un ami extraordinaire

J’ai un ami extraordinaire
et son nom est… Non, ça, c’est notre secret.

J’ai un ami extraordinaire,
il se reconnaîtra ou pas, en lisant ces lignes.

J’ai un ami extraordinaire,
car notre relation est virtuelle.

Ah, ça ! ça doit faire sourire,
Que peut-il bien venir de bon du virtuel?

Eh bien, c’est oublier que le coeur des hommes,
lui, n’est pas virtuel.

Derrière chaque ami virtuel, il y a un homme, un coeur, une vie.

Certes, le plus souvent cela est complètement superficiel.
Mais, il n’empêche, j’affirme haut et fort
que j’ai un ami extraordinaire;

Notre relation n’est que virtuelle,
mais il a une sensibilité qui m’a touché,
et il en est de même pour lui.

Cela pose plein de questions,
sur la définition de l’amitié,
la possibilité de confusions,
illusions ou manipulations.

Mais cela demeure:
J’ai un ami extraordinaire.

Nous ne nous parlons pas souvent,
et c’est toujours en mots mesurés.
A vrai dire, il n’aime pas beaucoup se disperser en parlottes
comme je le ferais facilement.
Mais chaque mot, chaque intervention, est posée, sentie, ajustée.
Chaque échange nous révèle,
nous fait naître et grandir.

Pourquoi dis-je que c’est un ami?

Parce que sa sensibilité répond à la mienne,
sans nous connaître, nous sentons les mêmes choses
et nous complétons aisément.
Pas de longs discours, pas de longues démonstrations.
Nous nous comprenons,
nous nous apprécions,
nous nous savons présents l’un à l’autre
sans qu’il y ait besoin d’en rajouter.

Il est attentif à ce que j’écris,
je suis attentif à ce qu’il écrit.
Le petit mot doux, gentil et qui fait avancer.
Toujours juste.
Il dit la même chose de moi, me semble-t-il.

C’est un ami extraordinaire.

Peut-être ne nous rencontrerons nous jamais,
peut-être que si.
Ca ne semble pas avoir une grande importance.

Mais si nous nous rencontrons un jour,
j’aimerais qu’il n’y ait pas beaucoup de mots.
J’aimerais que nous plongions nos regards l’un dans l’autre,
doucement, tranquillement, sans peur ni honte,
nous qui n’avons rien à nous cacher
et pas besoin de mots pour le dire.

Peut-être se tenir les yeux fermés,
mains dans les mains,
pour ne rien gâcher de cette rencontre.

Ou peut-être pas.
Il est possible que cet ami
soit gêné dans l’expression de ses sentiments.

Et goûter, goûter seulement,
la Présence.

Ce sera comme nos échanges virtuels,
ce sera comme notre amitié présente,
en plus grand peut-être
et en tout autant éphémère
puisqu’il faudra bien se séparer et se quitter.

Ce sera peut-être très court, et même très furtif,
car nous sommes différents.
Moi porté sur l’intensité relationnelle du moment,
Lui sur la relation ouverte et partagée à tous.

Mais cette présence,
ce coeur à coeur,
cette douceur partagée,
c’est cela qui est l’ordinaire de l’amitié vraie.

Si rare n’est-ce pas
que je dois bien le confesser :

J’ai un ami extraordinaire !

Zabulon – 7 mai 2016

revenir

Ce qui est vrai,
est-il toujours vrai ?

Oui.

Alors pourquoi
ai-je passé tant de temps
à partir ailleurs
à chercher autre chose
à me fuir moi-même
à me chercher ailleurs ?

A bout de course,
à bout de souffle,
j’arrive,
j’arrive ou je reviens,
je reviens à moi.

C’est comme ces chemins initiatiques,
racontés si souvent, par lesquels
le voyageur part dans des pays lointains
vivre des expériences inédites,
étoffer son personnage,
puis revient à son point de départ.

Revenir, oui,
mais différent et plus fort,
revenir autrement,
revenir capable
d’accueillir sa vérité
et y plonger.

Donc me revoilà.

A bout de course,
à bout de souffle,
me voilà face à ma vie,
comme invité à plonger
en l’Essentiel.

L’essentiel…

Je retrouve les fulgurances,
belles et engageantes,
de ma jeunesse,
comme autant d’instants fondateurs
que j’avais délaissés.

C’est un mystère cette errance
ailleurs que là où on est chez soi.

Peut-être étais-je trop jeune,
peut-être trop naïf.
Non, pas trop naïf,
naïf tout court.
Et, dans le bel âge de la jeunesse,
quand on est naïf,
on est sensible et fragile.

Et, il faut vivre,
et construire.
En tout cas,
c’est ce que l’on croit,
c’est ce que semble dire la vie.
Alors je suis parti, parti,
loin de moi-même.

Oh, toujours fidèle
à cette partie de moi-même,
mais comme en rêve,
comme en souvenir.

Maintenant, je veux revenir.

Je veux retrouver
les intuitions de ma jeunesse,
celles qui me remplissaient
et me rendaient vivant,
celles par lesquelles je m’émerveillais
et étais disponible au monde.

Je veux rentrer chez moi,
retrouver la beauté de ces élans
qui étaient directement connectés à la Vie,
– et je ne le savais pas!
qui allumaient un feu en moi,
ou était-ce un flot ?

Je veux retrouver mes rêves,
car ils n’étaient pas que des rêves,
ils étaient une espérance portée au monde
qui jaillissait d’un profond infini.

Je veux retrouver ce temps
où j’étais comme une page blanche,
une terre inculte,
un champ sans sillon.
Qui sait si, déjà,
j’étais conditionné ou influencé
par mes expériences intra-utérines
ou ma prime enfance ?
J’étais une terre disponible,
une terre belle et sauvage
dans laquelle jaillissaient des sources.

La vérité que je ressentais,
je ne savais pas que c’était la vérité.
Alors je suis parti vivre,
je suis parti découvrir, expérimenter,
je me suis oublié, je me suis un peu cabossé.

Je suis parti pour vivre,
n’est-ce pas le chemin d’un homme?

Mais parce que ce qui est vrai,
est toujours vrai,
je veux revenir
maintenant.

Je veux rentrer chez moi,
revenir différent et plus fort,
mais non sans retrouver
cette naïveté
qui fait que toute chose est belle,
et que toute découverte, toute rencontre,
sont merveilleuses.

Vrai, Seigneur, je reviens.
Accueille-moi chez toi, chez nous.
Je voudrais rallumer le feu
sans plus chercher ailleurs.
Je voudrais rallumer le feu,
et calmement accueillir celui qui passe
comme un ami qui est lui aussi sur sa route,
être signe pour lui de ta présence
qui le renvoie à sa propre route.

Voilà, voilà ma vocation, finalement.
Tant de temps pour la découvrir.

Juste être là,
Te laisser faire
avec cette part de moi
qui est de toi
et qui ne demande qu’à grandir
du moment que je sois là.

Zabulon – 13 oct 2015

le-vent

 

Je suis.

Je suis le vent qui passe.

Tour à tour,
Tourbillon,
Tornade
Ou brise légère.

C’est vrai,
Tu entends ma voix
Mais tu ne me vois pas,
Mes voies te sont inconnues.

Tu ne sais d’où je viens
Ni ou je vais,
Tu ne sais pas par où je passe
Ni pourquoi  je passe  ou pas.

Et pourtant,
Si tu prêtais attention…

Ecoute et tends l’oreille.
Et si tu n’entends rien,
Ecoute  quand même,
Mon fils.

Ecoute autrement,
Ecoute totalement.

Si tu n’entends rien,
C’est que le murmure de mon mouvement
Est si bas que tu ne le perçois même pas.

Je suis le vent,
Un souffle,
Un souffle d’air.

Je suis l’air.

L’air qui se déplace,
L’air que tu inhales,
L’air que tu déplaces.

Je suis l’air,
Je suis le souffle,
Je suis la Vie.

Je traverse toute chose,
toute cellule,
toute nation,
toute relation.

Ruah.
Je suis toujours présent.
Mais tu me cherches ailleurs.

Je suis là.

Je suis.

Zabulon – 19/09/2015

 

amour-ou-es-tu

Amour où es -tu?

Tu passes,
tu remplis de ta présence,
mais toujours fugace.

Tu passes
tu combles de ta présence
et tu t’en vas.

Il reste
tout-à-coup la perception
que quelque chose manque.

Tu es passé,
tu as comblé,
tu as laissé.

Pourquoi ce vide,
cette béance,
ce réveil?

Pourquoi?
Ou aller maintenant?
Que faire en t’attendant?

Car tu vas revenir, n’est-ce pas?

Tu vas revenir, Amour,
et combler encore,
furtivement.

A chaque fois cela semble plus,
à chaque fois c’est trop
quand tu t’en vas.

T’en vas-tu d’ailleurs,
ou te caches-tu ?

Ta présence est tellement bonne,
tu crées en moi un désir
très fort.

Désir de t’appartenir
désir de te retrouver,
désir de ne plus te perdre.

Amour, que fais-tu?
Si tu n’étais si bon,
je trouverai ce jeu cruel.

Mais ce n’est pas un jeu, n’est-ce pas ?

Tu m’appelles
et m’apprends à me dépouiller
pour te retrouver
à chaque fois plus complètement.

Je sais le Cantique,
Je sais le chant de Jean et Thérèse,
je sais tout cela.

Est-ce cela que tu fais en moi, Seigneur?

Peut-être,
peut-être pas.

Mes illusions,
mon orgueil.

Mais tu sais,
mon désir aussi de toi.

Quand tu viens, Seigneur,
je suis tellement bien.

Je t’attendrai.
Je t’attendrai,
Tu viendras ou pas,
de la manière que tu voudras
– comment pourrait-il en être autrement ?

Mais viens Seigneur,
car je me languis,
et mon âme sait
qu’il n’y a que toi qui pourras la combler.

Zabulon – 12/09/2015

nature

 

J’ai toujours été émerveillé par la nature.
Après des études scientifiques,, j’ai continué à chercher à mieux comprendre comment fonctionne la nature en m’intéressant à la cosmologie, à la géologie, à la biologie, à la botanique, à la physique des particules… Oui, c’est vraiment un émerveillement de comprendre la grande unité du vivant, les mêmes mécanismes biologiques sont à l’œuvre dans la plus petite plante comme dans notre corps.
(…)
L’amour inconditionnel de Dieu pour chaque être humain révélé par le Christ, la décision que nous pouvons prendre de lui faire confiance et de répondre à son amour donne le vrai sens à la présence de l’homme dans l’univers. A la suite de saint François, qui l’exprime si bien dans le cantique des créatures, cet amour en retour, s’étend à toute la création.

Fr. Hervé, frère de Taizé.