Les évènements actuels, et spécialement la possibilité du déconfinement ont remis à l’honneur un phénomène assez connu appelé syndrome de la cabane ou parfois de l’escargot.

En gros, cela consiste à avoir peur de sortir de son déconfinement après avoir été contraint de s’enfermer pour des mesures de sécurité. Certaines personnes ont tellement intériorisé ce besoin de protection – peut-être parce qu’elles y étaient déjà psychiquement prédisposées – qu’elles peinent à sortir de leur coquille. Il s’agit d’un état émotionnel transitoire, et non d’une pathologie, mais qui peut se révéler parfois assez handicapant s’il n’est pas accompagné intelligemment par une prise de parole raisonnée sur ce qui se passe et un encouragement à passer à autre chose.

Ce “syndrome” n’est pas nouveau, il a été formalisé pour la première fois dans les années 1900 pour décrire la situation des chercheurs d’or aux Etats Unis, isolés dans des cabanes, tous les sens aux aguets par peur de se faire détrousser ou tuer. Il fait clairement appel à un réflexe de survie archaïque qui consiste à se protéger lorsqu’un danger extérieur inconnu et insaisissable nous entoure.

Très bien. J’arrête là l’explication. Je me disais juste en lisant différentes choses sur le sujet et étant confronté à des personnes qui exprimaient leur peur du déconfinement, de sortir dans la rue, prendre à nouveau le métro ou un train pour aller voir leurs familles, etc. que probablement beaucoup de personnes homosensibles vivent ce syndrome de la cabane depuis des années, parfois depuis l’adolescence ou l’enfance.

Quelle différence y-a-t-il en effet entre la mise de soi-même au placard, comme instinct de survie permettant de continuer à se faire accepter de sa famille, sa paroisse, son quartier, la société, et cette peur de sortir de chez soi au cas où le danger, imaginé très grand, serait encore là ?

Continuons la comparaison qui n’est pas qu’une métaphore.

Les observateurs de la psychologie nous disent que le syndrome de la cabane est transitoire et n’est pas pathologique. Tant mieux ! Non plus le faire d’être homosexuel et d’être obligé de le taire, le nier, se cacher quand c’est un instinct de survie. Sauf que l’état transitoire a duré parfois bien longtemps. Il sera facile de s’en libérer une fois pour toutes une fois le coming out* fait (un peu comme ce lieu commun qui dit que quand on sait faire du vélo, c’est pour la vie : quand on sait faire du vélo, on ne peut pas oublier qu’on sait en faire). Mais parfois les séquelles sont lourdes en termes d’image et d’estime de soi, de capacité relationnelle, et d’ouverture à un amour réel et désintéressé.

La bonne nouvelle est qu’il est possible de sortir de cet état de stupeur qui empêche d’avancer et de se dévoiler tel qu’on est. Faire les choses petit à petit, prendre le temps, aller vers soi pas à pas, sans précipiter les choses, et se faire accompagner par une personne qui pratiquant l’accueil inconditionnel, saura nous faire sentir, pour la première fois peut-être, que non seulement ce n’est pas grave d’être homosexuel mais au fond c’est même plutôt bien. Oui, vraiment, c’est très bien, puisque ça nous est adapté. Et même plus, pas seulement adapté. C’est juste que c’est nous, que c’est soi.

Se rencontrer soi et se considérer avec bienveillance. Parfois avec la présence d’un témoin amical qui confirme que ce chemin est possible, voilà la clé.

– – –

(*): Je rappelle qu’il y a trois phases possibles dans le coming out : 1/ celui qu’on se fait à soi-même (sortir du déni, assumer qui on est pour soi), 2/ L’exprimer, le partager avec des gens de confiance (amis, famille, proches) 3/ le vivre socialement et publiquement.

Le plus important des coming out et le seul nécessaire à son intégrité psychique est le premier, les deux autres sont à décider au cas par cas si cela est opportun.

– – –

Photo : © Guy Moigne

“Bien peu de personnes sont conscientes de ce qui a cours dans l’expérience amoureuse qu’elles vivent. Les intéressés diront en effet :”J’ai trouvé le grand bonheur : j’aime et je suis aimé!” Mais le bonheur ressenti alors ne vient pas de ce qu’ils sont aimés, mais de ce qu’ils sont mis en contact avec leur propre mystère par l’intensité d’un regard qui s’est arrêté sur eux. (…) C’est là que se cache le secret du grand amour : être mis en contact avec son propre mystère par l’intensité d’un regard posé sur soi. c’est là un premier seuil. Il te faudra un jour y parvenir par toi-même, sans l’aide du regard extasié de l’autre. C’est là le deuxième seuil. Enfin, le troisième seuil est celui de ta rencontre, non plus avec un humain, mais avec Dieu découvert au fond de ton mystère.”

Yves Girard, Baiser à baiser .

Dans Baiser à baiser , l’auteur, moine cistercien au Québec, livre une méditation, et même une initiation spirituelle, à partir du commentaire de Guillaume de Saint-Thierry, moine cistercien du XIIè siècle, sur le Cantique des Cantiques. Guillaume commence ainsi : “Qu’il me baise d’un baiser de sa bouche ! C’est fini ! Je ne veux plus de baisers étrangers (Dieu qui lui parle par l’Ecriture, et les prophètes). J’exige d’être enseigné ouvertement sur Dieu, face à face, les yeux dans les yeux, baiser à baiser.”

Photo : Armie Hammer et Timothée Chalamet, acteurs de Call me by your name.

Le christianisme “officiel” (au sens large) a vraiment un problème avec l’homosexualité. Bien sûr, on pourrait se dire que cela provient d’une mauvaise interprétation des textes bibliques et cela est vrai, même si ce n’est pas encore assez su. Mais cette explication ne suffit pas. Au delà, il y a cette espèce d’orgueil qui fait se penser supérieur, et que toute différence serait mauvaise ou oeuvre du démon. Je serais parfait et l’autre serait imparfait. Facile pour une majorité hétéronormée qui se veut pure et parfaite de juger que ceux qui sont différents seraient impurs et imparfaits. Sans compter l’effet multiplicateur de ceux qui, au fond, sont homosexuels aussi mais ne peuvent l’admettre socialement et qui surenchérissent en homophobie.

C’est le drame de tellement de chrétiens. Victimes de l’homophobie latente, non pas des religions, mais du désir de puissance et de perfection de quelques-uns qui essaient de se faire passer pour des “purs”.

Voici ci-dessous le témoignage d’un pasteur baptiste, publié sur l’excellent blog de Carlos Osma, homoprotestantes.blogspot.com.
Ce témoignage pose deux questions fondamentales : d’abord, celle de la non acceptation de l’homosexualité par les églises, en dépit du bon sens, mais aussi celle de l’homosexualité des hommes mariés et soumis normalement, par le sacrement du mariage, à l’obligation de fidélité à leur femme. Cette question n’est jamais abordée nulle part dans les réflexions morales ou sacramentaires. Or,elle est importante. Des hommes se sont mariés, sous la pression de l’environnement ambiant, y compris ecclésial, alors qu’ils se savaient homosexuels. D’autres se sont découverts ou assumés homosexuels sur le tard après une vie conjugale et parfois des enfants. C’est leur réalité humaine. On en peut pas la balayer d’un trait en argumentant que ce n’est pas normal, que c’est mal ou que c’est pécher.

Tôt ou tard, nos églises devront bien se pencher sur cette réalité qui est qu’on ne se connaît pas vraiment à 20 ou 30 ans et que la vie nous transforme ou nous révèle à nous-mêmes. Qu’en est-il alors des promesses éternelles qu’on aurait pu se faire auparavant ? Etait-ce sérieux ? Etait-ce crédible ? Etait-il légitime de nous conditionner à dire et penser et croire que ces engagements étaient forcément éternels?

Conversations avec un pasteur dans le placard

Je suis un pasteur protestant qui réprime mon orientation sexuelle. Je vais bien, j’ai des filles merveilleuses et une femme extraordinaire, mais je suis dans le pétrin.

Te considères-tu comme hétérosexuel, gay, bisexuel ?

Eh bien, je me suis marié très jeune à cause de la pression de l’environnement dans lequel j’ai vécu toute ma vie, l’église, l’Institut biblique… Tout le monde s’est marié, j’ai épousé une compagne que je n’aimais pas, je peux être avec elle mais je n’ai jamais pu m’amuser avec une autre femme, je ne l’ai jamais fait de toute ma vie. Dis-moi alors: qu’est-ce que je suis?

Avoir des relations sexuelles avec une femme et/ou un homme ne fait pas de toi un homosexuel, un bisexuel ou un hétérosexuel. Ton orientation sexuelle est déterminée par l’attirance que tu ressens. Si tu te sens attiré exclusivement par d’autres hommes, je dirais que tu es gay. Dans ton environnement, les gens sont-ils inclusifs ?

Pas du tout ! Tous sont homophobes et je dois faire semblant, mais j’essaie de faire prendre conscience aux gens des péchés très graves que nous prenons pour licites, parce que culturellement nous les avons acceptés…

Es-tu d’une tradition protestante ou évangélique?

Baptiste, très conservateur sur ce sujet.

Bon, les églises baptistes en certains endroits ont une attitude plus progressiste et inclusive… Aussi, je pense que cela a davantage à voir avec l’homophobie de ton environnement ambiant. Qu’est-ce que tu ressens ? Qu’est-ce qui te passe par la tête ?

Que pour répondre aux attentes des autres, je me suis mis dans une impasse. Maintenant que j’ai des enfants, avec une responsabilité pastorale, j’ai l’impression que les gens de ma communauté ressentent une grande sympathie pour moi. Les finances ne sont bonnes, mais je reçois un salaire pour mon travail, j’ai peur d’être réfréné et, un jour, d’exploser en vol. Il y a tant de choses… Parfois, j’aimerais fuir, prendre quelques jours, être loin, méditer, mais ma femme me pose des questions: où étiez-vous, avec qui, où es-tu allé, etc., des choses que seuls ceux d’entre nous qui sont mariés comprennent. J’aimerais avoir un autre travail, non pas parce que le poste actuel ne me plaît pas, mais je ne veux pas me sentir hypocrite,

Est-ce que ta femme sait ?

Avant de nous marier, je lui ai dit, j’ai été très clair. Tout d’abord, j’ai dit: “Je ne suis pas amoureux de toi, j’aime une autre femme et je suis dans un tel bazar… J’ai été victime de violence quand j’étais petit et je suis attiré par d’autres hommes, j’ai même été avec certains.” Elle m’a dit qu’elle comprenait ce qui se passait, mais que si j’avais foi en Dieu, il m’aiderait, et des choses du même genre…

D’après ce que tu dis, je crois comprendre que tu penses que les abus dont tu as été victime en tant qu’enfant sont la raison pour laquelle tu es gay, ai-je raison ?

Je suppose qu’à partir de là, j’ai développé mes préférences, je n’avais jamais été avec une femme auparavant, même quand j’étais très amoureux et, dès mon plus jeune âge, j’ai entretenu des relations avec d’autres hommes.

Je vois que tu vis ton orientation sexuelle avec culpabilité, tu ne penses pas que Dieu t’accepte? Tu ne penses pas qu’il t’aime tel que tu es ?

C’est ce qu’on m’a appris, je vais en enfer pour la sodomie et ces choses-là …

L’orientation sexuelle de quelqu’un n’a rien à voir avec la maltraitance, en tout cas le contraire. Les personnes hétérosexuelles qui ont été victimes d’abus n’essayent pas de justifier leur orientation sexuelle en raison des abus dont elles ont été victimes.

Je ne le justifie pas, ce que je dis, c’est que ce qui m’est arrivé a d’abord généré une phobie, puis une attraction. À l’adolescence, j’ai commencé à rechercher des relations avec d’autres hommes.

Je pense que tu relies un fait terrible qui t’est arrivé avec le rejet de ton orientation sexuelle parce que tu as intériorisé l’homophobie de ton environnement. Peut-être devrais-tu te rendre compte que non seulement tu as subi un abus, celui-là
de ton enfance, mais qu’il y en a aussi un autre qui te fait te culpabiliser de qui tu es. C’est un abus que la famille, la société, l’église ont commis sur de nombreuses personnes comme toi. Au lieu de les aider, cela les culpabilise encore plus.

Oui, je comprends. Mais mon choix de vie en son temps, erroné ou non, a généré des innocents, des femmes, des filles, un ministère, tout ce que je ne peux pas quitter…

J’imagine que si tu avais vu une possibilité, tu en aurais profité pour être toi-même.

Oui je sais. Je vis d’un ministère et cela semblera stupide, mais que puis-je faire à mon âge ? C’est ce que j’ai étudié, ce que j’aime et ce que je fais facilement…

D’un côté, je te comprends mais il est vrai que, d’autre part, la foi nous pousse à être cohérent … Je ne sais pas où tu es, comment tu te vois, si tu sais que Dieu t’aime tel que tu es, ou si tu penses toujours qu’il te rejette … Mais tu es dans une situation compliquée, c’est évident, mais pas impossible, ça dépend en grande partie de toi.

Déjà, j’assume que Dieu m’aime, j’ai laissé tomber la culpabilité : concrètement, je suis plus inquiet pour les choses pratiques: les finances, mes filles, la maison, ces choses qui t’obligent à rester.

Je me demandais comment tu aimerais que ta vie soit…

Libre, sans cette confusion ni cette indécision, c’est si difficile.

Tu connais d’autres chrétiens homosexuels?

Oui, un autre ami pasteur, mais il n’a pas pu m’aider beaucoup, et j’avoue que nous avons commis l’erreur de coucher ensemble et que cela m’a rendu encore pire.

Tu imagines avoir toujours une double vie ?

Non, mais je ne vois pas d’autre issue maintenant. En particulier, mes filles sont encore au lycée. Cela semble terrible, mais je ne peux rien faire d’autre que d’être pasteur. Je ne gagne pas beaucoup, mais suffisamment pour avancer avec ma famille. C’est très vil, je sais, mais c’est la vérité.

Ta situation n’est pas très différente de celle des autres gays et lesbiennes chrétiens : marié, avec des enfants, des responsabilités dans l’église … Et finalement, tout se résume à répondre à la question de ce que tu es prêt à perdre pour être qui tu es.

Ce serait irresponsable de ma part, nous vivons dans la maison de l’église, ce qui nous limite complètement. Si je sortais du placard, tout serait chaotique.

Je te le demande à nouveau … Comment voudrais-tu que soit ta vie ? Penses-y un instant et explique-moi quelle vie tu aurais aimé avoir.

Etre libre, autonome, ne pas être marié et ne pas avoir assumé autant de responsabilités : je ne renie pas mes filles, elles sont une bénédiction et elles me rendent très heureux. Mais ce n’est pas la vie que j’ai imaginé …

Aimerais-tu pouvoir continuer à être pasteur, épouser un autre homme, faire en sorte que tes filles acceptent ton désir d’être heureux ?

C’est mon combat, j’accepte de vivre dans le placard, mais l’autre chose me rend très fort …

Fort … qu’est-ce que cela signifie?

Il faudrait que j’aille loin, mais cela les stigmatiserait, je sais qu’ils souffriraient à cause de moi. Parfois, je leur dis en plaisantant que je veux aller dans une autre ville pendant un moment, mais pour commencer je n’ai pas d’argent … Mon environnement est ultraconservateur, une famille chrétienne depuis des générations, je suis un pasteur respecté et apprécié … Je ne suis pas prêt, mais l’indécision me rend malheureux. Parfois, j’ai pensé qu’elle me quitterait, surtout après avoir découvert mes infidélités, mais ça n’a pas été comme ça. Elle est avec moi pour les filles … Bien qu’au fond de moi, je sais qu’elle m’aime et c’est pourquoi elle préfère ne pas voir ce qui se passe, comme si le problème n’existait pas … et nous n’en parlons même plus ….

Tu es chrétien et pasteur, qu’est-ce que cela signifie dans ta situation d’être un chrétien cohérent ?

Je ne sais pas, franchement. Je pense avoir conceptualisé le Christ en fonction de ma culture et de ma formation. Est-ce qu’il se renierait lui-même, est-ce qu’il assumerait ses responsabilités?

Penses-tu que sa mort sur la croix était pour nier qui il était ou pour l’affirmer? Était-il lui-même ou ce que les autres attendaient de lui ?

Il était Lui, je ne sais pas où tu m’emmènes. Il a choisi pour nous quand il pouvait choisir de ne penser qu’à lui-même: n’est-ce pas l’exemple que je devrais suivre?

Il y a eu un moment dans ma vie où je me suis posé cette question … et j’en suis venu à la conclusion que Jésus n’était pas ce que les autres attendaient, et il ne s’est pas comporté comme les autres le souhaitaient. Jésus était ce que Dieu voulait, et bien que les autres ne l’acceptaient pas, il a assumé sa situation et a affronté la vie … Pour moi, Il n’a pas été facile de sortir du placard, mais je ne pense pas que l’expérience d’une personne chrétienne offre une autre possibilité que d’être intègre, et authentique.

Eh bien, c’est le “coeur de la question”. Je n’étais avec personne depuis six mois, mais un mois plus tôt, j’ai rencontré un autre homme, je me sentais très bien. Le danger que je vois maintenant est que, contrairement à d’autres fois, cette fois-ci, je ne me suis pas senti coupable.

Je ne pense pas que tu devrais sortir du placard parce que tu connais quelqu’un qui te donne la sécurité … On fait un coming out, tout seul. Écoute, j’ai souvent parlé à des personnes gays ou lesbiennes que je connais et qui sont armées … C’est dans ces moments où je suis plus confiant que j’ai bien fait d’être moi-même. En fin de compte, tu peux vivre tranquillement, sans ces noeuds dans ton estomac, sans la peur d’être découvert, sans le sentiment de ne pas bien faire les choses …

Bien oui. Je partirais si mes finances le permettaient, mais malheureusement, ce n’est pas comme ça.

Une question … et je change de sujet, quand dans ta communauté, quelqu’un parle d’homosexualité (je suppose que ça n’est pas en bien), comment te sens-tu ?

Mal, j’essaie de faire référence au fait qu’il y a des péchés si terribles, ou plus que cela.

Il y a sûrement eu quelqu’un qui a découvert …

Je suis compatissant, j’encourage les autres à faire preuve de miséricorde et non à juger.

Que voudrais-tu pouvoir faire si cela ne te dévoilait pas ?

Aider, aider ces personnes à choisir leur vie …

Et comment te sens-tu à ne pas le faire?

Faire quoi?

Dis-leur que Dieu les aime tels qu’ils sont, qu’ils doivent être forts, qu’ils doivent avoir confiance en Dieu et que c’est une bénédiction pour l’église qu’il soient tels qu’ils sont.

Je n’aurais pas peur de le faire, même si l’église m’excommuniait.

À quoi penses-tu lorsque tu prêches sur le texte du Bon Samaritain ?

Le traditionnel, l’acceptation des autres, la compassion, etc. Nous avons un groupe d’hommes qui se rencontrent une fois par mois, tous des machos à mourir. Nous faisons des débats et, une fois, nous avons parlé de l’homosexualité, certains sont plus compatissants, mais la plupart ont été directs: “il n’y a pas de salut pour les pédés”.

Ne te rends-tu pas compte que le christianisme t’implique? Ne vois-tu pas que tu décaféines tout par peur? Que dis-tu aux gens quand tu prêches… Que devraient-ils faire, ce qu’on attend d’eux ou être cohérents ?

Tu me trompes, haha, je suis tout dans le chaos, je dis ce qu’ils m’ont appris, à l’ancienne !

Seulement, tu vis ta vie, c’est difficile pour une autre personne de vraiment savoir ce que tu vis, mais je pense que si tu as décidé d’être pasteur, c’est parce que tu veux aider les gens, tu veux transmettre le message de Jésus … pas un message théorique, mais un engagement… Et cela te concerne aussi. La peur paralyse, et je le comprends, mais cela ne peut pas tout justifier.

Allez! C’est ma vie depuis que je suis enfant : tu grandis dans l’église, tu te convaincs de tout ce qu’ils disent, puis tu vas au séminaire, tu travailles comme missionnaire… Le temps passe vite… Puis les enfants arrivent, et tu m’as là. Je verrai ce qui se passe et si un jour j’ai le courage et les moyens de tout quitter.

Ne le laisse pas passer trop longtemps, tu sais que tout va très vite et que des décisions aussi importantes que celles-ci ne doivent pas être reportées. Du moins, si nous sommes faits pour être heureux. Excuse-moi si j’ai été un peu dur avec toi.

Pas du tout, mais j’avais besoin d’entendre quelque chose comme ça. En tout cas, je pense que tu me comprendrais mieux si tu étais dans ma peau. Il y a quelque temps, j’étais sur le point de quitter ma famille pour quelqu’un, mais mes enfants ont besoin de moi à la maison et j’ai besoin d’eux.

Je suppose que tu as raison en partie, bien qu’à aucun moment je n’ai parlé d’abandonner tes responsabilités en tant que père. En outre, nous qui ne somme spas dans ta peau, nous aurions pu le faire, mais parce que, à un moment de notre vie, nous avons décidé de tout risquer pour rester cohérents avec nous-mêmes et avec l’Évangile. Et même si nous le faisions mille fois, cela ne serait jamais facile.

Carlos Osma

Source texte : homoprotestantes.blogspot.com

Source image : Sébastien Thibault pour BuzzFeed

Mais pour l’amour de Dieu qui nous a unis ensemble …
Tu sais que, après Dieu, je n’ai personne d’autre que toi, mon frère;
Au lieu de cela, j’ai renié tous les hommes et je ne me suis attaché qu’à toi.
Nous avons fait un contrat pour ne pas être séparés l’un de l’autre…
Nous étions tous les deux comme une seule et même âme,
de sorte que tous ont été stupéfiés par notre amitié …

But for His sake that did join us together….
Thou knowest that after God, I have no one else but thee, my brother;
instead, I have disowned all men and cleaved only unto thee…
We made a compact not to be separated from one another….
The two of us were just like a single soul,
so that all were put into amazement by our friendship….

 

Ce texte est issu d’une bénédiction ritualisée dans le cadre d’un affrèrement médiéval, c’est-à-dire de l’union de deux hommes dans un engagement qui n’est pas le mariage mais qui n’est pas non plus un contrat entre simples associés. Certains y voient la possibilité d’une union civile légale pour personnes de même sexe, incluant possiblement une vie affective et sexuelle  communes ; d’autres relèvent que rien ne permet ni de l’affirmer ni de l’infirmer.

Peu importe. Goûtons ces paroles telles qu’elles nous sont parvenues, et recevons ce magnifique témoignage d’une reconnaissance de l’un et l’autre, unis dans l’affection, qui en fait déjà bien plus qu’une amitié romantique et déjà une trace d’homosensibilité.,

 

Source du texte : cité dans le commentaire publié par Kevin Elphick sur le site orthodoxe Orthodoxy In Dialog à propos du livre de Claudia Rapp intitulé Brother-Making in Late Antiquity and Byzantium: Monks, Laymen, and Christian Ritual (Onassis Series in Hellenic Culture) (L’affrèrement dans l’Antiquité tardive et Byzance: moines, laïcs et rites chrétiens).

Source image : un dessin de Klaine

J’aurais voulu avoir un amoureux. Au primaire, au collège, au lycée. Avoir une belle histoire. Une histoire d’enfant. J’aurais voulu avoir droit à ça. Les mots qui s’échangent sous les tables. Le coeur qui bat plus fort. Les secrets qu’on garde à table, quand on vous pince la joue en vous demandant si on a une amoureuse. J’aurais voulu profiter de ma jeunesse. Ne pas tricher toutes ces années. Ne pas mentir. Ne pas faire semblant. Être qui je suis plus tôt. L’être et l’être heureux. Fier. Et montrer l’étendue des talents que me confère cette identité. Ma sensibilité. Ma joie de vivre. Mon envie folle d’écrire.

J’aurais voulu ne pas me contraindre, ne pas faire semblant pour être “comme les autres”. Ne pas faire souffrir mes parents parce que j’étais malheureux et refusais de dire pourquoi. J’aurais voulu être moi plus tôt. Avoir ce que les autres avaient. Ne pas rire quand j’entendais des blagues méchantes visant celles et ceux qui avaient mille fois mon courage d’être ce qu’ils étaient, sans honte, avec fierté.

Comme ce garçon, à l’école, il s’appelait Nathan. Il était gentil, doux, et pourtant ses gestes, sa voix, son identité, bref ce qu’il était de franc, de vrai, d’authentique, étaient moqués parce qu’on lui collait l’étiquette homo sur le front et qu’il n’a jamais démenti. Parce qu’il a toujours relevé la tête. Il m’a fallu des années pour comprendre combien il était plus libre que beaucoup d’entre nous, libre d’être qui il était et de témoigner par sa seule existence de l’extraordinaire diversité du genre humain.

Vous voyez j’aurais voulu ne jamais me moquer de Nathan avec les autres, devant les autres, pour que les autres ne me soupçonnent jamais d’être qui j’étais. J’aurais voulu ne pas rire de ce garçon, j’aurais voulu ne pas le faire pleurer.

J’aurais voulu être amoureux, enfant. Avoir ce que vous avez tous et toutes eu, enfant.

Qui va me rendre ces années perdues ? Ce qui aurait pu être et n’a jamais eu lieu ? Qui me rendra ce qu’on m’a pris ? Et à ce Nathan ? Qui lui rendra justice ? La vérité c’est que j’ai mal. Que j’ai la haine contre les gens qui nous font ça. Qui nous font faire ça, qui nous rendent comme ça. Ces mêmes gens qui prétendent se battre pour les enfants et qui pourtant mettent dans nos bouches des mots aussi violents.

Mais l’homophobie ce n’est pas seulement quelqu’un qui crie « À mort les PD ! ».

L’homophobie c’est aussi des millions d’existences contraintes, de petits bonheurs universels gâchés, de destinées retardées. Des millions de gens qui ont vécu, vivent, et vivront une autre existence que la leur, une autre vie que la leur, qui marcheront à côté d’eux-mêmes, qui passeront à côté de ce que, au fond, ils étaient destinés à connaître, à aimer, et chérir, et jouir. Ce que nous voulons toutes et tous. Une vie à nous. Une vie qui nous ressemble et nous appartienne.

L’homophobie, la lesbophobie, la transphobie, c’est d’abord des ombres et des millions de vies ratées.

Baptiste Beaulieau

– – – – – – – – –
Extrait d’un article posté sur Facebook par Baptiste Beaulieu. L’article a également été repris sur le blog Alors voilà, et par le média Huffington Post.

Source photo : extrait de “Su historia”, un projet photographique de Nick Fuentes