« J’aurais pu ne pas m’en sortir, c’est-à-dire ne pas accepter de vivre avec la blessure de l’exil, de la séparation. J’ai des amis d’enfance, que je côtoie encore, qui s’en sortent bien plus mal que moi.

Sans l’écriture, je serais moi aussi, certainement dépressif et inconsolable, une personne sans espoir, incapable d’aller vers l’autre.

C’est vraiment pour cela que j’écris : créer un lien avec l’autre, me prolonger en lui. »

Gaël Faye,
Télérama 3492, 14/12/2016.

Source photo : Philip Gladstone, Untitled (kneeling male nude), Mixed-media on paper