En fait,
Plus j’apprends à observer et accueillir
Ce qui se passe au fond de moi,
Plus je sens une vérité poindre
Que j’étais incapable de recevoir auparavant.

Observer, c’est-à-dire tout à la fois
Regarder, Ecouter, Ressentir.

Accueillir, c’est-à-dire ne pas juger,
Accepter ce qui vient tel que cela vient,
Découvrant , et devenant confiant par expérience,
Que ce qui vient n’est que quelque chose qui passe,
Pour aller encore plus loin, plus profond.

Sur ce chemin,
Je ne deviens pas parfait
Puisque je suis confronté à mes contradictions,
Mes incompréhensions, mes confusions
Et dois les accepter.

Mais, sur ce chemin,
Je deviens meilleur,
Car justement j’apprends à m’accepter
Tel que je suis,
Tel que je peux m’aimer,
Tel que Dieu m’aime déjà.

Instants de vérité.

Sue ce chemin,
Il m’a fallu découvrir et accepter
La réalité de mon orientation sexuelle.
L’accepter et l’accueillir.

Je pourrais passer toute ma vie
A chercher pourquoi ceci, pourquoi cela,
Si c’est bien ou si c’est mal,
Ce serait beaucoup de temps perdu
A fuir.
Car c’est fuir que de ne pas accepter la réalité,
Et c’est se priver de ce qu’elle contient d’énergie vitale.

Au fond,
En acceptant mon homosexualité,
Quoi qu’en dise le jugement moral et normatif de l’Eglise,
Je ne fais qu’aller à la découverte de moi-même
Et accueillir l’espace et le temps
Où le Seigneur peut me rencontrer
En vérité.

Loin de me séparer de Dieu,
L’acceptation de qui je suis,
m’en rapproche.

C’est encore pour moi très mystérieux,
Mais accepter et accueillir qui je suis,
Passer le chemin tortueux du déni
Et de ses ornières, rejets et outrages,
M’amène à cet endroit
Où je peux me rencontrer.

Pas me rencontrer, moi,
Avec mes défauts, mes qualités, mes travers,
Que je suis comme ci ou comme ça,
Et, en l’occurrence, homosensible.

Non, me rencontrer Moi.
C’est-à-dire la part de moi
Qui est derrière le fait que je sois homo,
Et ceci, et cela.
Tout cela n’est que surface.

Je suis bien plus que cela.
Tellement plus que cela.
Mais pour y accéder
Il fallait que j’accepte et j’accueille
Qui je suis.

Alors,
qui je suis se révèle
à la fois plus profond et plus étrange
que je ne l’aurais imaginé.

J’ai l’image d’un puits
duquel j’aurais levé la margelle
et dans lequel je pourrais enfin puiser
l’eau fraîche de la vie.

C’est si simple, au fond,
après avoir été longtemps inaccessible :

Accepter et accueillir.

Zabulon – 15 mai 2018

Source photo : Jacob photographié en 2013 par Laura Pannack.

S’il suffisait d’être là
Pour être,
Sans se gratter la tête
De pensées parasites,
S’il suffisait
De partir pour oublier,
De saisir pour aimer,
De courir pour avancer,
La vie serait simple.
S’il suffisait d’écrire
Pour être lue,
Je serais entendue !

Dominique Giovanetti

Source texte : cité dans La Gestaltung de Hans Prinzhorn

Image : Kontra K, rapper allemand.

Qu’est-ce qui nous dérange dans notre sexualité et notre génitalité? L’être nous effraie, nous nous intéressons à scruter l’univers en envoyant des sondes spatiales mais nous ne pouvons pas nous voir nus et cela ne nous inquiète pas, ou nous prétendons que ce n’est pas de la peur mais de la morale et de la protection.

Ceux qui osent se déshabiller sont considérés comme des provocateurs et des transgresseurs, couverts de préjugés en l’absence de vêtements. Nous les mettons de côté et ils ont besoin de nombreux permis spéciaux afin de ne pas offenser la grande majorité habillée. Comme si les vêtements faisaient vraiment partie de notre être.

Sanango Sinchi

Modèle : Polo Velasco photographié par Roberto Pacurucu
Source texte et photo : www.rpacurucuph.com

 

Soyez vous même,
Aimez la Vie,
Celle que vous avez vécue et celle que vous vivez,
Celle que vous aimeriez vivre aussi.

Soyez des poèmes,
Des fleurs pour vos ami(e)s,
Celles qui font sourire et celles qui prônent l’été,
Celles qui embellissent les murs aussi.

Chantez, dansez, riez, osez,
Comme dans vos souvenirs,
Quand vos rires d’enfant jouissaient à l’emporte pièce.



Ainsi, lâchez de vos reins les souffrances injustes,
Les peines à contre coeur,
Et les larmes acides.

Pour être dans le Bonheur il suffit bien souvent,
De tourner son regard vers le Soleil levant…



Alors, la Lumière endormie au fond de votre coeur
Se rêvera debout,

Et tout autour de vous se chargera d’Amour…
En dedans de vous même laissez-vous conquérir
Par cette force de Vie qui transporte les barques,
Depuis la Nuit des Temps.

Johan Géma

 

Source: post du 10 mai 2012 sur anotherdaylight.wordpress.com (site fermé par l’auteur)

Le sens de notre vie est finalement simplement d’être qui nous sommes, et cela tant qu’un souffle nous est encore prêté.

C’est très simple à dire mais, en vérité, avec l’âge, on découvre qu’être qui nous sommes est un cheminement : être capable de revenir à l’état d’enfance, où l’on se reçoit avec émerveillement sans penser, sans réaction de survie, sans conditionnement. Etre capable de revenir à cet espace caché au fond de nous, qui veut être et qui n’attend que nous pour s’épanouir. Des années durant, nous nous sommes protégés. C’était normal et nécessaire : pur instinct de survie. Nous avons acquis des automatismes, forgé des croyances, bâti une personnalité pour nous protéger. Et, souvent, nous nous sommes identifiés à ces masques qui finissent pourtant par ne plus nous convenir. Ils ne nous conviennent plus d’abord parce qu’ils sont faux, et parce que notre être profond n’y trouve pas ou plus son compte. Et puis surtout, cet être profond veut advenir. Nous sommes sur terre pour cela. Nous sommes vivants pour cela.

Pour que l’expérience de vie soit complète, il nous faut nous retrouver. Cela peut sembler douloureux au départ car il nous faut enlever ces masques auxquels nous nous sommes identifiés et qui nous collent parfois à la peau ou à la mémoire. La peur nous retient : peur de l’inconnu, peur de la vulnérabilité, peur de la nudité. Et paradoxe des paradoxes : la peur d’être, alors que nous sommes ici pour Être. Il y a donc comme une réconciliation avec nous-mêmes à opérer, avec beaucoup d’humilité : peu importe ce que je serai, je serai qui je suis déjà et aspire à être depuis mon origine. La forme ne compte pas. Une fois que l’appel intérieur a été entendu, il faut avancer: c’est le temps des retrouvailles annoncées, le temps de l’espoir, le temps de la joie. Rien, plus rien, ne peut détourner de ce chemin intérieur.

Un deuxième obstacle peut être ressenti au niveau des émotions, et notamment de la tristesse. Celle d’avoir été abandonné, laissé seul, pas reconnu, pas aimé ou pas suffisamment aimé. Cela aussi est un leurre. Dans son développement humain, l’être que nous sommes n’avait peut-être pas les moyens de sentir qu’il était voulu, aimé et éminemment digne et respectable. il a pu développer des stratégies qui sont venues renforcer ou colorer d’une teinte particulière, ici ou là, ses masques. Mais au fond, il est. Et s’il est, c’est qu’il est sans besoin de le mériter, sans besoin de reconnaissance extérieure. Le simple fait d’être dit l’amour de Dieu – certains diront « de l’univers » – à notre endroit. Aussi, un jour, vient également cette révélation intérieure : je suis infiniment aimable par le seul fait que je suis. Je ne suis pas abandonné, je suis invité à me retrouver. Je croyais être perdu, lâché par l’univers. Je suis invité à me retrouver, en moi, en cet espace où tout est stable et sécurisé, cet endroit où l’être que je suis peut s’épanouir.

Un troisième obstacle peut survenir sous la forme de colère. Colère d’être obligé de se battre, colère de devoir se défendre, colère de devoir mener un combat pour survivre. Qu’on l’appelle combat pour la justice, pour la dignité, pour la liberté ou la solidarité, cette colère a les mêmes fondements : il a fallu se battre pour survivre et c’était dur et cela a façonné notre personnalité. Cette colère est parfois encore très présente et fait réagir instinctivement pour des causes que l’on croit justes alors que, quelques justes qu’elles soient, c’est notre réaction qui prédomine comme une réponse, devenue conditionnée, au danger de paraître tel qu’on est : faible, vulnérable, fragile, et si beau ! Parfois la colère est niée et anesthésiée et, au contraire d’être assumée, elle est fuie comme un cataclysme violent qui monterait et n’arrangerait rien. Parfois, elle est à peine perceptible et va se nicher dans des détails imperceptibles pour autrui, une sorte d’exigence faite d’amertume et de regret, le désir d’être parfait par soi-même puisque la vie ne nous donne pas cette perfection. Cette colère, quelque soit sa forme est signe du désir de vivre en nous, fût-ce par le combat. Vient un temps où l’on peut saisir qu’il n’y a rien, ou plus rien, à combattre, mais seulement à être.

Zabulon – 9 juillet 2017

PS – Ce texte m’a été inspiré en réponse au questionnement d’un lecteur internaute assidu. Qu’ils en soit remercié !

Source photo : Gus Kenworthy, champion olympique de ski (médaille d’argent aux Jeux olympiques d’hiver, 2014)