christ-en-croix

Un dieu est venu ce matin
Remplir ses devoirs envers ceux d’en-bas.
Il s’est excusé, il a pleuré,
Il a pour une fois regardé les humains.
Il les a regardés, il les a compris
Eux tous, transformés, différents.

(…)

Ce matin un dieu s’est tué:
Et nul au monde ne s’en étonne.

Un dieu est venu ce matin
Remplir ses devoirs envers ceux d’en-bas.
Il s’est excusé, il a pleuré,
Il a pour une fois regardé les humains.
Il les a regardés, il les a compris
Eux tous, transformés, différents.

Un dieu a mis pied à terre
Pour regarder autour de lui.
Le sang de l’univers se perd,
Un dieu fait face à l’état d’homme.
Il a déjà compris:
Le squelette du monde mort est rongé
Condamné à se rompre,
A l’intérieur, en soi
De par le poids de tout ce temps perdu
Jusqu’à présent,
A n’apporter que des mots.
Un dieu s’est renié,
Comme un homme enserré dans un monde mourant.

Ce matin un dieu s’est tué:
Et nul au monde ne s’en étonne.

Source traduction : almanito

Il y a quelques jours, j’étais le temps d’un week-end avec des priants.
Des femmes et des hommes de la patience.
Du consentement au temps long.
Au temps non programmable,
sur lequel on ne peut spéculer et qui ne se maîtrise pas.
Des patients.
Tout le contraire de résignés ou de passifs.
Car la patience est un engagement, une veille active et courageuse.

Des femmes et des hommes au souffle long,
qui résistent face au mal,
face à l’intimidation des forts
qui se croient bien vite conformes au bon modèle,
face à la violence faite à tous les humiliés.
Oui, la patience est une dissidence autant qu’une endurance.
Elle dit que ce qui est, maintenant
– l’injustice, la victoire des calculateurs et des simplificateurs –
n’aura pas le dernier mot.
(…)

Il y a quelques jours,
j’étais le temps d’un week-end avec des femmes et des hommes
d’une humanité sans fard, sans masque.
Des vies bien souvent brisées, fracassées par des drames, par des crimes subis.
Des existences considérées par beaucoup hors de notre morale où tout doit être à la bonne place.
J’étais avec des personnes dont un certain nombre sont homosensibles ou transgenres.

Qui étaient-elles? Juste des priants.
Des mendiants, se battant et débattant pour vivre, aimer, être estimés et croire.
Des non-résignés par la douleur qui a pu tant de fois les abattre te les poursuivre.

Secret de la dignité dans le refus de renvoyer sur d’autres les difficultés du vivre.
De ces laboureurs qui ne sont pas fascinés par les apparences des premiers fruits mais savent, les uns par les autres, attendre activement les fruits de l’arrière-saison pour juger de leurs récoltes dans leurs vies.

Des priants comme tout priant en vérité, tendus vers la Parole.
Non la leur, mais celle du Père en son Fils.
La vraie Parole qui libère, redresse et fait la paix au plus profond de chacun,
par en dessous les tumultes qui demeurent et les ombres qui guettent toujours.

Ces femmes et ces hommes,
dans leurs larmes, leurs rires et leurs quêtes,
accomplissement notre vocation à tous,
y compris à ceux d’entre nous
qui avons la chance d’avoir des vies moins cabossées,
peut-être.

C’est celle d’être riche du Christ et de son amitié.

Véronique Margron, dominicaine,
Présidente de la Conférence des religieux de France

Source texte : La Vie du 7/12/2016

Le CHrist sur une patène du IVè siècle

source : El Pais

Et si le Christ n’avait jamais été barbu ?

Nous avons tellement l’habitude de le voir représenté de la même manière, front haut haut ,grands yeux, nez aquilin, petite boche, petites lèvres et barbu… au point que l’ensemble de l’iconographie s’est emparée de ce modèle. On retrouve également l’image d’un Christ barbu sur le Saint Suaire de Turin.

Icône de l'atelier Saint Jean
La découverte récente d’une patène du IVème siècle en Espagne nous montre un Christ glabre, cheveux courts et vêtu d’une toge: gravé sur une coupelle de verre datant du 4e siècle, ce Christ retrouvé en Espagne est l’une des plus anciennes représentations de la figure fondatrice du christianisme. Les spécialistes estiment que la patène  a dû être fabriquée à Rome ou à Ostie.
Christ glabre2

 

Cette représentation de Jésus , imberbe, en toge romaine, étonne parce qu’elle n’est pas habituelle mais elle ne suffit pas à invalider une longue tradition continue qui est, elle aussi, très ancienne, et puise ses sources dans les coutumes d’Israël et les usages du temps.

Pour le Talmud, « la barbe est l’ornement de l’homme » et l’imberbe est considéré comme eunuque. Mais, par nécessité sociale,  les rabbins autorisaient à se raser ceux qui devaient fréquenter les romains. On peut imaginer la même chose des premiers chrétiens d’origine juive.

Par ailleurs, il existe  d’autres représentations artistiques de Jésus, imberbe et présenté comme le bon pasteur à la manière de Hermès et son troupeau. Probablement, une manière de s’inculturer dans la société gréco-romaine. L’usage  dans les représentations du visage du Christ n’était donc pas si unanime au départ qu’il le paraît aujourd’hui..

Au minimum, cette patène montre l’effort d’inculturation des chrétiens et l’annonce d’un Evangile qui concerne tous les hommes indépendamment de leur culture. Qu’en est-il pour aujourd’hui ?

source en français : www.express.fr
source en espagnol : www.elpais.com