confirmation-inscription

Nous vous avons ajouté(e) à notre liste de diffusion. Vous serez averti par mail de chacune de nos publications.

Merci pour votre intérêt.

 


Pour nous contacter, utiliser les formulaires prévus à cet effet sur le site  www.paysdezabulon.com

15 Thoughts on “confirmation-inscription

  1. Merci aussi de ma part. Mês compliments et mês félicitations. Alberto (au Portugal)

  2. Mi primer comentario: gracias por esta página. Abrazos. JJoan

  3. Pierre Gouet on 25 mars 2016 at 0 h 12 min said:

    J’ai quitté la religion catholique à la suite d’un gros problème de pédophilie . Je n’ai pas pour autant regardé ce qui s’y passe avec dédain, j’ai aimé cette citation sur le s habitudes si voisines des addictions. et je ne sais pas les contrer. besoin de conseil. Fraternellement

    • zabulon on 25 mars 2016 at 8 h 14 min said:

      Merci, et bienvenue. Votre post en commentaire de cette page ne me dit pas à quelle citation vous vous référez?
      Quant à donner des conseils, je ne sais pas si je peux , mais on peut partager sans jugement, ça c’est sûr. 🙂

  4. Merci de m’avoir accepté sur votre page … Je suis “Gay” et Catho … donc croyant … n’empêche que je ne suis pas toujours d’accord avec leurs points de vue … Heureusement qu’il y a encore des religieux qui ne jugent pas, et qui acceptent le fait qu’on soit gay … j’en connais pas mal.

  5. Aujourd’hui je m’étais égaré mais grâce à toi un rayon de lumière a percé mon chagrin et a éclairé mon esprit agité…
    Gay assumé depuis plus de 7 ans -j’en ai alors 22- j’avais commencé par marier religion catholique et sexualité.
    Mais le temps a fait qu’en moi naisse une idée qui m’a éloigné de cet équilibre. L’idée que ce n’est pas la religion catholique qui m’a délivré des maux causés par le mal-être du placard de l’homosexuel inavoué… L’idée qu’elle avait pourtant, en tant que phare alors de ma spiritualité, le rôle de me guider vers le bonheur auquel j’aspirais…L’idée que ce n’est pas grâce à cette religion que je dois mon épanouissement…
    Depuis j’ai bien du mal à me confier au Christ, je n’arrive plus à percevoir cette figure d’amour auquel je partageais autrefois toutes mes émotions. Aujourd’hui, je puis me confier à un Dieu tout en préférant lui donner d’autres noms que ceux de la religion chrétienne car je n’arrive plus à lui attribuer cette figure paternelle qui autrefois berçait mes nuits après une douce prière…
    Je n’arrive plus à confier ma spiritualité à un Dieu qui prend corps dans une religion dont l’histoire est marquée dans mon esprit principalement par des bains de sangs et du prosélytisme (ce qui causa la disparition de nombreuses croyances dont on ne garde plus de traces… ).
    Et je dois mon malheur à cette spiritualité trop longtemps vécue en solitaire et sans lumière directrice autre que moi, mon coeur et ma raison… Mais je ne pense pas que ce soit suffisant, je pense qu’à cette vie mystique manque une composante phare de toute spiritualité: le partage.
    C’est ainsi, aujourd’hui je me suis retrouvé assez perdu et vagabondant dans les abysses du web alors que j’avais d’autres occupations à m’affairer.
    Je suis tombé sur ton blog qui a fait briller quelques belles étoiles dans les ténèbres de mes tourments de ce jour et pour ce, je t’en remercie!
    Merci pour ton écrit et ton témoignage,
    Je ne sais vers quel chemin je vais,
    Mais je pense me laisser guider par quelque brillante étoile pour retrouver un équilibre me laissant en paix avec moi-même.
    Merci beaucoup!
    Pol

    • Bonjour et bienvenue sur ce blog !
      Je comprends ce combat entre la foi de l’enfance, l’inconséquence de certains chrétiens, l’acceptation de ton orientation sexuelle et ta soif (légitime) de bonheur. Si tu veux revenir à la foi de ton enfance, peut-être faut-il revenir au Maître, plutôt qu’aux disciples, parfois si maladroits… Pour illustrer cela, je pense à l’Evangile de l’aveugle de Jéricho où l’aveugle qui crie se fait rabrouer par les apôtres, il faut que ce soit Jésus lui-même qui l’entende et demande à ce qu’on aille le chercher. Je pense aussi et surtout à ce passage d’Evangile dans lequel Philippe dit à Jésus : “Allez, quoi ! Montre-nous le Père et cela suffira!” Et Jésus de répondre : “Quoi? Si longtemps que tu es avec moi et tu n’as toujours pas compris? Qui me voit, voit le Père.”
      Ami c’est ainsi. Dieu, nul ne l’a jamais vu sinon le coeur de l’homme dans lequel il a fait sa maison. En Jésus, il a trouvé complètement sa demeure et nous, en regardant, en accompagnant et en imitant Jésus, nous voyons Dieu, nous le voyons restaurer sublimement notre humanité. Contempler l’humanité de Jésus, c’est toucher la promesse de Dieu envers notre humanité, celle de chacun d’entre nous. La tienne, aussi. Il t’aime tel que tu es et, en vérité, il est déjà en toi. Y es-tu?
      Fraternellement,

      • Merci pour cette belle réponse qui méritera de ma part des moments de réflexions !

        (Désolé pour cette longue réponse, je ne sais le temps dont tu disposes ni si mon message t’es d’un grand intérêt car je suis parti assez loin sur ce qui m’a emmené ce dimanche sur mon désarroi spirituel… Puis je parle d’une conception fictive car imaginée pour un monde de contes de fées, je ne sais si c’est très adapté et surtout si ça intéresse d’autres que moi!).
        (Du coup s’il n’y a pas de réponse faute de “pas le temps” ou autre je ne m’offusquerai pas, car à vrai dire je profite aussi de ce moment de réflexion que je m’offre pour transcrire ce qui me pèse et avancer dans ce sac de nœuds que peuvent être les émotions très profondes que l’on rattache à nos croyances.)

        Je pense me ré intéresser aux Écritures et laisser dans un premier temps mon esprit vagabonder librement entre mes pensées mes envies et mes émerveillements…

        Car je suis quelqu’un d’émerveillé par bon nombre de choses dont en ce moment par un auteur très connu pour ses romans fantasy mais dont les croyances religieuses sont très peu connues -je crois- par le grand public. (C’est d’ailleurs par sa faute/ grâce à lui que je me pose des questions sur mon avenir et mes besoins spirituels).
        Il s’agit de J.R.R. Tolkien qui m’émerveille de part sa Poésie et son Lyrisme dans ses oeuvres traitant de la Terre du Milieu, monde imaginaire qui naît de sa passion des langues tout en étant très très très empreinte de valeurs qu’il attribue à sa confession catholique (rappelons qu’il était anglais…).
        Mon esprit n’a su rattacher l’enchantement que j’ai eu lors de la lecture de la la genèse de la Terre du Milieu avec la genèse dans la Bible qui me parait à l’inverse très dure…
        Cette première, L’Ainulindalë, également appelé « Grande Musique », relate la création d’Eä, l’univers, par la volonté d’Eru Ilúvatar (=Dieu) . Il naît d’une grande musique interprétée par les Ainur, êtres créés par Ilúvatar (=dieux, que Tolkien compare plus tard dans des lettres à des anges). Cette musique laisse aux Ainur une vision à laquelle ils doivent se rattacher pour créer Eä (qui comprend la Terre du Milieu).
        (il faut comprendre que s’il existe des “petits dieux” -comme je les appelle- cette fiction se base sur un Monothéisme car Eru Iluvatar est, et toujour fut, est le père des “enfants d’Illuvatar” les Elfes et les Hommes.)

        Et mon coeur s’est attaché à cette vision fictive de la genèse d’un monde imaginaire. Mais ma raison a ensuite compris que l’écrivain, fervent catholique a écrit une genèse pour laquelle j’éprouve plus d’émerveillement et de fascination que pour la genèse de cette Bible qui a 10 00 ans d’histoire (pour l’ancien testament…).

        (Je dis fervent catholique car: allait à la messe très souvent, était attaché à sa lecture en latin, a eu un fils prêtre, a demandé à sa femme protestante de se convertir au catholicisme, et a converti C.S. Lewis -écrivain du Monde de Narnia- à la chretienneté -pour le plus grand désarroi de Tolkien, il est devenu protestant- je dis cela car je pense que c’est assez peu su de nos jours… On entend bien plus parler des films!)

        Ceci n’est pas la raison pour laquelle mon cœur a arrêté de chanter à l’église mais certainement l’une des raisons pour lesquelles mon esprit n’arrive plus à s’intéresser aux Écrits. Hors j’ai le sentiment d’avoir besoin d’une croyance, et surtout que cette croyance ait la possibilité de s’enrichir par des échanges, des lectures et des épisodes de vie…

        Sauf que je n’arrive pas à m’enchanter de croyances tirées d’une Bible qui ne me parle plus, surtout que -comme susdit- ma passion pour la fantasy et qui se trouve être en ce moment nourrie par les textes de J.R.R. Tolkien m’enchante et me donne pleins d’étoiles aux yeux tellement il arrive à me transporter vers des histoires qui me parlent et me font rêver…
        Et mon plus gros trouble est que je ne comprend pas comment un monsieur qui a écrit de choses si belles croie et s’attache à des textes Bibliques qui ont perdu de mes yeux en beauté… Il se peut que je n’arrive plus à la percevoir à cause justement de disciples qui en ont terni la lueur… Ou bien que je ne passe pas assez de temps à la chercher… Ou bien peut être que comme les astres les plus lointains ils faille regarder un peu à côté -ici lire entre les lignes- pour en percevoir l’éclat très lointain…

        Bref, après avoir finit son livre je fais une pause de fictions pour m’attacher à la réalité et notamment à ma soif de spiritualité que je dois étancher tout en trouvant façon à me ré-émerveillé de cette religion dont pas mal de choses m’ont éloigné. Je sais que j’ai besoin de croire et je ne pense pas pouvoir être assouvi par autre source de croyances…
        Pour finir, je me suis rappelé ce matin que si je n’attribue pas -ce jour- à l’Eglise catholique mon épanouissement, ma croyance en Dieu m’a beaucoup aidé pour m’accepter tel que je suis dans ce monde terrible.
        Car je ne pense pas qu’Il m’aurait fait ainsi si je n’avais pu moi aussi vivre l’amour. Pourquoi eux y aurait-ils eu droit et pas moi? Pas possible selon ce que l’on m’a dit de Lui. Et me le rappeler fut un beau pas de franchit!

        • Bonjour, merci pour ce message. C’est toi qui vois si tu veux communiquer par com public ici ou en MP (utiliser dans ce cas la page contact ou le mail), mais je ne vois rien dans ton message qui empêche de le publier. Tes réflexions peuvent rejoindre celles d’autres internautes. On est étonné parfois de découvrir que ce que l’on pense unique et étrange peut rejoindre d’autres personnes et exprimer ce qu’elles mêmes n’osent pas exprimer.

          Concernant Tolkien, je ne le connais pas bien. Et pourtant, cela fait longtemps que j’entends parler de lui ! Mais, sur ce point précis, je ne pourrai donc pas te répondre.

          Concernant la différence que tu vois entre le monde imaginaire qu’il décrit et qui qui te fascine et celui que tu crois percevoir de la Bible comme moins “excitant”, je comprends. Mais puis-je apporter quelques réflexions?

          – Tolkien utilise son imagination en puisant dans sa foi catholique : c’est donc qu’elle est vive (au sens vivante) pour lui. Et pourrait l’être pour toi.
          – Faire attention à ce que dit vraiment la Bible, et les nombreux filtres qu’on lui applique, issus de notre éducation, de notre histoire, de milliers d’années de couches d’interprétations diverses et variées, même officielles. Nous ne sommes pas dispensés de recevoir la Parole divine, chacun en notre for intérieur, là où elle prend tout sens sens, libéré de toutes les apories extérieurs. Je pense à Kierkegaard, un des fondateurs de l’existentialisme, qui en gros nous dit qu’un jour, en notre développement, il faut nous libérer du filtre déformant de la foi reçue de nos pères pour entrer dans notre propre expérience et perception du divin. Nous ne sommes pas dispensés de faire une expérience personnelle du divin, nous ne pouvons pas croire par procuration. Cette position est d’ailleurs conforme à la position juive libérale (celle qui a traversé les temps) : la Bible est sans cesse à interpréter, car, même si c’est au travers d’un texte d’il y a 2 à 3000 ans, c’est aujourd’hui que Dieu parle dans nos coeurs et nos consciences, pour que nous le trouvions – en fait nous nous recevions de Lui – et vivions de Lui, aujourd’hui. Là, maintenant.
          – Donc, je ne perçois pas ça comme Imagination (de Tolkien ou un autre ) vs Bible. Les deux sont compatibles, et l’une peut alimenter les autres. Il ne faut pas négliger la force symbolique de la Bible. C’est en cela aussi qu’elle est Parole vivante.
          – Ta question, au fond, (en es -tu conscient?) est : où est Dieu? Où est-il ce Dieu de mon enfance qui me parlait et à qui je parlais? Qui me faisait chanter dans mon coeur, m’apportait consolation et me rendait heureux ? Il n’est plus dans les représentations que je m’en faisais enfant, il n’est pas dans ce monde désenchanté que les hommes semblent en avoir fait, il n’est pas dans les attitudes et arguments des chrétiens qui n’acceptent pas l’homosexualité et qui, du coup, remettent en cause ton existence et la vérité de ton être. Et pourtant,il Est. Et pourtant, tu l’aimes et il et manque… Peut-être as-tu à faire le deuil de tes représentations et à en venir à ta propre liberté d’enfant de Dieu, avec la même Bible :), peut-être as-tu à te libérer de la référence externe à ta foi, pour devenir un croyant…. Un croyant, ce n’est pas quelqu’un qui adhère à un ensemble de codes et de lois qui lui sont imposés de l’extérieur et qu’il ne comprend pas. Un croyant, c’est d’abord quelqu’un qui a fait une expérience spirituelle, celle d’une Rencontre avec quelqu’un qui nous met en chemin, nous entraîne avec lui : Jésus, le Christ. Où en es-tu de ton expérience spirituelle? En plein dedans, me semble-t-il. 🙂
          – Ce que je vois de bon dans ce que tu exprimes de ton chemin, et aussi du “merveilleux” que tu partages ici, c’est que ton coeur est vivant et a envie de beau, de pur, de connexion aussi. Je te propose d’écouter cela en toi, de l’accueillir, de de poser doucement le mot Dieu dessus… Car il se pourrait bien que Dieu te parle ainsi. Et c’est beau.
          – J’aime beaucoup ton image du chant : “mon coeur a arrêté de chanter à l’église“. Peu importe que ce soit à l’église ou ailleurs. Chante, mon ami ! Retrouve le chemin de ce chant, c’est bien plus essentiel que de savoir où et comment cela se passe. Car, oui, tu as le droit d’être heureux et de vivre l’amour. Retrouve ce chant, rends grâces à Dieu avec et pour lui et laisse-toi conduire sans crainte. Tu sais bien que l’Esprit souffle là où on ne l’attends pas, et le lieu de sa réception : c’est toi-même.

          J’espère que ces quelques mots sauront te rejoindre.

          Bien amicalement,

          • Seconde fois que je ne m’attendais pas à une si belle réponse, merci, merci et encore merci!
            Mon cœur n’arrête pas de chanter et de s’exalter à la vue d’arbres et de nature, sans doute faudrait-il que je m’attache à la vie de Saint François pour entrevoir une religion catholique attachée aux animaux, peut-être est-il des saints que je ne connais ou dont je ne sais les attaches aux arbres… Je suis aussi dans l’attente d’une Église plus à même de s’attacher aux luttes écologiques dont notre monde a tant besoin… Car comme le dit si bien l’article 5 de la Loi Scout des Guides et Scouts d’Europe: “Le scout voit dans la nature l’œuvre de Dieu, il aime les plantes et les animaux”.

            Merci encore pour ta réponse! Je suis très heureux d’avoir découvert ta page!

          • Bonjour, j’avais la même loi scoute 🙂 , celle qui dit que le scout est l’ami de tous et le frère de tout autre scout.

            Puis-je me permettre … “Je suis dans l’attente d’une Eglise qui…” … … Mais tu es l’Eglise ! Comme moi, comme d’autres. Si tu sens ce besoin fondamental en toi, c’est peut-être que tu es invité à y répondre pour toi et pour le bonheur des autres. C’est ainsi que naissent les vocations : elles ne nous tombent pas dessus de l’extérieur (ah! la pensée magique jusqu’au fins fonds du christianisme !), elle surgit de l’intérieur ou, en tout cas, vient corroborer l’élan naturel de ton être : ce qui fait que répondre à ce genre d’appel ne nous trompe jamais et nous rend heureux.

            Ami, tu as en toi tous les trésors nécessaires pour t’épanouir et rendre le monde meilleur, il te suffit d’accepter qui tu es avec reconnaissance. Pas par rapport à l’Eglise, non ; mais envers, ton Créateur, qui t’a suscité et qui, en te voyant a dit que cela était très bon. Assume ton homosexualité et cette sensibilité si particulière qui nous fait être présent au monde autrement ; engage-toi pour la protection de la nature et combats pour l’écologie, avec d’autres qui ont déjà commencé, si cela est important pour toi. N’hésite pas à créer le bonheur auquel tu as droit ; si tu le sais important pour toi, c’est que tu es invité à y collaborer. Et peut-être au sein de l’Eglise, pour témoigner que ta foi t’amène là et aider les frères et soeurs à cheminer, à leur rythme. Chacun son rythme, mais nous nous soutenons et exhortons les uns les autres (n’est-ce pas ce que suggère St Paul aux membres des premières communautés chrétiennes ?) C’est cela un appel.

            Et merci pour les compliments 🙂

            Fraternellement,

            PS : François d’Assise est un bon compagnon. Nous avons un ami en commun !

  6. je suis très ému par tout ce que je viens de lire ci-dessus ! Je serais très heureux de dialoguer et de correspondre snur tous ces points avec qui voudra approfondir une réflexion ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.