Je lui ai dit

Il avait l’air triste
Le visage pâle
Comme grisé par l’endroit d’où il venait.
Il m’a demandé comme ça
Ce que je faisais
Dans la vie
Je lui ai dit
La vérité
J’ai répondu simplement
Je réalise mes rêves
Il m’a dit que s’il réfléchissait bien
Il en avait quelques uns
Lui aussi.
Je lui ai dit
De foncer
Il m’a dit
Ok
Mais viens avec moi
Je lui ai dit
Je suis déjà sur mon chemin.
Il a souri
Et il est parti.©

Ash

Source texte Ash : jesuisunoiseaulibre-i-am-ash.tumblr.com – 14 sept 2018
Source image : Timur Simakov

Je suis le souffle du vent, je suis la pluie sur tes fenêtres
Je suis les courants d’air qui font claquer les portes
Je suis les craquements du parquet que la nuit emporte
Je suis le chat qui passe en silence sous le faisceau d’un lampadaire
Je suis les premières neiges, je suis la lune qui éclaire la mer
Je suis les odeurs de l’hiver, je suis le fracas des vagues contre la jetée
Je suis cris des goélands, je suis les embruns sur les rochers
Je suis tes doigts qui frémissent
Je suis l’eau vive qui court contre la coque de ton canot qui glisse
Je suis les parfums de genêt et d’ajonc au printemps
Je suis les bans de sables qui découvrent
Je suis l’orage, le soleil qui perce entre les nuages
Je suis les gouttes sur ton visage, je suis la vie autour de toi

FAUVE ≠ 2XGM

Pas la chanson la plus connue de Fauve, et pourtant comme elle est belle, pleine de poésie, et fidèle à leur habitude, avec cette rage de vivre qui déplace des montagnes même dans la noirceur absolue. La rage de vivre et la poésie, voilà ce que j’aime dans les oeuvres de Fauve.

(pour la partie poétique citée en exergue, il faudra attendre la fin du morceau 🙂 )

Source photo : un des nombreux autoportraits de Gaspard Noël parmi son oeuvre impressionnante à consulter sur son site, http://www.gaspardnoel.fr/

 

 

I hold tightly to the cold,
unsure of anything but its numbing grip,
but the unstoppable advance of your
gentle, easy touch
melts away such concerns

Je tiens fermement au froid,
Incertain de tout sauf de sa manière d’engourdir,
mais l’avancée inarrêtable de ton
toucher, léger et simple,
met fin à toute préoccupation.

 

Dylan Geick“Dearth”,
in Early Works,blurb.com

 

 Dylan Steven Geick est une jeune athlète homosexuel américain, spécialisé dans la lutte, qui livre sur blurb.com son premier recueil de poèmes.

Vous trouverez ici (cliquer) un article en anglais dans lequel il détaille son goût pour les poésie et quelles sont ses inspirations.

 

 

Source texte et image : Dylan Geick (& Jackson Krecioch, sur la photo) sur dylan-geick-fan.tumblr.com

Laisse subsister ce peu de moi par quoi,
je puisse te nommer mon tout.

Laisse subister ce peu de ma volonté par
quoi je puisse te sentir de tous cotés,
et venir à toi en toutes choses, et t’offrir
mon amour à tout moment.

Laisse seulement subsister ce peu de moi
par quoi je puisse jamais te cacher.

Laisse seulement cette petite attache
subsister par quoi je suis relié à ta volonté,
et par où ton dessein se transmet dans ma vie :

c’est l’attache de ton amour.

Tagore, L’offrande lyrique.

Tagore, grand poète indien, chantre de l’immanence dans les choses simples de la vie, est aussi le découvreur de Kabir dont il a proposé une traduction dès 1922.

Source photo: everydaysagreatday.tumblr.com

Figuratif homosensible par Sylvain Rabouille® ®Sylvain Rabouille

On demanda à l’Ami quelles étaient les ténèbres les plus grandes. Il répondit : “L’absence de mon Aimé.” On lui demanda encore, quelle était la plus grande illumination. Et il dit : “La présence de mon Aimé.”

 

Raymond Lulle,
L’Ami et l’Aimé.

 

Raymond Lulle (1232-1315), franciscain, est un auteur mystique chrétien originaire de Majorque et inventeur du catalan littéraire.

Source image : oeuvre de Sylvain Rabouille, en vente sur son site ainsi que de nombreux autres sujets : sbrartisteblog.wordpress.com