le-vent

 

Je suis.

Je suis le vent qui passe.

Tour à tour,
Tourbillon,
Tornade
Ou brise légère.

C’est vrai,
Tu entends ma voix
Mais tu ne me vois pas,
Mes voies te sont inconnues.

Tu ne sais d’où je viens
Ni ou je vais,
Tu ne sais pas par où je passe
Ni pourquoi  je passe  ou pas.

Et pourtant,
Si tu prêtais attention…

Ecoute et tends l’oreille.
Et si tu n’entends rien,
Ecoute  quand même,
Mon fils.

Ecoute autrement,
Ecoute totalement.

Si tu n’entends rien,
C’est que le murmure de mon mouvement
Est si bas que tu ne le perçois même pas.

Je suis le vent,
Un souffle,
Un souffle d’air.

Je suis l’air.

L’air qui se déplace,
L’air que tu inhales,
L’air que tu déplaces.

Je suis l’air,
Je suis le souffle,
Je suis la Vie.

Je traverse toute chose,
toute cellule,
toute nation,
toute relation.

Ruah.
Je suis toujours présent.
Mais tu me cherches ailleurs.

Je suis là.

Je suis.

Zabulon – 19/09/2015

 

nature

 

J’ai toujours été émerveillé par la nature.
Après des études scientifiques,, j’ai continué à chercher à mieux comprendre comment fonctionne la nature en m’intéressant à la cosmologie, à la géologie, à la biologie, à la botanique, à la physique des particules… Oui, c’est vraiment un émerveillement de comprendre la grande unité du vivant, les mêmes mécanismes biologiques sont à l’œuvre dans la plus petite plante comme dans notre corps.
(…)
L’amour inconditionnel de Dieu pour chaque être humain révélé par le Christ, la décision que nous pouvons prendre de lui faire confiance et de répondre à son amour donne le vrai sens à la présence de l’homme dans l’univers. A la suite de saint François, qui l’exprime si bien dans le cantique des créatures, cet amour en retour, s’étend à toute la création.

Fr. Hervé, frère de Taizé.

Charles Levi

 

Je viens , Seigneur, j’arrive,
Attends-moi !

Tempete-[odyssee-de-Pi]C’est si dur de retrouver le chemin,
Je me suis égaré dans les méandres de ma vie.
Je suis perdu, je ne sais même plus
de quel côté me tourner.

J’entends seulement
cet appel au fond de moi,
cette aspiration,
cet appel à être.
Et je sais que c’est toi qui m’appelles.

Oh, si je savais trouver le chemin
qui me mènera à toi.
Habiter dans mon coeur,
Habiter dans mon centre,
cette chambre sacrée
où tu m’attends.

Je viens, Seigneur, j’arrive,
Appelle-moi, appelle-moi encore !
phare_nuit
Tu es comme un phare dans la nuit
qui indique la direction vers laquelle aller
et le refuge qui m’attend.

Tu es la lumière qui brille dans la nuit.
Et même si tu es plus lointain parfois
que ta brillance ne semble le suggérer
– je te croyais plus proche –

je ne te quitte pas des yeux
et tu es l’espoir qu’un jour j’arrive à bon port.

Je viens , Seigneur, j’arrive,
Attends-moi !

& & &

Ca, c’est mon cri du coeur,
un coeur à la dérive,
depuis si longtemps.

& & &

Depuis quelque temps,
il y a quelque chose de nouveau.
Indescriptible, au delà des mots.

Quelque chose comme la Présence,
la certitude de la présence,
Présence Active.

Je n’ai rien à faire pour te trouver,
je n’ai rien d’autre à faire qu’être,
et je me rends compte que, chaque fois,
que j’essaie de faire quelque chose pour te trouver,
je sors de mon être
et j’empêche moi-même la rencontre
alors que tu es déjà là.

C’est toi qui viens à mes devants,
c’est toi qui me cherches,
et chaque fois que je veux te trouver,
bateau-soleilchaque fois que, malgré moi ,
j’entreprends quelque chose pour te rejoindre,
je m’éloigne encore plus loin.

Je crois être perdu au milieu des eaux,
je m’affole, je m’agite
et je voudrais tellement te plaire,
être à la hauteur,
que faire, mon Dieu, que faire ?

Et toi tu dors, paisiblement, sans crainte,
dans la barque de ma vie,
et les tourbillons du moment.

Rien à faire, juste à être,
Rien à faire,
C’est toi qui viens.

C’est toi qui es.
Déjà là.

Viens, mon Seigneur,
ma plénitude,
mon Dieu,
mon Roi !

 

Zabulon

oujevais

des gestes étranges

 

Et si je fais des gestes étranges,
c’est que je fais circuler les énergies.

C’est un moyen de rétablir des équilibres,
de renouer avec l’authenticité
Et de ne pas vivre à la surface de soi même

De l’extérieur, les gestes peuvent paraître farfelus,
sans direction, sans signification,
même si l’on en perçoit un côté harmonieux.

En vérité, ils sont harmonieux,
Provenant librement d’une connexion à soi-même,
Qui est profonde et vraie.

Là est l’authenticité, l’harmonie, la sagesse :
Se retrouver soi-même,
Habiter en son centre
Et laisser toutes les parties de son être vivre librement.

Alors ton être veut comme jouer dans le vent,
Il se laisse aller à être,
Seulement ça : à être.

Et il se meut, il circule,
il se reçoit s’expérimente en toutes parties de ton corps
et hors de ton corps dans ses prolongements subtils.
Et doucement il s’exprime par ces gestes étranges
Qui deviennent à la fois méditation et danse légère.

A qui n’est pas initié,
De l’extérieur ce peut paraître étrange,
Mais pas de l’intérieur.

Si chacun osait ce chemin,
de reprendre contact avec Soi,
habiter en son centre et laisser sa part divine s’exprimer,
comme nos relations humaines seraient plus simples !

Plus de guerre, plus d’oppositions, plus de rivalités…
Où crois-tu trouver Dieu si tu ne lui ouvres pas la porte à l’intérieur ?

Zabulon

Réflexions du Rev. David Eck Asheville de Caroline du Nord, extrait du blog I’m christian, I’m gay, Let’s talk, 19 Novembre 2009.

« J’ai écris ce poème qui s’inspire de Jn 13, 34-35. J’espère qu’il vous mettra en crise autant qu’il m’a mis en crise, moi !

46

Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé.

Cela semble si simple, si linéaire.

Mais … Aimer le libéral au « cœur rempli de compassion » ?

Aimer le conservateur de « valeurs familiales » ?

Aimer le musulman ? Le juif ? Le bouddhiste ? L’hindouiste ?

Aimer l’immigré en situation irrégulière ? Aimer celui qui est plein de privilèges ?

Aimer le gay ? La lesbienne ? Le transgenre ?

Aimer les manifestants pour la paix ? Aimer les faiseurs de guerre ?

Aimer l’irakien ? Le palestinien ? Le nord coréen ?

Aimer le républicain et le démocrate ?

Aimer le SDF ? Le mendiant ?

Le malade du SIDA ? Le détenu condamné à mort ?

Nous tendons à aimer avec les doigts croisés à la recherche d’une échappatoire,

Cherchant la manière de limiter ceux que nous choisissons d’aimer.

Comme le scribe qui, une fois, demandait à Jésus : « Qui est mon prochain ? »

Nous aimons en mode sélectif, en posant des conditions.

Nous aimons ceux qui nous ressemblent, pensent comme nous, croient comme nous.

Qui serait haï par Jésus ? Personne !

L’unique chose qui mettait Jésus en colère était l’hypocrisie spirituelle,

Ceux qui proclamaient aimer Dieu mais ne réussissaient pas à se décider à aimer leurs proches,

Ceux qui croyaient être les élus de Dieu tandis qu’ils traitaient les autres comme s’ils étaient le mal personnifié.

Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé.

Peut-être n’est-ce pas aussi simple, après tout.

Mais c’est le signe par lequel les autres reconnaîtront que nous sommes disciples de Jésus. »

Cité par loquito sur anotherdaylight – 2 mai 2012