bieber-voir-loin

 

« Les Thérapeutes, comme le reste des humains recherchent le bonheur ; ils savent qu’aucun bonheur durable ne peut être fondé sur l’illusion. La vérité est la condition même de la vraie joie, aussi faut-il avant tout « chercher à voir clair »; cela suppose un « retrait des projections » qui nous empêchent de voir ce qui est. Un élément important de la thérapie des Anciens est l’epochè, la « mise entre parenthèses » ; regarder quelque chose, quelqu’un, un évènement et « mettre entre parenthèses » c’est-à-dire « suspendre » son jugement, ne plus projeter sur « cela » telles craintes, tels désirs, tous ces « paquets de mémoires » dont est chargé le moindre de nos regards.

Voir clair, dans un premier sens, c’est voir ce qui est; ce qui est et rien d’autre. L’epochè concerne autant l’émotion que le jugement et la pensée; elle suppose une grande liberté à l’égard de nos réactions, mais ces attitudes « réactives » que nous prenons souvent pour des actions justement, on ne les maîtrise pas. Avant de seulement imaginer que cela soit possible, il s’agit d’abord de prendre conscience. L’epochè constitue un moment important pour sortir de son « propre point de vue » et de ses conditionnements; voir les choses à partir d’elles-mêmes, dans leur « autreté » irréductible à nos perceptions fragmentaires, est le commencement de la claire vision.

« Apprendre à voir clair », dans un deuxième sens, c’est développer en soi une vision « éclairante », celle qui vient de l’oeil du coeur. Il est des regards qui vous rétrécissent, vous chosifient; il en est d’autres qui vous rafraîchissent, vous éclairent… de des regards vous ressortez plus purs, plus fiers et comme agrandis.

Notre vie ne vaut souvent que par le regard sous lequel on se place. Le regard du Thérapeute est non seulement clair dans le sens de « lucide », d' »objectif », autant que cela est possible à un sujet, il est également clair dans le sens d’éclairant; on se voit mieux, on se découvre davantage devant un tel regard, non dans une nudité coupable ou honteuse,mais dans notre nudité essentielle d' »être aimé de l’Être ».

Devant un tel regard on ne se sent pas toisé, jugé, mesuré, mais « accepté », cette acceptation étant la condition nécessaire pour que commence un chemin de guérison; mieux, devant un tel regard on se sent « aimé », mais aimé de façon non possessive ou intéressée, « aimé pour soi sans qu’on y soit pour rien »… étrangement aimé.

 

Jean-Yves Leloup,
Prendre soin de l’être – Philon et les Thérapeutes d’Alexandrie,
Albin Michel, 1993.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation