intensité2

De nombreuses personnes semblent ignorer que les émotions intenses font partie de la douance et l’intensité émotionnelle est donc peu étudiée. Historiquement, l’expression « intensité émotionnelle » était synonyme d’instabilité émotionnelle plutôt que d’une vie intérieure foisonnante. La vision occidentale classique est que les émotions et l’intelligence sont distinctes et opposées. Pourtant, il existe un lien indéniable entre les deux et, combinées, elles ont un impact certain sur les personnes douées. C’est l’intensité émotionnelle qui alimente la joie de vivre, la passion d’apprendre, la motivation nécessaire pour exprimer un talent ou atteindre un but.

Tout ressentir plus profondément que les autres peut être douloureux et effrayant. Les personnes douées qui souffrent d’intensité émotionnelle se sentent parfois anormales : « Il y a quelque chose qui cloche chez moi… peut-être que je suis fou/folle… personne d’autre ne ressent la même chose… ». Ces personnes sont parfois déchirées, se montrent critiques envers elles-mêmes, souffrent d’une grande anxiété et se sentent inférieures. La communauté médicale considère qu’il s’agit là de symptômes et conclut que ces personnes sont névrosées. Cependant, de telles manifestations sont inhérentes à la douance et fournissent la motivation dont les personnes douées ont besoin pour leur croissance personnelle et leur réussite.

Il est extrêmement important que les enfants doués apprennent que leur sensibilité exacerbée aux phénomènes qui les entourent est normale. Sinon, ils pourraient considérer cette intensité comme une preuve que quelque chose ne tourne pas rond chez eux. Les autres enfants pourraient se moquer d’un enfant surdoué qui réagirait fortement à un incident sans importance, accroissant encore le sentiment de différence de cet enfant. De plus, la sensibilité face à l’injustice et l’hypocrisie peut pousser de nombreux enfants surdoués à la dépression ou au cynisme dès leur plus jeune âge.

La chose la plus importante à apprendre à ces enfants est d’accepter leurs émotions : ils doivent se sentir compris et soutenus. Expliquez-leur que leurs sentiments intenses sont normaux parmi les enfants surdoués. Aidez-les à utiliser leur intelligence pour mieux se connaître et s’accepter tels qu’ils sont.

Lesley Sword

source citation : hautpotentielquebec (version anglaise : ici)

Freddy-Keith-02

 

« Mais qu’est-ce que je vais faire de toi ? »

C’est ce que me dit un ami, gentiment. Dans sa bouche, c’est une manière de dire sa tranquille exaspération devant mes attentes et mes frasques en tout genre.

Il le dit d’une manière amusée. Aucune méchanceté dans ses propos, ni dans le ton. Pas une once de négativité. Non, ce que je perçois c’est comme de l’amusement. Et c’est bien ce qui l’a traversé et ce qu’il a transmis.

Pourquoi, alors, suis-je touché plus que je ne devrais par cette boutade ?

Ce n’est pas qu’elle me rappelle des reproches et réprimandes, rien qui renvoie à l’enfance… Encore que, si, peut-être.

Ce que je ressens, dans un premier temps, c’est le soulagement et la joie, une profonde joie intérieure, de compter pour quelqu’un, d’être quelqu’un pour lui, cet ami. Enfin une réciprocité. Enfin être aimé, enfin être reconnu, enfin exister. Si tu demandes ce que tu vas faire de moi, c’est donc que vas faire quelque chose de moi, c’est donc que je suis important pour toi, même un petit peu.

Et, si cela t’amuse et que tu m’adresses cette parole, c’est que tu me parles, c’est que tu m’associes à cette question et à son solutionnement. Quelque chose de la relation, d’une relation entre toi et moi, douce et tranquille, qui est là, qui tient. Nous allons donc vers l’avenir ensemble?

Et plus loin encore pourtant, oui, cet appel de l’enfance, cette prise de conscience que mon enfant intérieur est touché, ravi, séduit. Tu sais, cet enfant blessé, cet enfant déconsidéré, qu’on ne regardait pas, à qui on ne marquait pas de marques de tendresse ou, pire, si on le faisait, c’était pour les reprendre immédiatement en donnant des signes contraires. Cet enfant abandonné, en quelque sorte, à qui on n’a pas dit, pas assez, qu’on l’aimait.

« Qu’est-ce que je vais bien faire de toi ? » C’est bête, hein, cette question. C’est celle que j’aurais voulu entendre, percevoir, vivre lorsque c’était le temps de l’enfance. Et c’est toi, mon ami qui me la sort, comme ça, avec un naturel déconcertant qui me prend, immédiatement, aux entrailles.
Freddy-keith_02
Tu n’en sauras rien car je ne me sens pas capable de te dire tout cela. C’est très intime quand même, et je sais que tu n’aimes pas ce genre d’intimité.

Me voilà avec cette drôle de flèche qui me transperce et me réveille. Droit au but, droit au cœur. Et ça ne fait même pas mal. Elle s’est frayée un chemin vers quelque chose d’enfoui très profondément et me le ramène doucement, provoquant une multitude de micro prises de conscience et encore plus de réajustements inconscients.

C’est quoi ce mystère qui me rend si sensible à des choses que d’autres ne perçoivent pas ? J’ai le cœur à nu ; Dieu merci, personne ne le voit !

J’ai un secret : la blessure qui m’a rendu fragile et hypersensible est aussi ma force. Car je ne puis douter un instant que ce qui me révèle et me restaure ainsi dans ma dignité intérieure, d’une manière si indicible qu’elle n’en est pas humaine, vient de Dieu lui-même.

La voix de l’ami – ses paroles, le ton de la voix, la vraie amitié qu’il y a dedans, et même l’amusement, bref tout son contenu – la voix de l’ami, dis-je, c’est la voix de la vie, c’est la voix du Seigneur qui me parle, me touche, m’atteint : « Mais qu’est-ce que je vais faire de toi ? »

Car tu vas faire quelque chose, c’est ce que cela veut dire. Et toi, tu fais toutes choses nouvelles.

Zabulon – 3 mai 2016

 


Source photo : Freddy Keith, modèle américain, Next Models, Los Angeles.