savoir-lire-la-Bible

 

Juste un petit mot pour rassurer…

Le relatif silence sur ce blog n’est pas signe que je n’ai plus rien  à exprimer, c’est plutôt l’inverse !  Il y a tellement de choses et ça tourbillonne tellement dans tous les sens que je ne sais plus par quel fil attraper les idées ou sensations et les partager ici.

En off, quelques confidences, dialogues, expériences de vie… viennent  à la fois me troubler, me nourrir et me grandir et je ne sais plus ce que je dois ou peux partager pour ne pas verser dans le trop intime.

En même temps, la souffrance que j’entends chez certains entre leur appartenance religieuse et le constat de leur homosexualité me touche profondément. L’ignorance des textes sacrés, la transmission continue d’interprétations plus que  limitées, alors que pourtant tout le matériau exégétique et théologique existe, me laissent songeur.  Est-ce que je dois passer du temps à synthétiser ces approches et m’en faire l’écho ici pour que ceux qui ont besoin de ces fondements les trouvent ici ?

Être chrétien et gay…

Il y a une chose que j’aimerais faire mais je ne sais pas si elle est très appropriée. C’est tordre le cou à cette vieille idée qu’être gay et être chrétien seraient incompatibles.  Et dans la foulée, l’idée que l’homosexualité serait un péché et serait interdite par la Bible.

D’ailleurs, l’argument même selon lequel la Bible serait homophobe m’énerve au plus haut point, autant quand il s’agit de dire «  tiens –vous voyez, c’est interdit ! péché ! ksss kss kss !  dehors les  homos» que quand il s’agit de polémiquer de la sorte : «  ah vous voyez bien que les religions sont contre les gays et que ce sont elles qui nourrissent la haine et la division entre les gens et entre les peuples. »

Ca m’énerve parce que c’est d’une stupidité sans nom !   Si on arrive avec une idée même inconsciente de ce qu’on cherche, on finira toujours par le trouver dans la Bible, ça n’est pas très compliqué. D’où la stupidité à prendre à la lettre un verset isolé et à vouloir l’appliquer bêtement sans réfléchir !

Le simple fait que la mention de l’homosexualité (et d’ailleurs de toute préoccupation sexuelle), ne  soit franchement pas la préoccupation majeure de la Bible est déjà un indice sérieux du côté obsessionnel  que déploient certains à vouloir démontrer ceci ou cela.

Savoir lire la Bible

Il faut donc lire la Bible mais pas n’importe comment. Il faut  notamment savoir distinguer l’essentiel  de l’accessoire. Il faut lire la Bible et il faut la méditer aussi.

Une bonne méthode, me semble-t-il, est  de l’aborder sans avoir aucune intention spécifique sur ce qu’on souhaite y trouver tout en étant capable de remettre un évènement dans son contexte, le relier à d’autres  du même type et pour lesquels le texte apporte d’autres nuances.

Cette neutralité scientifique dans la première approche d’un texte à étudier n’est pas si facile qu’il y paraît. On a tous des espoirs secrets d’être confirmés en ce ceci ou cela. Ce serait si terrible si la Bible, Dieu lui-même donc, venait à nous contredire, ☺.

Prenons un exemple. J’aimerais prouver que la Bible n’est pas homophobe. Je peux trouver très rapidement un certain nombre d’arguments en ce  sens, mais avant cela, je dois me poser et me demander : y a-t-il des raisons de penser que la Bible soit homophobe ? Et je dois admettre que oui.  Certes on y parle peu de l’homosexualité mais quand on en parle, ce n’est pas vraiment pour la mettre en valeur ni la regarder comme neutre.

Mais passons à la deuxième partie de la méthode et regardons les textes concernés : suis-je sûr de  bien comprendre ce qui est dit dans les épisodes récriminés : Sodome et Gomorrhe, la qualification d’abomination en Lévitique, ou la condamnation par Saint-Paul… ?  A chaque fois ce qui semble visé ce n’est pas l’orientation homosexuelle en tant que telle mais le fait qu’il puisse y avoir un abus : trahison de l’accueil, exploitation du faible par le fort, prostitution sacrée, recherche idolâtrique du plaisir sans respect pour la personne.

Même le terme « abomination » pose question. C’est une très mauvaise traduction du mot hébreu  toeva qui signifie « tabou ». Dans la revue juive Tenoua, le linguiste Joël Hoffman, relève que  ce n’est pas le mot crime, ni perversion, ni même péché, qui est employé  mais le mot tabou.  C’est-à-dire, précise-t-il « un acte inapproprié en raison des normes sociales et non un mal absolu. »  Bref, tout cela est bien relatif quand même, surtout quand il s’agit d’un interdit au milieu de dizaines d’autres dont celui par exemple de ne pas porter un vêtement qui serait tissé de deux espèces de fil différentes.

Alors, que ceux qui veulent voir un interdit absolu de l’homosexualité  en s’appuyant sur le Lévitique se déshabillent très vite,  sans oublier leurs sous-vêtements tissés de coton et élastomère ou autres produits mélangés !

 


Nota Bene :  Vous avez bien relevé que le mot hébreu mal traduit en français par abomination ne veut pas non plus dire péché? Il existe un mot en hébreu pour désigner le péché… (voir ici)  et il n’est pas employé pour l’homosexualité. N’en déplaise à ceux qui répètent bêtement des idées reçues sans aller les vérifier  et contribuent, ainsi, à troubler ou faire peur à des jeunes gens chrétiens qui découvrent leur homosexualité.

Justin-Bieber-funny

J’ai bien conscience que ce blog peut sembler devenir n’importe quoi. Un mélange de journal intime et de coming out, avec des confidences spirituelles, des éclosions existentielles, une affectivité débordante, une sensibilité à fleur de peau et des prises de conscience psychologiques.

Que ce soit n’importe quoi, je ne le pense pas, mais il est à l’image de ce qui est ma vie en ce moment.

A mes amis et connaissances, pas forcément followers de ce blog mais dont j’entends bien les questions, j’ai envie de répondre. Suis-je malade? Non. Enfin, je ne crois pas. Déprimé? Euh…non. En pleine crise de delirium ou illuminé? Euh, je ne crois pas non plus. Ai-je des révélations, suis-je un saint? Ah ! ah! Elle est bien bonne! Non plus.

Alors quoi? Ben, je sais pas. Il y a plein de choses qui semblent s’être mises d’accord pour remonter et faire un joli charivari en moi. Y’a du beau, du sensible, de l’excès, de l’illusion… Il surgit des profondeurs qui s’expriment et viennent à la surface un peu confusément. Plein de souvenirs, aussi, qui me reviennent et que peut-être je raconterai un jour ici.

C’est difficile de dire ce qui provoque exactement cela tant ça paraît être un conglomérat de choses qui arrivent en même temps : le travail fait sur moi-même, ma vie spirituelle, les blessures d’enfant enfin revenues à la surface, le ras-le bol d’une situation trop longtemps étouffante, l’amitié simple et douce de celui que j’ai appelé mon ami extraordinaire, le désir de vivre. Oui, de vivre.

Que vais-je faire de tout ça? Je n’en sais strictement rien. Je sais seulement que ça n’est pas n’importe quoi et que ce qui est en train d’advenir doit advenir.

Il me semble que j’ai à clarifier ce qui est de l’ordre de la psychologie des profondeurs, ce qui est de l’ordre de l’émoi amoureux et ce qui est de l’ordre de la rencontre spirituelle. A vrai dire, ça me va bien que ce soit confus car c’est très agréable à vivre, mais je vois bien que cela peut m’amener à des comportements inadaptés, inadéquats. Par exemple, il ne serait pas juste de faire supporter à l’amitié le poids des blessures de l’enfant intérieur, ce qui peut paraître tout à coup complètement disproportionné et obscurcir le discernement.

Justin-Bieber-whatPeut-être trouvez-vous impudique d’étaler cela ici?

En vérité, ça l’est. Mais – car, il y a un mais – à lire les témoignages de nombreuses personnes qui se découvrent homosexuelles, témoignages ô combien salutaires pour d’autres, je sais que le mien, sans être plus important, peut rejoindre l’un ou l’autre de ceux qui lisent ce blog.

Je ne prétends faire la leçon à personne, et surtout pas théoriser quoi que ce soit alors que j’avance en tâtonnant et en balbutiant. Mais, je ne veux plus vivre enfermé. Comme l’exprime la prière Rainbow que je publierai prochainement ici, il me faut sortir de mes « placards à secrets », de mes enfermements.

Après tout, c’est mon blog n’est-ce pas? Je l’avais entrepris à la suite de celui de Loquito grâce à qui je me laissais enfin toucher dans des vérités que je ne voulais pas voir. Loquito m’a dit un jour que son blog c’était une sorte de thérapie pour lui-même. Probablement ce blog-ci a-t-il les mêmes vertus. Probablement, un jour, quelqu’un devra prendre également le relais.

Ainsi va la vie.

bieber-in-bed

Je n’ai jamais aimé le terme « homosexuel ». Il a servi, pour moi, de repoussoir et a contribué à ce que je ne puisse accepter qui j’étais puisque longtemps il a été le seul mot qui me semblait disponible pour décrire qui j’étais. Mais c’était si réducteur : définir une personne par la sexualité. L’exercice de sa sexualité?

Je ne pouvais pas me reconnaître dans ce mot.

Mon expérience, ce n’est pas d’abord celle d’une attirance ou d’une préférence sexuelle. C’est celle d’une extrême sensibilité à quelque chose de l’ordre de la beauté chez autrui, et le constat que c’est principalement envers des personnes du même sexe que cela fonctionne pour moi.

Cela n’a pas vraiment à voir avec la beauté physique. Je ne dis pas que je suis insensible à la beauté d’un bel homme, mais outre que cela est très subjectif, ce n’est pas ce qui éveille ma sensibilité. Ce serait plutôt de l’ordre de la beauté intérieure, en tout cas de la beauté ressentie à l’intérieur de moi en écho à telle rencontre qui me la fait percevoir en l’autre. beauté intérieure et fragilité aussi. Et me voici en émoi. je sens comme un infini, comme une invitation. Invitation à quoi? Je ne sais pas. A vivre, à grandir, à se parler, à se rencontrer, même si nous n’avons rien à nous dire, rien à vivre vraiment concrètement.

Bref, une sensibilité à des choses cachées, non perceptibles au commun des mortels. Comme je me suis senti seul à ressentir de telles choses et à ne pas savoir comment les exprimer ni à qui. Je voyais bien que j’étais différent. Les quelques amis à qui je tentais de m’en ouvrir me regardaient bizarrement et me blessaient parfois quand ils coupaient court brutalement par des mots tels que « oh, je suis pas pd, moi! ». Suggérant quelque chose qui n’était même pas venu à mon esprit mais qui,soudain,  me remplissait de confusion intérieure.

Pd? Homosexuel? Que de grands mots, reçus confusément comme insultants, comme très connotés de désir sexuel, alors que je n’avais que le mot amitié à la bouche.

Ce pourquoi lorsque j’ai découvert le mot homosensible, je l’ai tout de suite adopté. Oui, je peux admettre que je suis attiré par les hommes, au sens où quelque chose en moi est sensible à la beauté intérieure de tel ou tel, au point de m’en émouvoir et d’imaginer une communion ou je ne sais quoi d’autre qui n’a pas d’intérêt ici. Avec le constat que c’est majoritairement avec des hommes que cela se produit.

J’avais donc à admettre cela, comme une différence sensible que je reconnaissais comme belle mais qu’il m’était impossible d’admettre au grand jour. Ni homosexuel, ni hétérosexuel. Différent : homosensible… et ne sachant pas quoi faire de cela, comment le comprendre, l’interpréter. Peut-être par défaut de maturité de ma part, la littérature que je trouvais sur le sujet ne me satisfaisait pas. On n’y parlait pas vraiment de moi, je ne m’y reconnaissais pas. Et le côté militant, dans un sens ou dans un autre m’agaçait terriblement, que ce soit pour brandir la fierté d’être gay ou que ce soit pour afficher une continence par amour du Seigneur. Ces deux voies étaient et demeurent en grande partie du « chinois » pour moi.

En fait, même si j’étais disposé à reconnaître que mes émois d’amitié, l’éveil de la beauté et de toute sensibilité créatrice étaient provoquées par des hommes à travers le croisement d’un regard, une attitude, un mot, une rencontre fortuite, cela ne se transformait pas forcément en désir sexuel et celui-là n’était en tout cas pas premier. Peut-être cette sensibilité était sexuée au sens où elle était touchée par la beauté intérieure quasi-exclusivement d’hommes, mais je ne pouvais pas faire le lien avec une préférence sexuelle. Sublimation peut-être.

Bref, homosensible oui, homosexuel non.

Et puis, récemment je suis tombé sur le site de la fraternité Aelred et le le blog de jonathan. Vraiment par hasard. Je recherchais une citation de Aelred de Rievaulx et suis tombé sur le site de la fraternité Aelred. J’ai lu rapidement. Intéressant, mais, de prime abord, cela m’a paru être une approche un peu en position haute et suggérant que l’amour d’amitié, chaste et continent, est la voie pour les homosexuels chrétiens. Je suis loin de partager cette opinion pour la raison simple que je ne crois pas que la sexualité n’a pour fin que la procréation. Pour moi, elle est aussi acte de tendresse qui réveille et révèle l’autre à lui-même, et cela même est création, co-création. Certainement, à certains il est donné de vivre une continence joyeuse, mais ce n’est pas la vocation de tous ; et pourquoi donc cela devrait être la vocation de tous les homosexuels?

Bon, passons, ce n’est pas le sujet du jour. C’est juste pour expliquer le contexte. De fil en aiguille, me voilà donc sur le blog de jonathan qui, bien que lié à la fraternité Aelred, présente une approche beaucoup plus humaine et sensible. L’auteur l’assume et l’explique d’ailleurs très bien.

Je commence donc à lire les témoignages proposés. Je n’ai pas eu besoin d’aller très loin. Même si mon histoire est différente, je me reconnais immédiatement dans le récit qui est fait, dès la première page, d’une personne sensible, sujette à des grands émois et cherchant de grandes amitiés. Je suis stupéfait. On parle de moi. Par exemple :

« Je n’ai jamais « flashé » sur un garçon en raison de sa beauté corporelle. Je n’avais pas, à propos de celle-ci, ni type ni canon a priori. Je ne me suis donc jamais retourné dans la rue sur un bel homme. En revanche un regard croisé par hasard pouvait me faire chavirer le cœur. Ce n’était pas la beauté d’un corps, ni même la beauté de ses yeux qui me touchait, mais ce que le regard exprimait du plus secret de la personne. C’était soudain comme si je devinais ce qu’elle avait d’unique et cela m’attirait irrésistiblement et soulevait en moi le besoin impérieux de la rejoindre pour la connaître et, si possible, de l’aimer. Qu’y avait-il dans ces regards pour exercer sur moi une attraction si impérieuse ? J’y percevais toujours comme une mystérieuse blessure laissant entrevoir une enfance inachevée, parfois meurtrie. A chaque fois je plongeais corps et biens dans la béance d’un tel regard. Souvent la voix se joignait à lui. C’était toujours la voix de quelqu’un qui parlait doucement, posément, comme un enfant sage qui murmure son secret à un ami. Ces rencontres étaient aussi précieuses que rares et elles me bouleversaient si profondément que je restais à chaque fois interdit et paralysé devant celui qui m’attirait consciemment ou inconsciemment et qui peut-être même m’attendait. »

Puis l’auteur parle d’une amitié très pure en fait, de gestes venus naturellement d’une grande beauté et d’un grand respect. Même si ce n’est pas mon histoire, comment ne pas reconnaître que c’est ce que j’aurais aimé qu’il se fût passé?

Je lis, je lis. Et je prends conscience que ce que je prenais comme une hypersensibilité, largement enfouie et récemment réveillée (quelle coïncidence!), est peut-être justement l’indice d’une homosensibilité. Je ne veux pas théoriser ni généraliser sur le sujet, j’en serais bien incapable et incompétent, mais je prends conscience que ce que je croyais être chez moi une hypersensibilité neutre en soi n’est peut-être pas si neutre que cela.

Au même moment – coïncidence encore ! – me voilà intérieurement bouleversé à la fois par des bouillonnements spirituels et par une amitié douce et belle qui me touche profondément.

Pourquoi je raconte tout cela? Pas du tout pour raconter ma vie, ce qui n’est pas l’objet de ce blog et, concernant ma sexualité, vous pouvez être certains que cela n’arrivera pas. Mais me voilà face à une question redoutable : puis-je continuer à parler de Dieu, à prétendre le reconnaître, si c’est seulement mon extrême sensibilité qui s’exprime? Ce ne serait pas honnête, n’est ce pas?

Je ne dis pas que je ne crois plus en Dieu, je pense même que c’est exactement le contraire qui est et qui arrivera. Mais je prends le temps d’expliquer tout cela pour annoncer seulement que la vie de ce blog risque d’être un peu perturbée dans les temps qui viennent. Je souhaite explorer cette question de la sensibilité et cela va probablement m’occuper quelque temps.

A vrai dire, cela est déjà commencé avec l’article déjà publié sur l’intensité émotionnelle. Cet article décrit, en théorie, un phénomène que je connais bien, mais comme il traite de la douance, il est probable que cela ne décrit pas toute homosensibilité. De même que tous les enfants doués ou précoces ne sont pas forcément homosensibles. Encore que… il serait intéressant d’avoir des statistiques sur ce sujet.

Mes questions sont simples : d’où vient cette extrême sensibilité? Est-elle forcément ou majoritairement homosexuelle ? Et Dieu là dedans, réelle sensation spirituelle ou expression de l’hypersensibilité? Révélation ou sublimation?

Sur la deuxième question, j’ai cru comprendre par mes amis à orientation homosexuelle qu’ils se reconnaissaient plutôt comme ayant une sensibilité plus grande ou différente de ce qu’on nous décrit le plus souvent comme étant la norme.

Là encore, je n’en conclus rien. Sinon que mes amis semblent me ressembler, ou plutôt, c’est moi qui leur ressemble, ce que je niais fortement à l’intérieur de moi, auparavant.

Voyez, c’est tout un chemin.

Quiconque a envie de participer à cette réflexion est le bienvenu dans les commentaires. Espace modéré, bien sûr.

Bieber-praying-for-Paris

Justin Bieber interrompt un concert afin de prier pour les victimes des attentats de Paris

 

 

Pardon.  Certains s’étonnent peut-être  de mon silence face aux évènements de Paris. C’est que je ne sais pas comment exprimer ma peine, mon désarroi et mon désir de continuer à vivre en même temps.

Je me méfie de l’instantanéité émotionnelle que l’on regrette ensuite. Mais je la sais nécessaire pour nombre d’entre nous. Les actes posés sont horribles, « ce sont des actes de guerre » a dit le Président de la République Française, et il a raison.  Une guerre horrible où l’on ne respecte pas les innocents, les gens qui s’amusent, qui vivent tranquillement et sous le régime de la liberté.

Mais quelle est cette folie ? Des fous, qui ne représentent même pas vraiment l’Islam, veulent s’accaparer des territoires qui ne leur appartiennent pas, instaurer des régimes de violence, avec l’appui et le financement des mafias de la drogue et de tous les trafics nauséabonds et veulent en même temps se faire passer pour des « purs » ? Ils ne connaissent même pas l’Islam véritable, ils s’appuient sur des haddith à provenance non attestée faisant fi du Livre Saint qui seul a prévalu pendant deux cents ans dans l’histoire de l’Islam et dans lequel le prophète se révèle un homme humble, amoureux de Dieu, qui ne se met pas en valeur et qui respecte les autres croyances.

Alors nous sommes « en guerre » ? C’est comme ça que ça commence une guerre? Par la bêtise non raisonnable, la haine non amadouable, par l’attaque de civils, des gens innocents et non armés… Que c’est triste !

J’ai envie de crier le mot qui vient du fond du coeur du Seigneur : « Paix ! » Paix ! Pouvons-nous être en guerre et avoir le coeur en paix ? Je n’aime pas l’idée d’ « être en guerre » mais à quoi bon se voiler la face ? Nous savons que nous ne pouvons pas laisser des fous prendre des territoires en chassant des centaines de milliers de personnes devant eux, désespérées, et que, de coeur ou de fait, nous avons du mal à accueillir. Donc, il faudrait les laisser faire là-bas sans intervenir et que tout se passe bien pour les réfugiés, les migrants et pour nous. C’est impossible. Forcément, il va falloir agir. Même si ce n’est pas évident comme l’exprimait, déjà en 2014, l’ancien Premier Ministre Dominique de Villepin, ici.

A vrai dire, il se pourrait qu’ils ne soient pas si fous que cela. Ces actes sont prémédités et ont pour but de créer le chaos, de nous faire réagir et nous entraîner dans la haine, la violence et le non respect des uns et des autres. Pas sûr que les petites mains, endoctrinées, l’aient compris, mais derrière il y a des idéologues et des princes du crime  pour qui cette mis en scène est un calcul politique destiné à nous monter les uns contre les autres, notamment en faisant des musulmans un bouc émissaire. Sauf que, ce n’est pas l’Islam qui demande de faire cela. Comment ôter la vie pourrait-il rendre gloire et hommage à l’Auteur de la Vie, le Tout-Puissant et Miséricordieux ?

Pardon. Je ne puis pas parler de cela pour le moment.C’est encore confus pour moi. Car s’il s’agit d’une guerre, c’est une guerre contre des gens sans foi ni loi qui ne sont même pas une armée, mais des fous, des illuminés, des terroristes. Une armée invisible  qui voudrait nous faire passer à des actes de guerre pour justifier  a posteriori ses actes et entraîner encore plus de personnes déboussolées à leur suite. Gare à la riposte : c’est, hélas, ce qu’ils attendent pour justifier pire encore. Nous ne sommes pas face à une armée, nous sommes face à des criminels, comme l’expriment de nombreux spécialistes de la science politique et de la guerre depuis des mois. Voir par exemple, l’intéressante analyse de Jean-Pierre Filiu sur France Inter, ici.

Je ne sais quoi penser, je ne sais quoi prier face à la bêtise et la férocité humaines.

Mais…

Mais, merci encore à ceux qui, par ce blog, ont tissé depuis d’autres pays que la France des liens d’amitié avec moi, et qui m’expriment leur solidarité et leur prière, dans les commentaires et dans les messages privés.

Vous savez, parfois, il y a des clins d’oeil … de Dieu. Le dernier en date, qui provoque d’ailleurs l’article de ce blog, vient d’un ami commun que nous avons et qui est la cause de ce blog quand il a décidé d’arrêter le sien, je veux parler de Loquito.  Comme, il sait que j’ai cet attachement étrange au chanteur Justin Bieber, il m’a fait suivre un  lien vers une information que j’ignorais : Justin Bieber, apprenant les évènements de Paris en plein concert à Los Angeles pour la promo de son dernier album, a interrompu sa prestation au milieu de fans en furie pour, calmement, inviter à la prière et quitter ensuite la scène.

C’est bête, hein, mais je suis touché. Par la démarche de l’ami Loquito – il a dû deviner, je ne sais comment, que j’étais sans mots face à cette tragédie. Et puis par celle de mon jeune héros, Justin Bieber. J’ai toujours senti qu’il n’était pas un si sale type qu’on le disait. Quelles que soient ses frasques, ce garçon a un coeur, et quelque chose de beau dans ce coeur. Ne me demandez pas comment je le sais, je ne saurais pas répondre. Je le sens, c’est tout et depuis des années.  Alors je n’ai jamais perdu confiance en sa générosité. Et là, voilà qu’il commet ce bel acte (comme d’autres, il n’est pas le seul, oui, oui, je sais !). Peu de gens savent qu’en fait Justin Bieber, d’origine catholique, est très croyant.

« Nous prions pour les familles et pour leur rétablissement. Et pour la paix » a-t-il lancé avant d’interrompre son concert , la voix brisée, expliquant ne pouvoir continuer. Puis, il s’est exprimé sur twitter : « My love, prayers and thoughts are with the families of his horrible tragedy. #prayforparis. » [« Mon amour, mes prières et mes pensées sont avec les familles de cette horrible tragédie. #prayforparis.« ]

Alors voilà, face à la bêtise humaine, il y a la générosité maladroite qui vient du coeur des uns et des autres, ces marques de compassion, ces signes de solidarité, ces signes d’humanité qui montrent que nous sommes une seule et même famille….

Je ne sais pas quoi ajouter… Vraiment. Sinon ces mots qui viennent à mes lèvres, mots si souvent prononcés sans y penser, invocation immémoriale et collective que continue sans cesse la prière de l’Eglise   : « Dieu, viens à mon aide, Seigneur à notre secours. »

En attendant, ce qui est beau, vraiment beau, c’est ce réflexe non pas de haine, mais de recueillement et de prière. Je ne savais pas que tant de gens savaient prier, ou, pour le moins, savaient retrouver le chemin de la prière.

prayforparis

Bonne année et Champagne !

Erwin Olaf - Joy, 1984

 

 

D’aucuns trouveront cette photo provocante.

A vrai dire, oui, elle l’est.
Mais pas forcément comme il peut apparaître
en premier lieu.

D’accord, l’homme est nu.
D’accord, la pose est plus que suggestive,
D’accord, la puissance du jet liquide
évoque autre chose.

Bien.
Si maintenant, nous allons au delà de la suggestion érotique
(qui, au passage, agit comme en miroir et réveille ce qu’on a déjà en soi),
que voyons-nous ?

Un homme libre,
ou plus exactement qui se libère.
De toutes contraintes,
de toutes pressions,
De tout faux semblant…

Un homme libre
qui ose exprimer ce qu’il est,
laisse remonter le flot des passions enfouies,
canalise l’énergie vitale qui le fait homme,
qui le fait vivant.

Vivant,
Libre,
Lui-même.

Voilà
tout ce que je vous souhaite,
tout ce que je me souhaite,
pour cette nouvelle année 2015.

Ce blog, en quelque sorte,
est une opération vérité,
une opération révélation
de ce qui était enfoui en moi
et que je ne trouvais pas à exprimer.

Il durera le temps qu’il durera,
de manière aléatoire,
et vous pouvez y contribuer si vous voulez
par vos remarques et suggestions.

J’en profite pour regarder une dernière fois 2014
et redire un grand merci à Loquito et son blog
« another day light ».

Curieusement c’est l’annonce qu’il arrêtait son blog
qui a provoqué la création de celui-ci.

Il m’a semblé qu’il y avait une veine
qui ne pouvait pas s’éteindre comme cela.

Après, quelle forme ça prendra, c’est une autre histoire,
à laquelle je ne suis pas plus attaché que ça…

Pour 2015,
laissons venir la vie,
laissons monter la vie en nous,
et vivons en paix les uns avec les autres!

Bonne année 2015 !

Zabulon

Source photo : www.advocate.com