Marche des fiertés au Mexique, 10 juin 2018

C’est quoi une vie d’homme?
C’est le combat de l’ombre et de la lumière.
C’est une lutte entre l’espoir et le désespoir,
entre la lucidité et la ferveur.

Je suis du côté de l’espérance,
mais d’une espérance conquise, lucide,
hors de toute naïveté.

Aimé Césaire

Source photo : Marche des fiertés au Mexique, le 10 juin 2018. Photo de Luis Gonzalez/ Reuters publiée par Courrier International

« Regarde,regarde bien ceux qui se lèvent. Tant de personnes aujourd’hui oeuvrent pour l’unité de la grande famille humaine…

…en cherchant à rencontrer des gens blessés par l’abandon, le rejet et l’angoisse ; à libérer notre Terre des abus et de l’avarice. Tant de merveilleuses associations soutiennent des projets dans des pays où la grande misère demeure, et viennent en aide aux réfugiés (…) Oui, un printemps s’annonce, peut-être fragile entre les ténèbres annoncées par les médias. Dieu est là au coeur de notre monde. Il attend que nous ouvrions nos coeurs pour qu’il puisse se révéler à travers chacun de nous, comme acteur de bonté et de paix. »

Jean Vanier, mars 2017.

Source Photo : photo prise à Hung Hoa Lu, Vietnam

revenir

Ce qui est vrai,
est-il toujours vrai ?

Oui.

Alors pourquoi
ai-je passé tant de temps
à partir ailleurs
à chercher autre chose
à me fuir moi-même
à me chercher ailleurs ?

A bout de course,
à bout de souffle,
j’arrive,
j’arrive ou je reviens,
je reviens à moi.

C’est comme ces chemins initiatiques,
racontés si souvent, par lesquels
le voyageur part dans des pays lointains
vivre des expériences inédites,
étoffer son personnage,
puis revient à son point de départ.

Revenir, oui,
mais différent et plus fort,
revenir autrement,
revenir capable
d’accueillir sa vérité
et y plonger.

Donc me revoilà.

A bout de course,
à bout de souffle,
me voilà face à ma vie,
comme invité à plonger
en l’Essentiel.

L’essentiel…

Je retrouve les fulgurances,
belles et engageantes,
de ma jeunesse,
comme autant d’instants fondateurs
que j’avais délaissés.

C’est un mystère cette errance
ailleurs que là où on est chez soi.

Peut-être étais-je trop jeune,
peut-être trop naïf.
Non, pas trop naïf,
naïf tout court.
Et, dans le bel âge de la jeunesse,
quand on est naïf,
on est sensible et fragile.

Et, il faut vivre,
et construire.
En tout cas,
c’est ce que l’on croit,
c’est ce que semble dire la vie.
Alors je suis parti, parti,
loin de moi-même.

Oh, toujours fidèle
à cette partie de moi-même,
mais comme en rêve,
comme en souvenir.

Maintenant, je veux revenir.

Je veux retrouver
les intuitions de ma jeunesse,
celles qui me remplissaient
et me rendaient vivant,
celles par lesquelles je m’émerveillais
et étais disponible au monde.

Je veux rentrer chez moi,
retrouver la beauté de ces élans
qui étaient directement connectés à la Vie,
– et je ne le savais pas!
qui allumaient un feu en moi,
ou était-ce un flot ?

Je veux retrouver mes rêves,
car ils n’étaient pas que des rêves,
ils étaient une espérance portée au monde
qui jaillissait d’un profond infini.

Je veux retrouver ce temps
où j’étais comme une page blanche,
une terre inculte,
un champ sans sillon.
Qui sait si, déjà,
j’étais conditionné ou influencé
par mes expériences intra-utérines
ou ma prime enfance ?
J’étais une terre disponible,
une terre belle et sauvage
dans laquelle jaillissaient des sources.

La vérité que je ressentais,
je ne savais pas que c’était la vérité.
Alors je suis parti vivre,
je suis parti découvrir, expérimenter,
je me suis oublié, je me suis un peu cabossé.

Je suis parti pour vivre,
n’est-ce pas le chemin d’un homme?

Mais parce que ce qui est vrai,
est toujours vrai,
je veux revenir
maintenant.

Je veux rentrer chez moi,
revenir différent et plus fort,
mais non sans retrouver
cette naïveté
qui fait que toute chose est belle,
et que toute découverte, toute rencontre,
sont merveilleuses.

Vrai, Seigneur, je reviens.
Accueille-moi chez toi, chez nous.
Je voudrais rallumer le feu
sans plus chercher ailleurs.
Je voudrais rallumer le feu,
et calmement accueillir celui qui passe
comme un ami qui est lui aussi sur sa route,
être signe pour lui de ta présence
qui le renvoie à sa propre route.

Voilà, voilà ma vocation, finalement.
Tant de temps pour la découvrir.

Juste être là,
Te laisser faire
avec cette part de moi
qui est de toi
et qui ne demande qu’à grandir
du moment que je sois là.

Zabulon – 13 oct 2015