Pour accompagner la sortie de leur dernier album, « Forever Trouble », le groupe Virgin Suicide propose un clip très intéressant avec le titre « Evil Eyes ». Dans ce dernier clip que je partage ci-dessous, il y a deux histoires.

La première qui se déroule comme un court-métrage gay, est celle de la découverte pas facile de son attirance homosexuelle par un jeune homme, humilié par ses amis à cause d’une érection en public sous les douches, et qui en vient à repousser son ami par qui il est pourtant attiré et qui se montre accueillant. C’est tout le thème de la difficile acceptation de l’homosexualité dans un contexte hétéro-normé sur fond d’homophobie latente ou déclarée. Pour se faire accepter des autres, pour être en paix avec eux et donc, faussement, avec soi-même, dois-je rentrer dans cette norme qui pourtant ne me convient pas? Suis-je assez fort pour résister? Où vont être les soubassements structurels de ma personnalité, mes ressources, ma force, si je refuse le modèle qu’on me propose et que je sens confusément comme ne me convenant pas?

La deuxième histoire est celle de la chanson, dont je reproduis les paroles et leur traduction avec l’aimable autorisation de Virgin Suicide. Et là nous avons l’histoire d’un amour qui se déclare et qui n’est pas accueilli, pire : rejeté.

« Le regard mauvais« , c’est ce regard noir de rejet ou de dégoût que l’aimé hétéro jette sur soi quand on en vient à lui dévoiler son amour, c’est l’ami qui tout à coup rejette toute notre histoire quand il s’aperçoit que l’amitié a pris place à l’amour chez l’autre, quand son besoin de tendresse prend une dimension affective qui n’est pas celle qu’il peut ou veut y mettre.

Mais pourquoi ce regard mauvais? Evil Eyes peut se traduire aussi par « oeil mauvais », vous savez, comme ce sort de malchance jeté par on ne sait quels dieux sur quelqu’un, et ça devient « le mauvais oeil ». On peut le traduire aussi par « un regard » ou « des yeux diaboliques », dont on peut se demander si c’est celui qui regarde qui est diabolique ou celui qui est regardé par celui-là qui le devient, ou qui le serait parce qu’il est vu comme tel. Quelle culpabilité ou quelle honte on ressent quand le regard de l’autre semble nous regarder comme une bête immonde… Au nom de quoi cette haine?

Petites blessures ordinaires des personnes homosensibles qui découvrent les élans de leur coeur et de leur corps et que ces élans ne sont ni admis ni partagés par tous. La découverte du sentiment amoureux, quoi ! Sauf qu’on peut éconduire un amoureux sans avoir le regard mauvais.

Et alors, ça me rappelle une réflexion vue dans les Evangiles sur laquelle je me suis déjà exprimé : « http://www.paysdezabulon.com/pourquoi-ton-regard-est-il-mauvais/ »

Pour ceux qui veulent aller directement à cette magnifique chanson, c’est à la mn 2’58. 🙂

Virgin Suicide – Evil Eyes /mauvais oeil (2017)

Will I know?
well I know the feeling coming up my back
will it burn you up in side of me?
will I feel?
well I feel the feeling trembling up inside
will you take it out on me?

 

There was no beating heart
nanananananana
there was no falling stars
can I take it out on you?
I dont know

 

Cause there was no heart beating
though I pulled it out in front of you
trying to catch your evil eyes
there was noone peeking
or speaking out their minds its naive
to try and catch your evil eyes

There was no beating heart

So I peek
and I feel the feeling climbing up my chest
I don’t know what it’s gonna be
my friends
will you plz be mean I’m coming all the way to hold you
there was nothing to despair about

There was no beating heart
nanananananana
there was no falling stars

Cause there was no heart beating
though i pulled it out infront of you
trying to catch your evil eyes
there was noone peeking
or speaking out their minds its naive
to try and catch your evil eyes

 

There was no beating heart
nananananana
there was no falling stars
can I take it out on you
well I think you are done

But there was no heart beating
though i pulled it out infront of you
trying to cacth your evil eyes
there was noone peeking
or speaking out their minds its naive
to try and cacth your evil eyes

There was no falling star

 

Vais-je savoir?
eh bien je sais cette sensation qui monte dans mon dos
Est-ce que ça va te brûler à côté de moi?
vais-je ressentir?
eh bien, je sens cette sensation qui me fait trembler à l’intérieur
vas-tu t’en prendre à moi?

Il n’y a pas eu de coeur qui battait
nanananananana
il n’y a pas eu d’étoiles filantes
Est-ce que je peux m’en prendre à toi?
Je ne sais pas

Parce qu’ il n’y a pas eu de coeur qui battait
quand je me suis dévoilé devant toi essayant d’attraper ton regard mauvais
il n’y a eu personne qui observe furtivement
ou qui ait expimé sa pensée que c’était naïf
d’essayer d’attraper ton regard mauvais

Il n’y a pas eu de coeur qui battait

Alors je regarde
et je sens cette sensation qui grimpe le long de ma poitrine
Je ne sais pas ce que ça va être
mes amis
svp, voulez-vous dire que j’ai fait tout ce chemin pour vous garder
et qu’il n’y avait rien à espérer

Il n’y a pas eu de coeur qui battait
nanananananana
il n’y pas eu d’étoiles filantes

Parce qu’ il n’y a pas eu de coeur qui battait
quand je me suis dévoilé devant toi essayant d’attraper ton regard mauvais
il n’y a eu personne qui observe furtivement
ou qui ait expimé sa pensée que c’était naïf
d’essayer d’attraper ton regard mauvais

Il n’y a pas eu de coeur qui battait
nanananananana
il n’y a pas eu d’étoiles filantes
Est-ce que je peux m’en prendre à toi?
Eh bien, je crois que oui

Mais il n’y a pas eu de coeur qui battait
quand je me suis dévoilé devant toi essayant d’attraper ton regard mauvais
il n’y a eu personne qui observe furtivement
ou qui ait expimé sa pensée que c’était naïf
d’essayer d’attraper ton regard mauvais

Il n’y pas eu d’étoiles filantes

>> Liens vers la page Facebook de Virgin Suicide et vers leur page youtube <<

L’article suivant parle du rapport publié sous la direction de J.M. Bailey, en mai 2016 sous le titre « Orientation sexuelle, controverses et science ». J. Michael Bailey est psychologue et professeur a la Northwestern University, il pense pouvoir démontrer qu’une composante génétique est un facteur parmi d’autres qui prédispose à telle ou telle orientation sexuelle. Le rapport fait l’état de l’ensemble des connaissances actuelles sur le sujet et montre que l’on ne choisit pas son orientation sexuelle.

Dans toute culture, souligne le rapport, un petit pourcentage de gens éprouvent des attirances « non hétérosexuelles » qu’il ne faut donc pas confondre avec leur expression sociale qui varie beaucoup selon les normes en vigueur de chaque société.

Des « évidences scientifiques » suggèrent que des facteurs biologiques, incluant des influences hormonales ou des profils génétiques, contribuent à l’orientation sexuelle, bien qu’ils ne soient pas les seules causes. Par ailleurs, des études contredisent l’idée que l’orientation sexuelle puisse être acquise d’une manière ou d’une autre : les enfants adoptés par des couples homos, par exemple, ne manifestent pas de plus grande préférence homosexuelle que le reste de la population.

Selon les auteurs du rapport, ces premières conclusions font consensus parmi les chercheurs. Mais d’autres questions sont plus controversées. Alors que J.M. Bailey décrit l’orientation sexuelle comme clairement polarisée (entre gay, lesbienne, hétérosexuel, bisexuel), certains chercheurs comme Ritch Savin-Williams, autre spécialiste de la question, soutiennent que l’orientation sexuelle est plutôt distribuée selon un continuum.

La question de savoir si les gens peuvent choisir ou non leur orientation sexuelle est abordée à la fin du rapport. À ce sujet, les auteurs distinguent nettement l’attirance sexuelle et les pratiques réelles, la première ne concordant pas toujours. L’attirance étant fondée sur le désir, il n’est pas vraiment possible de « choisir » ses désirs. Selon J.M. Bailey, la question sensible du « choix » est faussée par une confusion entre les positions morales et les connaissances scientifiques.

Jean-François Dortier
Sciences Humaines n° 284 – août-septembre 2016

Source texte : www.scienceshumaines.com

Source photo : Je suis gay et musulman, documentaire de Chris Belloni sur la situation des personnes homosexuelles au Maroc.