Fraternité amitié amour. Voilà encore un de ces triptypes que j’aime bien. Vous savez, ce genre de concepts qu’à l’usage on prend parfois les uns pour les autres ; et pas qu’à l’usage d’ailleurs, c’est parfois si confus dans nos coeurs, nos esprits et nos corps !

D’amitié, j’ai rêvé. Sublime, merveilleuse, asexuée en quelque sorte. J’en ai rêvé, je l’ai touchée également. Elle m’était donnée, je ne faisais que recevoir, tellement conscient que j’étais de n’avoir rien fait pour éprouver une telle beauté, une présence et la force de vie surgie de nulle part, d’un tréfond de moi-même et que la rencontre avec l’autre venait tout à coup éveiller. Oui j’ai cru qu’elle était don de Dieu, elle était tellement belle, j’en étais l’invité, elle était l’hôte. Comment ne pas imaginer quelle est don de Dieu et promesse d’un amour qui remplit tout, qui donne sens, qui ait une telle évidence que plus rien n’a d’importance que lui.

Mais il me faut pourtant apporter des nuances. Par exemple, j’ai dit qu’elle était asexuée. De fait, son objet n’était pas le sexe, mais elle était clairement ressentie à l’égard d’un autre homme. Et il se pourrait que ce fut juste mon immaturité de jeune homme naïf et exalté qui ne l’ait pas conduite dans une expression corporelle. Elle aurait pu se muer en tendresse et en expression sexuée ou sexuelle. Juste pas eu le temps. Est-ce que cela l’aurait affectée, transformée, réduite en luminosité ? Je n’en sais rien.

Par ailleurs elle introduisait à un amour plénier, un amour de toute l’humanité mais il est si clair aussi que le catalyseur en était cette relation privilégiée. Certes, j’aimais le monde entier mais c’était à travers cet éveil à la beauté intérieure et partagée que provoquait la rencontre avec cet ami. Et comment ne pas constater que j’avais un amour préférentiel pour cet ami ? Au fond, probablement étais–je amoureux (j’en parle ici) et appelais-je amitié l’embrasement soudain de deux cœurs et de deux vies qui me semblait si merveilleux que même l’amour, à ce que j’en savais – c’est- à-dire fort peu et seulement à considérer les couples formés autour de moi – me paraissait fade.

A l’époque, j’aurais aisément parlé d’amitié spirituelle pour qualifier notre relation. Et mes lectures mystico-monastiques des auteurs cisterciens comme Aelred de Rielvaux m’encourageaient en ce sens. Pas sûr que je comprenais bien ce que je lisais, mais mon cœur s’enflammait dans ce genre de lectures et semblait y voir la confirmation de ce qu’il éprouvait. De là à imaginer que cette amitié était œuvre de Dieu, que Dieu allait s’en servir pour faire je ne sais quoi, il n’y avait qu’un pas. Et même si c’est vrai, alors, était-ce aussi Dieu qui nous parlait quand nous fûmes séparés ? Dieu a donné, Dieu a repris, loué soit son nom ? Et cette douleur qui reste au fond de l’âme, cette souffrance d’être brutalement séparés, cette incompréhension qui en résulte sur le sens de l’existence et qui, d’une certaine manière, m’a poursuivi jusqu’à aujourd’hui ? Cette nostalgie surtout d’une beauté un instant entrevue, éprouvée et partagée et qui semble désormais inaccessible… sinon en allant la chercher loin, loin, profond, très profond au-dedans de moi.

Avec les années m’est venue une autre révélation, celle de ma structure psychologique. Cette beauté ressentie qui semblait raviver et constituer mon être, cette fusion entre nos âmes, n’était-elle pas aussi préparée, provoquée peut-être, par des blessures d’enfance, un besoin d’amour et d’assurance inassouvis par l’insuffisance de l’amour maternel ? Et alors ce ne serait que ça ? Oui, probablement, cela m’a préparé à vivre cette expérience. Et non, cependant, cela ne suffit pas à expliquer l’intensité, la fulgurance et la douceur tout à la fois de ce qui nous est arrivé, cette sensation d’entrer dans une Présence, d’être habités de cette présence. Elle survient du fond de nous, mais en même temps c’est parce que l’autre vient de la réveiller en même temps qu’elle se réveille en lui ; et cette Présence, cette « amitié » ne nous appartient pas, elle nous échappe, elle nous entoure, nous remplit, nous rassemble, mais nous n’avons pas la main dessus. Elle est là, merveilleuse de douceur et d’unité, et, même si elle vient de nous, elle n’est pas de nous.

Elle a aussi des aspects curieux, même si c’est marginal : le fait de penser instantanément la même chose d’événements vécus ensemble sans avoir besoin de se parler, de sentir sur un regard échangé en silence ce qui nous avons à faire, ou plus bizarrement cette capacité à faire les mêmes rêves, la même nuit, à 200 km de distance l’un de l’autre, sans s’être contactés auparavant comme on le ferait aujourd’hui si facilement par un réseau social, téléphone ou mail.

Souvent nous avons pensé à cette expression citée par les Actes des Apôtres (Act 4,32) : « Ils n’avaient qu’une seule âme et qu’un seul coeur. » Ou au Psaume 132 : « Qu’il est bon, qu’il est agréable pour des frères d’habiter ensemble ! » Sauf qu’ils s’agit là d’exemples communautaires, et qu’en fait de communauté, nous n’étions que deux, totalement épris l’un de l’autre sans le savoir, dans un climat de complicité innée totale.

Alors amitié ou amour ? Ca n’est toujours pas clair pour moi. Un peu des deux, peut-être ? En fait le mot n’a pas d’importance. Il y a tellement de manières différentes d’éprouver et de parler tant de l’amitié que de l’amour ! Je ne peux parler que de celle que je connais pour l’avoir vécue. Peut-être cela ne correspond pas à ce que d’autres en diraient mais ça n’est pas grave car je ne prétends pas faire une théorie sur le sujet.

Pour moi, l’amour ou l’amitié se sont découverts avec une rencontre précise et quelques fragrances depuis, en général non partagées. J’en retiens que je ne sais pas aimer de manière universelle mais seulement de manière particulière, et que c’est ce particulier qui m’ouvre à l’universel. Un particulier chaque fois différent, chaque fois singulier, avec ce risque permanent de captation de l’autre, de son attention, de son amour pour ma satisfaction personnelle, pour contenter mon besoin de tendresse et de reconnaissance, pour combler le vide de l’amour pas assez reçu aux moments décisifs de mon histoire. Ce risque, je le connais. Plus je le connais, mieux je l’appréhende, plus je l’apprivoise. Et plus je l’apprivoise, plus je puis rencontrer autrui sans enjeu de captation, juste rencontrer et constater que cette beauté originelle est également en lui, même s’il ne le sait pas. Se tenir en présence de cette beauté, en être le témoin, parfois l’éveiller et l’accompagner dans son déploiement, sont des moments eux aussi merveilleux. Secrets et merveilleux.

La fraternité naît de ce constat d’une commune humanité, et plus exactement d’une commune étincelle en chacune de nos vies, qu’un rien suffirait à allumer si nous y étions disponibles. En attendant, l‘entretenir et la faire grandir – chez moi comme chez l’autre – pour le moment où, mystère divin, elle grandira tout à coup comme un feu, sans qu’on sache si c’est comme poussé par un grand vent intérieur qui soufflerait dessus et l’amplifierait ou si c’est de s’éveiller en réponse à une autre étincelle, un autre embrasement, provoqué par la rencontre ou bien par l’indignation face à une situation d’injustice qui remettrait en cause notre commune humanité. Les deux sont possibles.

Ces quelques lignes sont le prolongement d’une réflexion entamée avec un interlocuteur qui se reconnaîtra peut-être en lisant ces quelques lignes mais dont je n’ai pas à partager la teneur. Il y a juste ces quelques mots qu’il lâche au milieu d’un de nos échanges : « J’ai besoin oui d’un frère qui sache me regarder ainsi… » Mots qui à la fois m’interpellent, me renvoient à une nécessaire humilité, mais aussi à l’obligation de témoigner pour que d’autres trouvent leur chemin pour autant que ce que j’ai pu parcourir puisse les y aider.

C’est quoi un frère sinon quelqu’un en qui l’on reconnaît une commune humanité, et donc, dans une perspective chrétienne, une communauté d’origine et de visée vers l’avenir ? L’éveil et l’entretien de cette beauté fait partie du programme.

Z.

Source image : trouvée le 15 août 2018 sur abraxas-excaliber.tumblr.com, blog aujourd’hui sans contenu.

Un jour, peut-être,
tu diras que tu te sens bien avec moi.
Tu poseras ta main sur moi,
ou tu me souriras
d’une manière étrange et nouvelle pour moi,
ou ce sera un bisou plus appuyé que d’habitude,
ou autre chose dont tu me feras la surprise.
Et je saurai.
Je saurai que tu veux bien de moi dans ta vie.

Pour le moment,
Je me force à ne pas le vouloir.
Je ne veux rien choisir,
rien imaginer, rien espérer,
pour ne pas être déçu
ou rejeté ou abandonné.

Je ne veux pas que mon coeur chavire
et me retrouver dans cette situation
où je serais l’amoureux qui soupire
en vain auprès de l’ami,
ni dans celle de l’amoureux éconduit
qui ne saurait plus retrouver
le chemin de la sérénité.

La différence entre l’amitié,
la complicité et le sentiment amoureux
semblent si ténues. A quoi ça tient?

Je sais
à quel point le besoin de tendresse
peut illusionner de l’intérieur,
combien le désir d’être aimé
peut tromper et faire franchir
des barrières illusoires,
et qu’un coeur pressé de se donner
peut projeter et hâter des choses
au risque de se faire mal.

Mais voilà, juste aujourd’hui,
là, maintenant,
je sais au moins une chose :

Je suis bien avec toi.

Z.

—-
Un petit texte sur la difficulté à distinguer entre l’amitié et l’amour. Pour distinguer les deux, on introduit en général la notion de désir. Là où l’amitié se contente de la présence et la connaissance de l’autre tel qu’il est, l’amour voudrait se recevoir et se donner. Ce qui suppose également une érotisation de la relation. En réalité, cela n’est pas si simple. Le besoin de tendresse, à recevoir ou à donner, vient tout fausser. La tendresse non reçue suffisamment, dans l’enfance probablement, va rejaillir plus tard, et, en quelque sorte, demander son dû, passé l’âge de l’érotisation adolescente. Devenu adulte, la question devient alors: comment distinguer le besoin de tendresse et le sentiment amoureux ? En théorie, c’est simple ; en expérienciel, c’est pas si simple.

Photo : Josh O’Connor et Alec Secareanu,dans Seule la terre (2017)

Je ne sais pas si je suis gay ;
Ce que je sais,
C’est que je suis bien avec toi.

Je n’ai jamais pensé faire l’amour avec toi,
Juste, je suis bien avec toi.

Lorsqu’il m’arrive d’avoir des érections
Du fait de ta présence ou de mon imagination,
Je m’en veux et m’efforce de passer à autre chose,
C’est seulement d’être bien avec toi qui me plaît.

Ce sentiment de plénitude,
D’accomplissement,
De présence.

Ta présence à côté de moi,
Ton souffle tranquille quand tu dors,
Le son de ta voix quand tu me parles,
Ton regard qui me couvre d’amitié,
Tout cela fait qu’avec toi je suis bien.

Bien sûr toucher ta main, te frôler,
Te sentir du bout de mes doigts ou de mon corps
Cela me plaît aussi mais pas comme un plaisir érotique.

C’est juste l’essor naturel de notre lien,
L’assurance tranquille d’un don de l’un à l’autre
Et de sa réception.
La tranquille certitude d’être aimé
Et de le partager.

Je ne sais pas si je suis gay,
je suis juste bien avec toi.

Ca ne m’empêche pas de penser aux filles
Et même d’éprouver de l’attirance pour telle en particulier,
Mais tu demeures mon ami à jamais,
C’est vers toi que revient sans cesse mon coeur.

Les autres amis sont les bienvenus aussi,
Les tiens, les miens, comme des cadeaux de l’univers,
Mais tu es celui qui comble mon attente,
Cette attente que j’ignorais et qui tout à coup
Se trouve à la fois dévoilée et remplie.

Où est la part d’accueil,
La part de don,
La part d’échange,
La part de désir ?
Je ne sais pas.

Quelle est la part du corps,
Celle de l’instinct sexuel ?
Je ne sais pas.

Il y a juste cette tendresse magnifique
Qui se révèle.

Elle m’a pris au dépourvu,
Elle touche sans le dire mon besoin d’amour
Et le comble en même temps.

Tellement intensément
Immensément
Et simplement
Que je veux bien l’appeler
Amour
Ou Dieu.

Amitié, amour…
Signe de Dieu, signe d’humanité…

Dévoilement de ma sensibilité,
Homosensibilité ?

La vérité, mon ami,
C’est qu’après toutes ces années,
Lorsque tu viens en mon souvenir,
Tout cela est encore présent
Comme au premier jour,

Et que je ne sais toujours pas
Si je suis gay ou pas,
Je suis seulement bien avec toi.

Zabulon – 30 sept 2017 – à V.

Source photo : Warwick Rowers

——–

Le coming-out, littéralement » sortie du placard »  pour dire l’acte et le moment où l’on révèle son homosexualité publiquement est toujours un passage délicat. La littérature et les médias ont tendance à le valoriser, ce qui est certes louable pour aider ceux qui en ont besoin à passer le cap mais qui peut aussi contribuer au malaise de ceux qui n’y sont pas encore prêts.
C’est une question qui revient régulièrement dans les conversations que j’ai à cause de ce blog et il m’a semblé utile de publier en français un petit article, originellement en anglais, que j’ai trouvé très bien fait sur le sujet, parce que respectueux des personnes auxquelles il s’adresse et laissant ouvertes toutes les possibilités.

——–

 

Pourquoi est-ce que je ne veux pas faire de coming out ?

Même lorsqu’on pense qu’on va être soutenu, faire un « coming-out » n’est pass facile pour chaque adolescent.

Un adolescent nous écrit:

« Bon, je connais des jolies filles, mais je préfère vraiment un garçon mignon. Donc, je pense que ça fait de moi un bisexuel. J’ai nié que j’étais attiré par les garçons pendant longtemps, mais maintenant je suis absolument sûr. Maintenant que je sais que j’aime les garçons, l’étape suivante est : est-ce que je dois faire un coming-out ?

Le principal problème est évident : mes amis m’aimeront-ils toujours et ma famille m’acceptera-t-elle? Je suis sûr à 99,99% que ma famille sera d’accord avec ça et je suis sûr à 100% que mes meilleurs amis m’aimeront encore. Alors, POURQUOI JE NE VEUX PAS FAIRE DE COMING OUT ???

Au début, je pensais que j’avais peur d’être ridiculisé par des gens avec qui je ne suis pas ami. Mais je me connais et je sais que je ne me renierai pas à cause de ce que pensent des étrangers pour moi. Donc, si ce n’est pas le cas, alors, qu’est-ce que c’est? « 

C’est une très bonne question ! Maintenant, personne d’autre ne peut répondre vraiment à ta place, mais je peux te donner quelques idées.

  1. « Sortir du placard » n’est pas toujours une bonne expérience. Alors que ce serait formidable si les coming-out se passaient tous bien, parfois il arrive que cela se passe mal.
  2. Un coming-out est une démarche vraiment personnelle. Lorsque vous dites aux gens que vous êtes LGBT, vous partagez quelque chose de très intime à votre sujet qui peut vous faire sentir exposé et vulnérable, même si vous êtes soutenu par vos amis et par votre famille.
  3. Faire un coming-out vous oblige à parler de sexualité. Évidemment, l’orientation sexuelle est beaucoup plus que le sexe, mais le sexe n’est pas absent de l’équation. On ne demande pas à l’ensemble des jeunes hétéros de s’identifier publiquement ou même de faire savoir vers qui ils sont attirés, mais c’est ce que nous sommes en train de faire quand nous nous attendons à ce que des ados LGBT fassent un coming-out.

Déterminer ta propre orientation sexuelle n’est en fait qu’une partie de l’équation. Tu peu décider de le révéler immédiatement après, ou pas avant longtemps.

Parfois, il y a des pressions pour se révéler, mais le fait de faire ton coming-out seulement quand c’est le bon moment pour toi, et non pas quand il correspond au calendrier de quelqu’un d’autre, est la clé.

Un autre adolescent suggère de faire le coming-out par étapes:

« Si j’étais toi, je commencerais par ma famille, peut-être un frère ou une soeur dont tu es proche d’abord, puis tes parents. Alors, s’ils sont cool avec ça, cela devrait renforcer ta confiance pour le dire à tes amis: tes amis les plus proches d’abord. Mais même si les gens sont un peu mal à l’aise avec toi au début, cela va probablement s’arranger en peu de temps – ne t’inquiète pas ! Les gens peuvent ne pas comprendre d’abord, mais aucun de tes amis proches ne se moquera de toi. Si tu as encore peur de le dire aux gens, commence par le dire d’abord à : tous les homosexuels ou  bisexuels que tu connais, tes meilleurs amis, les personnes que tu connais et qui sont cool avec l’homosexualité, etc. « 

C’est un très bon conseil. Alors que nous pensons souvent à faire un coming-out comme une grande déclaration solennelle, pour la plupart des gens, c’est quelque chose qui arrive à différents moments selon les personnes à qui le dire.

Trouver ne serait-ce qu’une personne avec qui tu peux en parler peut être vraiment utile. Tu peux très bien ne pas être prêt à révéler ton homosexualité à tous tes amis et à ta famille, mais identifier une personne en qui tu as confiance et avec qui tu peux partager ce que tu traverses, ce qui te ferait sentir beaucoup moins troublé et stressé.

Et même, il est parfaitement normal de ne pas vouloir faire de coming-out. Tu n’as pas à te sentir mal pour cela et à te forcer à ce coming-out  si tu n’es pas prêt. Prends ton temps et accorde-toi une pause !

 

Texte et photo : article d’ Ellen Friedrichs publié sur www.liveabout.com,le 27 octobre 2016.

La lettre qui suit a été écrite par David M. Daniel, un jeune écrivain et blogueur américain après des échanges amicaux sur internet. Flatté dans un premier temps qu’on lui dise que ça n’était pas grave s’il était gay, il se rend compte dans un second temps qu’en fait il est touché et que cela a bien plus d’importance qu’il n’y paraît. Au total, c’est une belle leçon sur l’acceptation de soi-même et sur la nécessaire acceptation de l’intégralité de l’autre qu’il nous offre.

Cher Ami,

L’autre jour, nous avons eu une conversation dans laquelle tu m’as assuré que « ça n’avait pas d’importance pour toi que je sois gay ». À ce moment-là, je t’ai dit que je comprenais et que j’appréciais que tu me rassures. Tu as ensuite posé quelques questions sur les raisons pour lesquelles être homosexuel est encore aujourd’hui un si grand problème. Tu as exprimé ta vision du monde dans lequel être gay a la même importance que la couleur des yeux, et tu m’as demandé si ce n’était pas ce que je souhaitais voir arriver. Tu as également développé le spectre de la discrimination inverse et as demandé si c’était ta responsabilité de faire en sorte que quelqu’un, qui se découvre gay, se sente plus spécialement reconnu pour cet aspect que pour d’autres traits qui ont également façonné sa personne (comme ses talents ou ses réalisations).

Tous ces points étaient excellents. Je veux voir un monde où l’homosexualité n’est plus un sujet de préoccupation, et beaucoup moins de discrimination. Je ne veux pas que tu sentes que tu dois être prudent à propos de moi, ou que j’ai besoin de toi pour être sûr de me donner une reconnaissance en étoiles d’or pour mon homosexualité (bien que pour être juste, je suis gay, j’aime les étoiles d’or) à chaque fois que nous parlons. Et je ne veux certainement pas non plus que tu aies l’impression que ma communauté attend d’être mieux traitée juste à cause de notre orientation sexuelle.

Mais après y avoir pensé, et avoir réalisé combien tes mots m’ont piqué, alors qu’à la surface, ils n’auraient pas dû, j’ai enfin trouvé ce que je voulais dire. Et je suis désolé de ne pas avoir eu les mots pour te le dire plus clairement alors.

La raison pour laquelle ça me fait mal quand tu dis que « ça n’a pas d’importance » pour toi que je sois gay, c’est que tu passes à côté de ce que signifie pour moi « être gay ».

La raison pour laquelle ça me fait mal quand tu dis que « ça n’a pas d’importance » pour toi que je sois gay, c’est que tu passes, au moins avec tes mots, à côté de ce que signifie pour moi « être gay ». Oui, je veux vivre dans un monde où un garçon qui aime les garçons ce n’est pas grave, mais la vérité c’est que mes parents ne m’ont jamais envoyé à une thérapie réparatrice pour avoir des yeux noisette. Je n’ai jamais été battu à l’école pour avoir des cheveux bruns. Je ne me suis jamais senti nerveux que mon patron puisse découvrir que j’apprécie Shakespeare et me congédie au grand jour pour avoir assisté à une représentation en direct de l’une de ses pièces.

Mais j’ai connu toutes ces choses en raison de mon orientation sexuelle.

En fait, j’ai beaucoup souffert au cours des années, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur, pour le simple fait que je préfère la compagnie intime d’autres hommes.

Et tu sais quoi? Cette souffrance m’a fait beaucoup de bien. Je sais aujourd’hui que je suis une personne plus forte pour avoir survécu à mon adolescence. Et plus que cela, j’ai une compassion profonde et permanente pour les autres qui souffrent comme moi, non seulement en raison de leur orientation sexuelle, mais en raison de toute différence que la société les oblige à cacher.

Encore plus que cela, j’apprécie en moi une certaine créativité et l’amour pour la beauté, ainsi qu’un esprit mélancolique qui fait que beaucoup de gens m’ont étiqueté bizarre ou mou quand j’étais jeune. Maintenant que je connais de nombreux autres hommes homosexuels, je sais que ces traits sont assez communs chez les autres hommes qui s’identifient aussi comme homosexuels. Je ne dis pas que tout est «génétique», mais je dirais que je semble avoir une personnalité assez normalement gay, et j’aime vraiment ces choses à propos de moi. Et toi aussi. Je le sais, parce que tu me l’as beaucoup dit.

Il n’y a pas une seule personne vivante identifiée gay qui n’a pas connu de discrimination, inégalité et peur; en raison d’une caractéristique de sa personnalité sur laquelle elle n’a aucun contrôle.

Je pourrais continuer ainsi, mais ce à quoi je veux en venir, c’est que quand tu dis que je sois gay n’a pas d’importance, j’imagine que ce que tu essaies de dire, c’est que tu te fiches de ce que je fais avec mon pénis. Et la plupart du temps, c’est là que je te trouve, et ça m’est égal de te trouver là. Mais je dois toujours te trouver là. Je dois passer de mon idée de qui je suis à ton idée de qui je suis pour recevoir ton amour. Et si tu me demandes pourquoi je dois faire un tel saut, je vais essayer de te répondre.

Donc, quand tu me demandes pourquoi éviter le sujet de l’orientation sexuelle de quelqu’un est encore un gros problème, je voudrais que tu saches qu’une autre orientation sexuelle ou de genre, dans ce pays, en ce moment, ne concerne pas seulement ce que nous aimons faire avec nos organes génitaux et c’est universellement un «gros problème» pour ceux d’entre nous qui le vivons.

Il n’y a pas une seule personne vivante identifiée gay qui n’a pas connu de discrimination, inégalité et peur ; en raison d’une caractéristique de sa personnalité sur laquelle elle n’a aucun contrôle

Et, du coup, tu ne connais pas une seule personne gay qui n’a pas été façonnée profondément par cette expérience. Je veux, très désespérément, que tu comprennes cela. Il n’y a pas une seule personne gay qui n’a pas été indélébilement influencée par son orientation. Nous avons tous une histoire de coming out (ou une histoire de placard), et beaucoup d’entre nous n’y survivent pas. Je ne veux pas jouer la victime ici, mais il est important pour moi que tu saches qu’être gay, lesbienne, bisexuel ou transsexuel ne concerne pas que moi, mais tous ceux qui sont comme moi, et le fardeau collectif de notre lutte commune.

Oui, un jour, il y aura un monde où cela ne sera pas vrai, mais nous n’y sommes pas encore. Et quand tu dis que cela n’a pas d’importance, ma réaction intestinale est  » Va te faire foutre, bien sûr que ça en a ! » (« Fuck you, yes it does »).

Tu ne peux pas m’avoir sans que je sois gay. Tu n’obtiens pas ma compassion sans ma douleur, tu ne gagnes pas ma créativité sans ma vision du monde, et tu ne peux pas toucher mon essence en la séparant de ma sexualité. Dire que le fait que je sois gay n’a pas d’importance pour toi, c’est comme dire que le sucre n’a pas d’importance dans les gâteaux que tu aimes. Ce n’est pas seulement important, c’est une partie essentielle de ce que tu aimes.

Et ce que j’attends de toi, comme quelqu’un qui m’aime, c’est que tu m’apprécies à cause de toutes les parties qui me composent, non pas en dépit de celles-ci. Et plus encore, je veux avoir avec toi ce genre d’intimité où tu sais combien cette sexualité a été importante pour faire qui je suis, et où tu as l’occasion de comprendre que lorsque je m’identifie comme gay, je possède une histoire, et une communauté, et toute un ensemble d’expressions personnelles, et non simplement une préférence limitée dans le temps.

Et quand tu dis que cela n’a pas d’importance, ma réaction intestinale est  » Va te faire foutre, bien sûr que ça en a ! »

Enfin, ce que j’espère vraiment, c’est que si je peux me montrer aussi vulnérable pour partager avec toi les vérités difficiles que j’ai apprises sur moi-même et l’importance de mon orientation sexuelle dans la constitution de mon identité, un jour, quand tu rencontreras des gens qui sont gay, tu te souviennes que, qu’ils le sachent ou non, une grande partie de leur étrangeté vient de leurs expériences en tant que gay. Et quand tu te diras que tu les aimes et que tu pressentiras sincèrement qu’en grande partie c’est à cause de ces expériences, tu risques de les choquer et de leur donner comme une tape sur la tête pour avancer sur ce dur voyage d’auto-acceptation que nous traversons tous, nous les êtres humains.

Un jour, j’espère que la phrase, « Ca n’a pas d’importance que tu sois gay, je t’aime pour toi » sera suffisante.

Mais pour l’instant, si tu dois encore différencier mon orientation de mon identité, je pense que « chéri, tu es un enfoiré de gay et je t’aime pour ça » est un avis beaucoup plus sûr.

Avec amour (et un accent particulier sur toutes les choses qui te rendent unique),

David

—-
Source texte: un article de David M. Daniel, intitulé « Why should it even matter that you’re GAY? » publié sur son blog, www.dmdaniel.com, le 26 janvier 2013.

Source photo : Jake Choi et James Chen dans le film Front Cover