vivant

Tu me manques, Vincent, tu me manques.
Tellement.

Depuis que je t’ai perdu,
Je cherche l’amour partout
Et je ne le trouve pas.

D’abord j’ai nié, dénié et renié.
J’ai fui
Loin, loin, si loin…
De moi-même.

C’était tellement dur.
Tu étais ma vie,
Mon souffle,
Mon partage,
Mon bonheur.
Je vivais grâce à toi, avec toi, par toi.

Tu te souviens, nos rêves fous,
Les mêmes que nous faisions à distance ?
Tu te souviens nos intuitions, nos délires
Et cette complicité entre nous
Sans qu’il n’y ait besoin d’aucun mot.

Dans la même pièce sans nous regarder
Je sentais ton cœur battre à l’unisson du mien
Et je savais quels étaient tes émois, tes pensées, tes folies.

Le monde entier nous appartenait,
Nous allions le refaire, le parfaire, l’embellir.
Tout était facile, tout était possible.

Oh comme tu me manques.
Comme c’est dur d’avoir été séparés après s’être trouvés.
Comme c’est dur,
Avec ces années de recul,
De s’apercevoir que les chiens qui nous ont séparés
Nous ont volé notre bonheur.

Mais ça ne se fait pas d’être homosexuel, n’est-ce pas,
Dans notre milieu.
Ca ne se faisait tellement pas
Que, même nous, on s’en est convaincu.

J’ai essayé, Vincent,
J’ai essayé
Et je n’y arrive pas.

J’ai essayé,
Et le silence m’a rattrapé.
Pas le bon silence, tu sais.
Non, le silence qui est le vide, le néant.
Celui qui te dit que tu n’es rien,
Que tu ne sers à rien,
Qu’il n’y a rien pour toi par là.

Et je me suis souvenu.
Forcément je me suis souvenu.

Avec toi,
Il n’y avait pas de silence
Même quand nous ne parlions pas.

C’est dur, tu sais, c’est dur.
Parce que je sais bien qu’on ne se retrouvera pas.
Tu dois vivre, comme je l’ai fait,
Ta petite vie d’hétéro, réelle ou cachée,
Tout en me méprisant encore
De t’avoir fait découvrir
Que tu aimais un garçon.
Comme si j’y étais pour quelque chose !

C’est dur, tu sais, c’est dur.
Je ne sais pas si je suis capable d’aimer
Quelqu’un d’autre que toi
Et pourtant j’en ai tellement besoin.

L’ami Ash me dit que j’aime l’idée d’aimer
Et que je confonds ça avec l’amour.
Il a raison, probablement.
Et qu’est-ce que j’y peux ?

On ne refait pas sa vie, n’est-ce pas ?
Je ne peux pas revenir en arrière,
Recommencer, se faire des promesses que cette fois on tiendrait
Sans se laisser influencer par ceux qui n’aiment pas
Que les garçons aiment les garçons.

Mon cœur,
Ma vie.

Jamais
Je n’ai entendu quelqu’un prononcer mon prénom avec tant de douceur
Et de vérité que par toi.

Quand tu me regardais,
Quand tu me parlais,
Quand tu m’écrivais,
Quand tu murmurais mon nom,
J’étais vivant.

C’est cette vie
que je cherche à nouveau
mais tu n’es pas là.

Tu es dans les fins fonds de ma mémoire,
tu es à l’âge du sortir de l’adolescence,
mon premier amour que j’appelle amitié
à un moment où on ne sait pas ce qu’est l’amour.

C’est beau, absolu, désintéressé.
Une fois pour toutes
c’est le bonheur
ou sa promesse.

Comment vais-je retrouver cela?

Z – 4 décembre 2016

Source photo : Fu’ad Ait Aattou et Louis Prades

slim_d

 

Je viens de rentrer chez moi, et je vous avoue que je suis encore choqué de ce qui vient de m’arriver. Je vous raconte.

Aujourd’hui j’ai reçu ma nouvelle carte de crédit, l’ancienne étant portée disparue depuis quelques temps. Il fallait que je l’active en allant retirer des sous à une borne. J’y vais donc, et une fois que c’est fait, je prends le chemin pour rentrer. Et à un endroit, devant un bistrot, trois gosses sont assis sur la barrière qui sépare la route du trottoir. Ils discutent et rigolent entre eux… Des gosses normaux quoi! Et quand je passe devant eux, l’un d’eux tchip (vous savez, ce bruit de bouche méprisant) et me dit:

“Sale gros pédé avec ton slim de pédé.”

Je suis resté quelques secondes, les yeux grands ouverts, à le fixer, avant de pouvoir enfin réagir et de continuer mon chemin. Je lui aurais bien collé une tarte, mais ça aurait fait tâche de frapper un enfant (il avait maximum 12 ans). Et je suis rentré.

Et je suis encore choqué. Un enfant de 12 ans vient de m’agresser verbalement, parce que je porte un slim. Je ne lui ai rien fait. Je ne lui ai rien dit. Je ne l’ai pas mal regardé ou quoi que ce soit. Non, je suis juste passé par là, et je portais un slim, qui, selon lui, est un “habit de pédé”. C’est-à-dire que ma simple existence est pour lui une raison de m’agresser. Je pourrais être la personne qui sauvera sa mère à l’aide d’un massage cardiaque demain, je n’en resterais pas moins un être indigne de respect.

J’avais bien envie de lui dire que je ne suis pas “pédé”, que les habits ne reflètent pas la sexualité d’une personne et surtout que même si ça avait été le cas, qu’il n’avait pas le droit de m’agresser de la sorte alors que je ne lui avais rien fait. Mais qu’est-ce que ça aurait changé? Ses parents lui ont sûrement buriné le crâne à coup de “les pédés c’est des abominations, ils devraient pas exister, faut les mettre en cage…” Et ils continueront à coup sûr ce matraquage de conneries dans son petit cerveau qui ne comprend même pas encore ce dont il s’agit vraiment.

Je suis choqué, non pas par l’agression que j’ai subie, mais par le manque d’éducation de ce gosse.
Et aussi parce que je me dis que nous, homosexuels, nous subissons ça en continu.
C’est honteux.
Vivons en paix, putain de merde.

Et c’est en France !
Pas dans une dictature !
Enfin pas encore !!

 

25 novembre 2016 – ®Ash

 


Je reproduis cet article de ®Ash que je trouve très intéressant, tant sur le fond que sur la forme. ®Ash est un poète, un vrai de vrai, et j’avoue que cela me fait tout drôle d’avoir un poète dans mes relations. Un poète, quelqu’un qui ouvre les yeux à l’invisible, qui perçoit plus grand, plus loin et autre et qui sait le restituer. J’aime la poésie de ce garçon, j’aime sa sensibilité. Elles me rejoignent. A la vérité, elles me font douter que jamais j’ai pu être poète tellement il écrit juste, simple et vrai. Je lui souhaite de s’exprimer encore et encore pour notre plus grand bonheur à tous !

Bien sûr, le texte que je publie (avec son accord) n’est pas le plus représentatif de mon ami poète, mais il est d’actualité. En ces temps, où l’on s’étonne des campagnes de prévention contre le sida et où l’homophobie, sous couvert de revendications contre le mariage pour tous, revient au devant de la scène à la faveur des prochaines élections présidentielles, il est urgent de redire : Non ! Nous ne reviendrons pas en arrière.

Source photo : shuitsang

Source texte : ®Ash, avec son aimable autorisation. Tous droits réservés.