et-nous

Ainsi, les foules, les publicains, les soldats s’en venaient auprès de Jean le baptiste et lui demandaient :  « Et nous, que devons-nous faire? » (Luc 3, 10-18)

Et nous, que devons-nous faire ?

Nous, les hommes attirés par d’autres hommes,
nous qui sommes initiés à la beauté de Dieu par le même genre,
qui nous sommes appelés à la complétude par l’amour du même sexe,
nous qui touchons la vérité de l’Homme par celui qui nous ressemble;
nous qui somme sensibles à la beauté de l’homme, intérieure, extérieure,
nous qui avons notre coeur en émoi, et parfois notre corps aussi, à la vue d’une autre homme,
nous qui sommes sensibles, homo-sensibles,
ou homosexuels, comme ils disent,
que devons nous faire ?

Partage !
« Celui qui a deux vêtements qu’il partage avec celui qui n’en pas,
et celui qui a de quoi manger qu’il fasse de même ! »

Fils de la Lumière, tu entres dans l’amour de Dieu par ta connivence avec le même,
et tu illumines de l’intérieur ton identité en laissant advenir cette sensibilité,
ne le garde pas pour toi, ne t’enferme pas sur toi,
partage cet amour avec qui en a besoin, de l’un ou l’autre sexe.

N’exige rien , sois juste.
« N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »
Découvrir la beauté de l’amour ne te confère ni pouvoir ni privilège.
Ne revendique pas ta condition, elle est un don du ciel, pas une conquête.
N’exige rien de plus qu’un autre au motif de ta sensibilité, ce serait un non-sens.
Tu n’es pas comptable de l’amour de Dieu, qui donne à foison, comme il l’entend.

Ne fais pas violence…
« Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ; et contentez-vous de votre solde. »
Découvrir l’Amour et le savoir si proche et si présent ne doit pas te mener au combat.
La Paix et l’Amour vont ensemble : il n’y a rien à revendiquer, personne à accuser, quand on aime.
L’amour doit t’emmener plus loin que le combat stérile et partisan pour revendiquer Dieu sait quoi.
Si tu as été touché par l’Amour, tu as déjà ta victoire.

Que dois-tu faire ?

D’abord être juste envers Dieu, envers les autres et envers toi-même.
L’amour est plus qu’un don de Dieu, il est Dieu lui-même.

Si tu es touché par l’Amour, il est temps de te préparer à le recevoir en plénitude.
Car il vient, et il saura partager le grain de la paille.
Le grain pour le grenier, la paille pour le feu qui ne s’éteint pas.

Il vient le Seigneur, pour baptiser dans le feu et l’Esprit.

Il est temps d’aller plus loin dans l’Amour,
un amour qui passe la forme et le genre,
un amour qui va te restaure dans ta dignité première
de fils désiré et bien aimé du Père.

Seras-tu prêt?

Z – 14/12/2015

resureection

 

Ma vision personnelle de l’Eschatologie

« Je suis quelqu’un qui ne croit pas dans la doctrine d’un tourment éternel et conscient ou dans une interprétation littérale de l’Apocalypse, j’aime vraiment la section orthodoxe sur la page Wikipedia consacrée à l’au-delà.

Je crois personnellement que quand nous mourons, chacun d’entre nous viendra au repos. À la résurrection, nous serons tous réveillés de notre sommeil, et ressuscités corporellement, et nous nous joindrons à ceux qui vivent déjà. Je crois que nous serons tous placés devant Dieu et que Dieu parlera avec nous au sujet de ce que nous avons fait de notre vie, ce que nous avons dit, et ce que nous pensions et il nous montrera nos erreurs. Je crois que Dieu va souligner où nous avons posé problème et nous appellera à sortir de cela et à revenir comme avant tout être humain qui ait jamais existé. Je crois que «grand appel » sera une punition suffisante. Et non, je ne plaisante pas.

Si quelqu’un n’est pas d’accord avec la critique que Dieu fait de sa vie (les chrétiens homophobes, par exemple), ils devront perdre à jamais leur paix. L’Amour sans limites de Dieu pourrait même rendre ces gens éternellement mal à l’aise, mais ils devront vivre avec cela. On peut même considérer que cet inconfort serait une sorte d’éternelle punition auto-infligée.

Debout face à Dieu, seront chassés toute trace d’incrédulité, tous les doutes, toutes les craintes, et tout péché. Et après que toute l’humanité ait été jugée, le monde que nous connaissons sera entièrement restauré et transformé et nous pourrons profiter du Royaume de Dieu tous ensemble pour toujours. »

 

Profession de foi, vue et traduite depuis le blog d’un jeune épiscopalien d’Europe de l’est, ici : theologicalmess (en anglais)

souffrance-et-creativité

« On ne peut passer l’homosexualité sous silence : elle est un fait. Malgré les réticences de la Bible et de la tradition chrétienne, il est nécessaire de se rendre compte aujourd’hui que ce n’est ni un péché, ni une maladie. Un être humain sur dix est réellement gaucher, et j’ai connu l’époque où on obligeait les gauchers à écrire de la main droite, ce qui nous paraît inepte aujourd’hui. Peut-être en va-t-il de même avec l’homosexualité : il y a une proportion notable de personnes à tendance homosexuelle.
(…)
L’orientation homosexuelle, quant à elle, est évidemment confrontée à la culture ambiante : elle est facilitée par celle-ci ou, au contraire, contrariée, voire niée. Mais elle existe, et doit donc être considérée comme telle par nos institutions. Il faut se rappeler que, indépendamment de l’influence, favorable ou hostile, de la culture, elle installe des difficultés chez les personnes homosexuelles, qui ont du mal à percevoir leur identité et vivent une sorte de contradiction entre leurs dimensions physique et psychique. Ce sont souvent des êtres de souffrance. Mais aussi des êtres de créativité, à cause de cette réactivité forte du masculin et du féminin en eux.

L’Eglise catholique a fait de nombreuses erreurs de positionnement.(…) Il serait grand temps que l’Eglise ait une parole positive au sujet des unions homosexuelles, et énonce les conditions pour qu’elles puissent être reconnues, probablement sans qu’on puisse parler de sacrement. Comme pour les unions hétérosexuelles : qu’il y ait de la liberté, de la permanence, de l’amour. Et aussi de la fécondité : je veux parler de l’engagement au service de la communauté humaine. S’il y a tout cela, si le couple le désire profondément, je pense qu’une célébration, accompagnée de textes sacrés et de prière, permettrait une bien meilleure conscience de la présence divine dans cette union. »

 

Frère Benoît Billot, moine bénédictin,
L’énergie féconde des sacrements : Ces rites qui prennent soins de nos vies,
Médiaspaul, 2014.

Source photo : designspiration.net

saint Sébastien

Parmi  TOUS les SAINTS, saint Sébastien tient une place particulière pour les personnes homosensibles.

 

Est-ce dû à l’ affection que lui vouent les empereurs Dioclétien et Maximien Hercule ?

Est-ce dû à son engagement comme militaire pour soutenir la foi des  premiers chrétiens ?

Est-ce dû à son courage, percé de flèche  et laissé pour mort, après avoir été dénoncé  pour être chrétien et lâché par ses amis empereurs?

Est-ce dû à sa ténacité pour revenir  peu de temps après et reprocher à ses amis la persécution des chrétiens ?

Est-ce dû à son martyr, fouetté (de verges !) jusqu’à la mort ?

Est-ce dû à l’iconographie qui le représente de manière continue, demi-nu, offrant son corps, jeune et imberbe aux coups d’un adversaire incapable de l’aimer et de respecter sa différence ( chrétienne)?

Très tôt, Saint Sébastien a été comparé à Apollon, le dieu archer, protecteur de la peste.

Soldat percé de flèches, à la beauté offensée par des iconoclastes qui ne comprennent rien à l’amour qui sauve le monde…

 

Saint Sébastien, on ne  le sait pas assez est le 3ème saint patron de Rome, après Saint Pierre et Saint Paul.

Etonnant non?

 

En fait, ce n’est que depuis la Renaissance qu’il est représenté jeune, imberbe et presque nu, devenant, une sorte d’égérie homo-érotique, aujourd’hui largement reprise dans les milieux gays.

 

Voici un extrait de Wikipédia, commentant le portrait de Saint Sébastien par Pietro Perugino :

 

Saint Sébastien de Pietro Perugino
« Au XVe siècle, les représentations artistiques de saint Sébastien évoluent considérablement, le faisant passer d’homme d’âge mur barbu et constellé de flèches à adolescent musclé au corps presque intact. Des peintres comme Le Sodoma, Le Pérugin ou Amico Aspertini font ainsi le choix de montrer le jeune martyr sous des traits presque féminins, quasiment nu et avec un corps tendrement sculpté. Pour de nombreux critiques d’art, qui font une lecture homoérotiques du saint Sébastien du Cinquecento, les flèches qui hérissent son corps apparaissent alors comme des symboles phalliques ou des instruments sadomasochistes plutôt que comme de simples armes. Quant au drap qui recouvre ses parties génitales, il sert moins à les cacher qu’à suggérer au spectateur la présence d’un pénis (très) bien proportionné (voir image ci-contre). »

[source images  : www.lesdiagonalesdutemps.com et wikipedia]