« Moi, je ne le connaissais pas ;
mais, si je suis venu baptiser dans l’eau,
c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. »

Jean 1,31

 

Une Déclaration de Jean, le baptiste : « Je ne le connaissais pas ! »

Quelle belle manchette en perspective !

On lit ou on écoute parfois trop vite les Evangiles, et on se laisse influencer par le prisme global, l’impression de déjà savoir, d’avoir compris.  Si l’on s’arrête quelques instants sur ce verset, il y tant de belles choses à  découvrir, tout un programme de vie !

« Je ne le connaissais pas… »

Du verbe eido en grec, qui a  donné par exemple le mot idée.  Il s’agit de voir, ou percevoir, en étant attentif. Donc Jean, le baptiste,  est en train de nous dire : je ne voyais pas, je n’avais pas idée de qui il était, je ne le connaissais pas vraiment.

La tradition nous rapporte que  Jean et Jésus étaient cousins. On peut donc imaginer qu’ils se soient croisés une fois ou l’autre, qu’ils s’appréciaient ou pas, qu’ils avaient entendu parler l’un de l’autre.

Et pourtant, Jean nous fait cette déclaration : Je n’avais pas idée de qui il était.

En creux, admirons et accueillons pour nous-même la posture de Jean le baptiste : il n’a pas idée de qui  est vraiment l’autre et il ne l’affuble pas non plus de fausses idées. Pas de projection, pas  de transfert, pas d’étiquettes. Cet homme-là pourra se révéler autre que ce qu’il paraît, autre que ce qu’on connaît de lui, il pourra se révéler tel qu’il est : le chemin est ouvert.

Et si c’était vrai de tout homme? De l’autre bien sûr. Mais aussi de moi. Est-ce que j’ai idée de qui je suis vraiment? Suis-je prêt à laisser l’Esprit jaillir en moi et me dévoiler qui je suis?

« Je suis venu baptiser dans l’eau »

Intéressante formule. D’une part, le baptiste évoque un mouvement volontaire, celui de venir : emploi du verbe erchomai qui peut vouloir dire aussi apparaître. Le baptiste est conscient de remplir une mission et celle-ci est très concrète: baptiser dans l’eau.

Le mot baptizo évoque l’idée d’être immergé, ce qui n’est pas simplement être plongé (verbe bapto). Il y a bien sûr une connotation purificatrice mais ne glissons pas trop vite dans les métaphores car la formule employée ici est très concrète : être immergé dans l’eau.

La mission du baptiste est donc d’aider les gens à entrer complètement dans l’eau, à en être recouverts. C’est comme si, tout seuls, ils ne pouvaient pas le faire. Comme si le danger était grand de rester en surface, de garder une partie émergée, de ne pas tout donner, de ne pas s’abandonner tout entier.

Le baptiste est venu pour baptiser dans l’eau, pour immerger complètement la personne dans l’eau. Et cette eau (le mot hudor, qui vient de huetos, la pluie), évoque autant l’eau de la création, celle des grands océans, que l’eau claire qui sert à se laver, se purifier ou se désaltérer.

L’être tout entier semble nécessiter d’être plongé dans l’eau de la création et y retrouver sa purification. Mot un peu démodé qu’on pourrait peut-être traduire aujourd’hui de la manière suivante, pour être bien compris : plongé totalement dans l’eau originelle, pour retrouver sa dignité, son sens, son être.


« C’est pour qu’il soit manifesté à Israël »

« Manifester » est une mot français qui a aujourd’hui bien d’autres connotations. Ici, c’est le verbe phaneroo qui est employé, ce qui signifie rendre manifeste, faire connaître, exposer. On retrouve le même verbe employé par Jean, l’Evangéliste, dans le récit des noces de Cana : « Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des miracles que fit Jésus. Il manifesta (phaneroo) sa gloire, et ses disciples crurent en lui. » (Jn 2, 11) ou, pour ne prendre qu’un exemple dans les autres Evangiles : « Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert (phaneroo), rien de secret qui ne doive être mis au jour. » (Mc 4, 22).

Cette « manifestation » n’est donc pas une épiphanie au sens où Dieu se manifesterait dans toute sa gloire et sa grandeur, d’une manière grandiose. Elle est davantage le dévoilement discret d’un secret pour ceux qui y prêtent attention, le dévoilement du secret de qui est vraiment l’être de Jésus. Peut-être, un dévoilement pour lui-même, si l’on écoute les autres évangélistes à propos de cette scène baptismale puisqu’ils entendent une voix de l’extérieur dire « Celui-ci est mon Fils bien aimé »

Ici, dans l’Evangile de Jean, et même si ce verset le suggère déjà, les versets suivants préciseront que c’est Jean, le baptiste, qui perçoit l’être de Jésus au moment où il est immergé dans l’eau. Et l’être de Jésus est qu’il est le Fils de Dieu. Son immersion dans l’eau permet de faire « apparaître », de manifester, l’Esprit de Dieu qui descend sur lui :

« Moi, je ne le connaissais pas,
mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit :
‘Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer,
celui-là baptise dans l’Esprit Saint.’
Moi, j’ai vu, et je rends témoignage :
c’est lui le Fils de Dieu. »
(Jn 1, 33-34)

« Sur qui tu verras l’Esprit descendre (katabaino, qui peut vouloir dire aussi venir, arriver sur) et séjourner (littéralement « s’arrêter », meno). »

Le baptême de Jésus, l’immersion totale dans l’eau, a donc pour effet de révéler que cet homme-là est complètement agréable à Dieu et que l’Esprit de Dieu peut venir habiter complètement en lui.

Jean, le baptiste, nous dit donc : ce Jésus, je n’imaginais pas qui il pouvait être. J’étais venu, inspiré par l’Esprit de Dieu, pour aider les gens à retrouver leur être profond par cet acte de les immerger totalement dans les eaux. Et sur celui-ci, Jésus, dont je n’avais pas idée de qui il pouvait être, au moment où je l’ai immergé, j’ai vu l’Esprit de Dieu se manifester en lui, dévoiler qui il est vraiment : le Fils de Dieu, l’humanité en marche, Dieu avec nous.

C’est pour que…

hina, que l’on traduit parfois par « afin que » mais, à mon sens, cela fausse le sens. Car ce mot qui ultimement semble venir de autos (lui ou elle-même) n’indique ni une relation de cause à effet, ni une conséquence, mais plutôt une sorte d’apposition et d’intensité : Je suis venu baptiser et ainsi son être s’est manifesté.  A celui-là. Et celui-là, c’est le Fils de Dieu. On retrouve tout le long du texte , cette insistance démonstrative : c’est celui-là, celui sur qui est venu et a demeuré l’Esprit de Dieu, c’est celui-là le Fils de Dieu.

Mais nous parlons du Baptiste, nous parlons de Jésus. J’ai renoncé depuis longtemps à regarder l’Evangile comme apportant une Parole qui me serait extérieure. Si je considère donc l’Evangile intérieur, j’essaie de me laisser aller à cette immersion totale de ma vie dans les eaux de mon lointain baptême, dans les eaux vivificatrices de mon adhésion à Jésus-Christ. Je ne veux rien savoir à l’avance de qui je suis, je ne veux rien savoir de qui j’étais ou croyais être. Mais seulement pour aujourd’hui, Seigneur, toi qui habites mon être, viens me révéler à moi-même, que je sois celui-là que je suis vraiment.

– – – – –
Source photo : Philippe Brunel Photography sur facebook et flickr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation