Traditional Japanese tattoo

Intéressante exposition sur le tatouage intitulée « Tatoueurs tatoués » à visiter au Musée du Quai Branly du 1er au 18 janvier 2015.

Arrêtons-nous un instant sur le tatouage japonais.

Dans l’imaginaire contemporain, il évoque souvent l’art et le signe d’appartenance des triades et autres mafias japonaises. C’est en fait un anachronisme terrible puisque le corps tatoué semble avoir toujours existé au Japon.
Il est présent dans les tribus qui habitaient l’île de – 30 000 à – 300 avant Jésus-Christ. Il est pratiqué par les pêcheurs sous forme de rituels religieux et protecteurs, il est également pratiqué par de nombreuses corporations professionnelles. Il est la plupart du temps un signe d’appartenance à un clan, signe de reconnaissance aussi indélébile qui d’une certaine manière marque à la fois l’attachement fort et la servitude que cela entraîne…On n’est pas libre de changer de camp.

Avec l’introduction du bouddhisme chinois, le tatouage est devenu décrié, réservé aux criminels et donc voulu comme infâmant… sauf pour ceux qui trouvaient une fierté à exposer leur esprit frondeur.

Avec l’ère Horeki (1751-1764), le tatouage se généralise dans les couches populaires. Les motifs représentent les arts traditionnels japonais, les histoires et mythes populaires (le bandit d’honneur, par exemple), mais aussi des motifs animaliers divers (dragon, phénix, tigre, carpe…) ou folkloriques.

irezumi26a
Au départ pratiqué sur le dos, il a été étendu sur l’ensemble du corps, signe d’appartenance totale à un clan ou une corporation. Aujourd’hui encore, 70 % des yakuzas sont tatoués. Le tatouage est également très répandu dans les milieux de la prostitution car perçus comme accentuant la sensualité du corps.

Yakuza-Full-Body-Tattoos

Les tatouages japonais ont une autre particularité : ils expriment la force et le courage. Pas seulement par les motifs représentés, mais surtout par la technique employée (irezumi), entièrement à la main, par des aiguilles infiltrées sous la peau pour installer les pigments. C’est dire si un homme qui a le corps entièrement tatoué affiche force et courage et inspire respect ou frayeur.

Signe de reconnaissance, signe d’appartenance, signe de puissance.

Symboles et rites, quand tu nous tiens !

Traditional Japanese tattoo

 

Pour en savoir plus sur l’exposition au musée des arts premiers (quai Branly, Paris) c’est par ici :

www.quaibranly.fr

Bonne année et Champagne !

Erwin Olaf - Joy, 1984

 

 

D’aucuns trouveront cette photo provocante.

A vrai dire, oui, elle l’est.
Mais pas forcément comme il peut apparaître
en premier lieu.

D’accord, l’homme est nu.
D’accord, la pose est plus que suggestive,
D’accord, la puissance du jet liquide
évoque autre chose.

Bien.
Si maintenant, nous allons au delà de la suggestion érotique
(qui, au passage, agit comme en miroir et réveille ce qu’on a déjà en soi),
que voyons-nous ?

Un homme libre,
ou plus exactement qui se libère.
De toutes contraintes,
de toutes pressions,
De tout faux semblant…

Un homme libre
qui ose exprimer ce qu’il est,
laisse remonter le flot des passions enfouies,
canalise l’énergie vitale qui le fait homme,
qui le fait vivant.

Vivant,
Libre,
Lui-même.

Voilà
tout ce que je vous souhaite,
tout ce que je me souhaite,
pour cette nouvelle année 2015.

Ce blog, en quelque sorte,
est une opération vérité,
une opération révélation
de ce qui était enfoui en moi
et que je ne trouvais pas à exprimer.

Il durera le temps qu’il durera,
de manière aléatoire,
et vous pouvez y contribuer si vous voulez
par vos remarques et suggestions.

J’en profite pour regarder une dernière fois 2014
et redire un grand merci à Loquito et son blog
« another day light ».

Curieusement c’est l’annonce qu’il arrêtait son blog
qui a provoqué la création de celui-ci.

Il m’a semblé qu’il y avait une veine
qui ne pouvait pas s’éteindre comme cela.

Après, quelle forme ça prendra, c’est une autre histoire,
à laquelle je ne suis pas plus attaché que ça…

Pour 2015,
laissons venir la vie,
laissons monter la vie en nous,
et vivons en paix les uns avec les autres!

Bonne année 2015 !

Zabulon

Source photo : www.advocate.com

Apollon et Hyacinthe

Apollon et Hyacinthe

“ Quelques-uns d’entre vous disent, « La joie est plus grande que la tristesse », et d’autres disent, « Non, c’est la tristesse qui est la plus grande ». Mais je vous dis, elles sont inséparables. Elles viennent ensemble, et quand l’une est assise seule avec vous à votre table, n’oubliez pas que l’autre est endormie sur votre lit ».

-Khalil Gibran-

Nativity

LE SEIGNEUR VIENT

Le Seigneur vient.
Il se fait l’un d’entre nous.

Ce n’est pas banal, quand même !
Bien sûr, ce n’est pas la fête chrétienne principale,
Orientés que nous sommes sur la Vie,
Et la victoire sur la mort à Pâques.

Mais le Seigneur vient, il se fait homme.
Quelle religion, quelle conception de Dieu
Avait pressenti cela auparavant et depuis ?

Le Seigneur vient ,
Il se fait l’un d’entre nous,
Il se met entre nos mains,
Il va grandir,
Nourrisson, enfant, ado, jeune homme,
Puis adulte sur nos chemins.

C’est pas rien quand même.

J’ai souvent imaginé
Que si Dieu se faisait homme,
C’était pour venir à ma portée,
Me dire que je suis davantage que ce que je crois.
Je suis fait pour la vie, pas pour la mort
Et cela Est dès l’instant présent
Sans attendre la mort à venir.

Il vient pour moi,
Pour tout homme,
Pour signifier
Que là ne s’arrête pas le chemin .

Quelle bêtise de s’enfermer dans la matière,
Dans les limites,
Dans le brut,
Quand on y pense.

Quelle bêtise de s’envoler dans les airs,
Dans l’illusion,
Dans l’ailleurs,
Au mépris de ce qui est donné.

Le Seigneur vient.
La matière est sublimée,
Les cieux sont abaissés,
Le sens de l’existence
Peut apparaître.

Le Seigneur vient .
Fasse le ciel que j’advienne avec lui,
Que je me réveille,
Que je m’éveille
Que je sois enfin Moi,
C’est-à-dire Lui .

Un homme fait pour la Vie,
Dès à présent.

 

 

Zabulon

mon-bien-aimé

Mon bien aimé, le voici il vient !

Dans la nuit, j’ai cherché
celui que mon coeur a choisi
je l’ai saisi et ne l’ai pas lâché,
je sais que mon bonheur c’est lui.

Dans les lieux escarpés,
toujours du regard il me suit.
(..)

Le VOICI, BONDISSANT
Sur les hautes montagnes il se tient
mon bien aimé me parle et me dit
« ne crains pas mon ami
et viens ! »

C’est sa voix qui m’appelle :
« Ouvre moi car la nuit s’est enfuie,
la saison des chants est arrivée
au jardin de la nuit »

Dans la nuit je dormais
mais mon coeur était réveillé
C’est la voix du bien aimé qui heurte
du désert mon âme tressaille

(…)

Le VOICI, BONDISSANT
Sur les hautes montagnes il se tient
mon bien aimé me parle et me dit
« ne crains pas mon ami
et viens ! »

C’est sa voix qui m’appelle :
« Ouvre moi car la nuit s’est enfuie,
la saison des chants est arrivée
au jardin de la nuit »

[du Cantique des Cantiques]

Choeur : Dei Amoris Cantores

source photo : une oeuvre de Hideki Koh publiée sur www.boom.main.jp