est.

(En écrivant cela, je pense à la déception de celui qui me lit :  » La réalité est ce qu’elle est…! C’est donc ça la vérité ? »)

Ce concept, ignoré bien qu’incontestable, comporte trois implications qu’il me paraît important de souligner. (…)

Les faits, les choses, les situations sont comme ils sont

La réalité n’est pas comme il me conviendrait qu’elle fût.
Elle n’est pas comme elle devrait être
Elle n’est pas comme on m’a dit qu’elle serait.
Elle n’est pas comme elle a été.
Elle n’est pas comme elle sera demain
La réalité extérieure à moi est comme elle est.

Il me paraît utile de rappeler que le changement ne peut intervenir que lorsque nous sommes conscients de la situation présente. Comment pourrions-nous tracer notre route vers New York sans savoir en quel point de la planète nous nous trouvons?
Je ne peux me mettre en chemin que depuis mon point de départ : c’est cela accepter que les choses sont comme elles sont.


Je suis qui je suis

Je ne suis pas qui je voudrais être.
Je ne suis pas celui que je devrais être.
Je ne suis pas celui que ma mère voulait que je sois.
Je ne suis même pas celui que j’ai été.
Je suis qui je suis.

Soit dit en passant, toute notre pathologie psychique vient, selon moi, de la négation de cette phrase.
Toutes nos névroses commencent lorsque nous essayons d’être ce que nous ne sommes pas.

Dans Laisse-moi te raconter..les chemins de la vie, j’ai écrit à propos du rejet de soi :

Tout a commencé ce jour gris
où tu as fièrement cessé de dire :
JE SUIS…
Et où, mi-honteux mi craintif,
tu as baissé la tête et changé
tes paroles et tes attitudes
pour une pensée terrible :
JE DEVRAIS ÊTRE…

…et s’il est difficile d’accepter que je suis qui je suis, il est encore plus difficile d’accepter la troisième conséquence du concept « La réalité est ce que’elle est » :

Toi… tu es qui tu es

Autrement dit :

Tu n’es pas qui j’ai besoin que tu sois.
Tu n’es pas celui que tu as été.
Tu n’es pas comme cela me convient.
Tu n’es pas comme je veux.
Tu es comme tu es.

Accepter cela, c’est te respecter et ne pas te demander de changer.

Il y a peu, je me suis à définir le véritable amour comme : la tâche désintéressée consistant à créer l’espace qui permet à l’autre d’être qui il est.

 

Jorge Bucay, psychiatre et psychothérapeute argentin,
Je suis né aujourd’hui au lever du jour, Oh! Editions, 2004

 

 

bieber-octroi-de-l-etre

Être soi, cela ne va pas de soi. Pour être soi, il faut que l’altérité de l’être m’accorde ma part. Et chacun, en tant qu’être humain, a sa « part d’être » à prendre. Il se trouve que l’ami peut m’aider à prendre ma part. Il peut me montrer que j’ai à être. Tous ceux qui sont de vrais amis savent cela.

Hölderlin dit que ce qui nous est propre est ce que nous apprenons le plus difficilement – alors même que cela nous est propre. Pour entrer dans un libre rapport avec ce qui nous est propre, poursuit Hölderlin, il faut passer par l’étranger. En l’occurrence, il parle des peuples, mais cela est tout aussi vrai pour chacun de nous. (…) Au départ, nous sommes toujours crispés avec ce qui nous est propre. Ce détour par l’étranger pour « s’être soi-même » ou « être à soi » correspond à la structure même de la finitude humaine. Alors que l’ego est en pleine possession de lui-même, je ne suis pas pas en possession de mon propre être. Mon être doit m’être octroyé. C’est une situation étrange, au sens littéral. C’est donc un autre qui va me faire don de ce qui m’est le plus propre? Oui ! « L’amitié (philia) est la bienfaisante faveur qui dispense à l’autre son aître » dit Heidegger dans le cours sur Héraclite – son aître : ce qui lui est le plus propre.

(..) Dans le cours sur Héraclite, Heidegger poursuit :

« L’amitié (philia) est la bienfaisante faveur qui dispense à l’autre son aître, cet aître qu’il a de telle manière que c’est grâce à cette amitié que l’aître qui en reçoit la faveur vient à fleurir en sa propre liberté. »

J’ai donc bien mon être, mais je ne l’ai pas au sens d’une possibilité véritable, c’est-à-dire avec tout le rayonnement libre que cela implique. L’ami est celui qui m’octroie cela. Le plus extraordinaire tient au fait que l’ami m’octroie quelque chose dont il n’a pas lui-même la possession. Il n’a pas notre être dans sa poche, comme s’il pouvait nous dire un beau matin « tiens, au fait », il faut que je te donne ton être! » Non : il donne quelque chose qu’il n’a pas. Mais c’est par lui et grâce à lui que je vais y prendre part – prendre part à cela qui m’est propre.

Ainsi est structurée la finitude humaine : ce qui m’est le plus propre, je n’en ai pas la possession. C’est pourquoi Aristote écrit (Ethique à Nicomaque, VIII,2) :

« A un ami, en revanche, on dit qu’il faut souhaiter tout ce qui est bon pour être celui qu’il est en propre. »

Il le faut. Sans quoi l’ami ne reçoit pas ce qui lui est propre. Ce « falloir » est un signe de manque (en ancien français, « il faut » voulait dire « il manque »). Ce qui manque, c’est le rapport libre à ce que vous avez en propre? Vous l’avez sans l’avoir, ou, mieux, vous l’avez sans l’être pleinement. Votre part d’être vous est adressée, mais pour qu’elle soit pleinement votre partage, il faut que vous la preniez cette part – alors même que c’est la vôtre. Et l’ami, au sens le plus élevé, est celui qui vous aide à la prendre, et vous la donne en vous la montrant, car une fois encore, il n’en est pas lui-même le détenteur. Cela ne dépend plus ni d’un toi ni d’un moi – cela dépend de : être.

(…) C’est cela que veut dire Dasein chez Heidegger. Être le là : je ne vise pas, je ne me concentre pas – j’ouvre toute ma possibilité d’être pour que (cela) vienne à être et ainsi m’ad-vienne.

(…) Dans le rapport avec l’ami, vous êtes le là de ce que vous avez à être, parce que l’ami vous octroie votre ouverture à être. Sans en avoir lui-même possession, il vous l’octroie en ceci qu’il vous la montre. Telle est la finitude humaine : c’est le fait que les choses doivent nous être montrées. Et la première monstration dans laquelle j’existe, c’est la langue. elle me porte dans l’être. Ce n’est pas moi qui utilise, comme on dit la langue, mais bien plutôt elle qui me porte et me montre. Tant que nous pensons que nous nous servons de la parole, nous ne parlons pas véritablement. Tant que nous pensons que nous avons choisi notre ami, ce n’est d’une certaine manière pas encore un ami au sens le plus plein.

Hadrien France-Lanord,
S’ouvrir en l’amitié, Editions du Grand Est, 2010, p. 55-58.

Voilà le plus beau texte que j’ai pu trouver pour rendre compte de ce qu’il semble arriver: le fait d’advenir à être par et grâce à l’ami qui n’a rien demandé du tout et qui, sans l’avoir lui-même, donne la part d’être qui est la vôtre. Sorte de réveil, de sursaut, d’appel. Y a-t-il réciprocité possible ? L’auteur répond de manière sybilline (p.56) :

« Réciprocité ne veut pas nécessairement dire simultanéité, au sens où cela ne se fait pas nécessairement dans le même temps chronologique – même si cela se fait dans la même maturation de temps. »

Ce n’est pas la réponse que j’aurais aimé entendre. La simultanéité offrait la possibilité d’une grande explosion de bonheur et de joie partagés. Faut-il se résoudre à être éveillé à soi-même, saisi d’amour par et pour celui qui provoque cela et devoir passer son chemin ? Possible. Ou tout simplement se défaire de l’amour-fascination qui est encore projection de soi sur l’autre et non pas invitation à son éveil à être. Simultanéité ou pas, en soi, ça n’a pas d’importance. Si cela en a, c’est que le mouvement n’est pas encore libre.