Homme,
tu n’es pas fait pour la peur.
tu n’es pas fait pour ressasser sans-cesse les mêmes vieilles histoires
et t’enfermer toi-même dans le poids des ans.

Regarde,
chaque jour, l’aube est nouvelle.
Chaque jour, il arrive quelque chose de nouveau,
et tu peux y voir la grandeur de ton Dieu.

Quoi, tu doutes?
Contemple Jésus alors,
Choisis-le comme compagnon de voyage
et d’humanité.

En lui,
tu vois l’humanité restaurée.
En lui, plus de passé qui plombe mais un avenir radieux,
en lui plus de peur, mais une route de confiance.

Tel que tu es,
tu es aimé, tu es voulu, tu es envoyé.
Cette humanité en toi que tu découvres avec ta touche propre,
cette couleur unique et singulière qui te fait différent,
c’est ce sur quoi tu peux t’appuyer, te fonder.

Homme,
voilà ton vrai pouvoir :
te recevoir comme un Fils de Dieu.
Et l’assumer à la face de la terre.

Voilà ce que m’inspirent les lectures de la liturgie de ce jour.

Z – 27/05/2018

Moïse disait au peuple :
« Interroge donc les temps anciens qui t’ont précédé (…)
est-il arrivé quelque chose d’aussi grand,
a-t-on jamais connu rien de pareil ?
(Dt 4, 32-34.39-40)

« Frères, vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves
et vous ramène à la peur »
(Rm 8, 14-17)

En ce temps-là,
les onze disciples s’en allèrent en Galilée,
(…) mais certains eurent des doutes.
Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles :
« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez !… »
(Mt 28, 16-20)

Source photo: Gabriel Antônio (@sobrenomeantonio) pose en « Airado Pino » sur theoverexposedproject

Qu’est-ce qui nous dérange dans notre sexualité et notre génitalité? L’être nous effraie, nous nous intéressons à scruter l’univers en envoyant des sondes spatiales mais nous ne pouvons pas nous voir nus et cela ne nous inquiète pas, ou nous prétendons que ce n’est pas de la peur mais de la morale et de la protection.

Ceux qui osent se déshabiller sont considérés comme des provocateurs et des transgresseurs, couverts de préjugés en l’absence de vêtements. Nous les mettons de côté et ils ont besoin de nombreux permis spéciaux afin de ne pas offenser la grande majorité habillée. Comme si les vêtements faisaient vraiment partie de notre être.

Sanango Sinchi

Modèle : Polo Velasco photographié par Roberto Pacurucu
Source texte et photo : www.rpacurucuph.com


®Sylvain Rabouille

 

– Comment te trouver ?
– Tu ne me trouveras pas. Tu m’as déjà trouvé.
– Mais où es-tu ? Je ne te vois pas, je ne te sens pas
– Vraiment ?
– Sinon… cette sensation que tu es là tout proche, ce désir de te toucher ou être touché par toi.
– Tu vois.
– Mais tu es toujours ailleurs…
– Non. C’est toi qui es ailleurs. Moi, je suis là.
– Alors pourquoi suis-je empêtré par tout ce moi-même qui m’empêche de te voir ?
– Tu l’as dit : parce que tu es empêtré. Lâche…
– Mais…
– Quoi ?
– Mais… S’il n’y avait rien…
– Ah ! La voilà la vraie question de la foi. Celle de la confiance. Soit tu lâches encore un peu de toi. En fait, tout. Et tu avances. Soit tu restes sur le pas de la porte à voir de la lumière entre les jointures, à observer la fête de loin sans t’y laisser inviter.
– Ca paraît si simple et c’est si dur. D’avancer.
– Oui parce que tu te trompes de perspective. Comme souvent, tu considères les choses à l’envers comme dans un miroir, ou comme dans un négatif photographique et tu prends ce que tu vois pour la réalité.
– Je ne comprends pas.
– Essaie d’inverser les verbes de ta dernière phrase : Ca paraît si simple et c’est si dur. Ca donnerait quoi ?
– Ca donne : c’est si simple et ça paraît si dur.
– Voilà qui est juste. C’est exactement cela. Ca « paraît » dur, mais ce n’est qu’une illusion. C’est en fait simple ; il suffit d’être là avec moi. Il n’y a pas d’autre chemin. Arrêter les choses à l’envers, arrêter d’inverser les perspectives. Rentrer en toi pour me trouver plutôt que me chercher à l’extérieur. Toujours plus loin et plus profondément en toi. Donc, en lâchant tes pseudo-sécurités extérieures auquel tu te retiens comme au bastingage d’un bateau qui est en train de couler. Mais plonge ! Rejoins-moi !
– Ce truc-là, d’inverser les mots… C’est un des signes de dyslexie.
– Eh bien, prends-en leçon : pour beaucoup, ce qui empêche d’avancer, c’est cette sorte de dyslexie spirituelle.

Zabulon – 2 septembre 2017

Source image : oeuvre de Sylvain Rabouille, en vente sur son site ainsi que de nombreux autres sujets : sbrartisteblog.wordpress.com

Le sens de notre vie est finalement simplement d’être qui nous sommes, et cela tant qu’un souffle nous est encore prêté.

C’est très simple à dire mais, en vérité, avec l’âge, on découvre qu’être qui nous sommes est un cheminement : être capable de revenir à l’état d’enfance, où l’on se reçoit avec émerveillement sans penser, sans réaction de survie, sans conditionnement. Etre capable de revenir à cet espace caché au fond de nous, qui veut être et qui n’attend que nous pour s’épanouir. Des années durant, nous nous sommes protégés. C’était normal et nécessaire : pur instinct de survie. Nous avons acquis des automatismes, forgé des croyances, bâti une personnalité pour nous protéger. Et, souvent, nous nous sommes identifiés à ces masques qui finissent pourtant par ne plus nous convenir. Ils ne nous conviennent plus d’abord parce qu’ils sont faux, et parce que notre être profond n’y trouve pas ou plus son compte. Et puis surtout, cet être profond veut advenir. Nous sommes sur terre pour cela. Nous sommes vivants pour cela.

Pour que l’expérience de vie soit complète, il nous faut nous retrouver. Cela peut sembler douloureux au départ car il nous faut enlever ces masques auxquels nous nous sommes identifiés et qui nous collent parfois à la peau ou à la mémoire. La peur nous retient : peur de l’inconnu, peur de la vulnérabilité, peur de la nudité. Et paradoxe des paradoxes : la peur d’être, alors que nous sommes ici pour Être. Il y a donc comme une réconciliation avec nous-mêmes à opérer, avec beaucoup d’humilité : peu importe ce que je serai, je serai qui je suis déjà et aspire à être depuis mon origine. La forme ne compte pas. Une fois que l’appel intérieur a été entendu, il faut avancer: c’est le temps des retrouvailles annoncées, le temps de l’espoir, le temps de la joie. Rien, plus rien, ne peut détourner de ce chemin intérieur.

Un deuxième obstacle peut être ressenti au niveau des émotions, et notamment de la tristesse. Celle d’avoir été abandonné, laissé seul, pas reconnu, pas aimé ou pas suffisamment aimé. Cela aussi est un leurre. Dans son développement humain, l’être que nous sommes n’avait peut-être pas les moyens de sentir qu’il était voulu, aimé et éminemment digne et respectable. il a pu développer des stratégies qui sont venues renforcer ou colorer d’une teinte particulière, ici ou là, ses masques. Mais au fond, il est. Et s’il est, c’est qu’il est sans besoin de le mériter, sans besoin de reconnaissance extérieure. Le simple fait d’être dit l’amour de Dieu – certains diront « de l’univers » – à notre endroit. Aussi, un jour, vient également cette révélation intérieure : je suis infiniment aimable par le seul fait que je suis. Je ne suis pas abandonné, je suis invité à me retrouver. Je croyais être perdu, lâché par l’univers. Je suis invité à me retrouver, en moi, en cet espace où tout est stable et sécurisé, cet endroit où l’être que je suis peut s’épanouir.

Un troisième obstacle peut survenir sous la forme de colère. Colère d’être obligé de se battre, colère de devoir se défendre, colère de devoir mener un combat pour survivre. Qu’on l’appelle combat pour la justice, pour la dignité, pour la liberté ou la solidarité, cette colère a les mêmes fondements : il a fallu se battre pour survivre et c’était dur et cela a façonné notre personnalité. Cette colère est parfois encore très présente et fait réagir instinctivement pour des causes que l’on croit justes alors que, quelques justes qu’elles soient, c’est notre réaction qui prédomine comme une réponse, devenue conditionnée, au danger de paraître tel qu’on est : faible, vulnérable, fragile, et si beau ! Parfois la colère est niée et anesthésiée et, au contraire d’être assumée, elle est fuie comme un cataclysme violent qui monterait et n’arrangerait rien. Parfois, elle est à peine perceptible et va se nicher dans des détails imperceptibles pour autrui, une sorte d’exigence faite d’amertume et de regret, le désir d’être parfait par soi-même puisque la vie ne nous donne pas cette perfection. Cette colère, quelque soit sa forme est signe du désir de vivre en nous, fût-ce par le combat. Vient un temps où l’on peut saisir qu’il n’y a rien, ou plus rien, à combattre, mais seulement à être.

Zabulon – 9 juillet 2017

PS – Ce texte m’a été inspiré en réponse au questionnement d’un lecteur internaute assidu. Qu’ils en soit remercié !

Source photo : Gus Kenworthy, champion olympique de ski (médaille d’argent aux Jeux olympiques d’hiver, 2014)

Mais quel est le prix du bonheur ?
Pour ne plus avoir peur
Explose mon coeur,
explose mon âme…
Pour enfin ne plus avoir peur !

Je vous laisse découvrir cette belle chanson de Lilian Renaud (vainqueur de la saison 2015 de The Voice) et découvrir combien il est facile de la recevoir en termes spirituels. Sans oublier une pensée amicale pour ce jeune chanteur qui a dû faire une pose médiatique, certainement surpris par les tourbillons du succès. Qu’il nous revienne, tranquille et serein, avec d’autres belles chansons.

« Pour ne Plus Avoir Peur » de Lilian Renaud est extrait de son premier album « Le Bruit de l’Aube » sortie le 13 novembre 2015.

Il faut des rires, il faut des pleurs
Faut des fleurs pour se souvenir
Qu’on a eu des jours meilleurs
On dit qu’après le pire, qu’après la peur
Il y a cette chance à saisir
Mais quel est le prix du bonheur?

Combien de rires, combien de larmes
Combien d’années de malheur
Faut-il pour que mon cœur s’enflamme?
Pour enfin ne plus avoir peur
Explose mon cœur, explose mon âme
Rester dans le noir tout seul
Pour enfin ne plus avoir peur

Mieux vaut en rire
Mieux vaut mon cœur
Faudra faire avec les sourires
Ceux qui masquent la douleur
On dit qu’après l’orage, le ciel se dégage
Qu’il faut savoir tourner les pages
Comme dit l’adage, il n’y a pas d’âge

Combien de rires, combien de larmes
Combien d’années de malheur
Faut-il pour que mon cœur s’enflamme?
Pour enfin ne plus avoir peur
Explose mon cœur, explose mon âme
Rester dans le noir des heures
Pour enfin ne plus avoir peur

J’ai peur du vide
J’ai peur d’avoir peur
J’ai peur des rires
Qui décomptent nos heures

Combien de rires, combien de larmes
Combien d’années de malheur
Faut-il pour que mon cœur s’enflamme?
Pour enfin ne plus avoir peur
Explose mon cœur, explose mon âme
Rester dans le noir des heures
Pour enfin ne plus avoir peur

Combien de rires, combien de larmes
Combien d’années de malheur
Faut-il pour que mon cœur s’enflamme?
Pour enfin ne plus avoir peur
Explose mon cœur, explose mon âme
Rester dans le noir tout seul
Pour enfin ne plus avoir peur

—-

Pour ne plus jamais avoir peur
Paroliers : Assane Attye / Davide Esposito
Paroles de Pour ne plus avoir peur © Peermusic Publishing, Peermusic France

Source photo: Charlie Keegan